Une tradition navale reste bien vivante

Étiquettes : |

Par le Capt Aaron Lee et le Mat 2 Keiran Sidle

Le métier de manœuvrier est très exigeant et requiert minutie, esprit d’équipe et aptitudes physiques. Il y a toutefois un aspect qui demeure intégral au métier, mais qui est souvent tenu pour acquis… le matelotage! Pour le Mat 2 Keiran Sidle, un jeune marin de l’unité de ravitaillement naval (URN) Asterix, le matelotage fait plus que simplement partie de son travail : l’art de faire des nœuds est devenu pour lui un passe‑temps et une grande passion.

Membre de la MRC depuis trois ans, le Mat 2 Sidle a été initié au matelotage lors de son instruction professionnelle de NQ3, mais ce n’était pour lui qu’un début. En plus des nœuds traditionnels comme le nœud de chaise, le nœud de cabestan et le nœud plat, il a aiguisé son talent en créant des nœuds complexes qui sont de véritables œuvres d’art décoratives.

Au cours d’une seule mission avec l’URN Asterix, le Mat 2 Sidle a réalisé plus de 50 petits projets de nœuds pour le navire et ses compagnons d’équipage, notamment des amarrages de couteau, des ceintures et des sangles de jumelles. Ce sont toutefois ses projets décoratifs qui lui permettent de vraiment laisser libre cours à sa créativité. Certaines de ses œuvres les plus décoratives comprennent une parure pour la cloche du navire, une barre de navire en nœuds et une magnifique ancre en nœuds, qui adornent toutes actuellement les cloisons du Asterix. Il a même eu l’occasion de présenter une de ses créations à l’ancien commandant de la Marine royale canadienne, le Vam Lloyd, durant sa visite récente du navire dans le théâtre.

Le Mat 2 Sidle a les conseils pratiques suivants à offrir à quiconque souhaiterait entreprendre des projets de nœuds décoratifs : soyez aussi créatif que possible et armez‑vous de beaucoup de patience. Comme il le dit : « Vous n’obtiendrez peut‑être pas le résultat voulu lors de votre premier essai, mais tirez des leçons de vos erreurs, prenez votre temps, et vos efforts seront récompensés. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. »

Pour un manœuvrier à bord de l’URN Asterix, le matelotage est essentiel à la réussite de la mission. Pour le Mat 2 Sidle, cette habileté est aussi devenue un passe‑temps qui l’aide à relaxer à la fin d’une dure journée de travail, en plus de lui donner l’occasion d’exprimer son côté créatif et de redonner au navire sur lequel il vogue. Il aimerait que les marins modernes redécouvrent l’art des nœuds, car il est d’avis que celui‑ci enseigne aux marins à tirer fierté de leur travail en servant de rappel visible du dur labeur qui a été accompli.

Les projets de nœuds du Mat 2 Sidle sont très appréciés par ses camarades de bord, qui ont toujours hâte de découvrir sa prochaine œuvre d’art. L’URN Asterix et son équipage sont fiers d’avoir un jeune marin à bord qui perpétue une longue tradition navale au sein de la Marine royale canadienne.

Date de modification :