Moment chargé d’émotions à Juno Beach pour un ancien combattant de 95 ans et des cyclistes visitant les champs de bataille

Russell Kaye on Juno Beach, June 6, 2019, surrounded by members of Wounded Warriors Canada’s Battlefield Bike Ride 2019 team. It has been 75 years since Mr. Kaye landed on Juno Beach as part of the historic D-Day Landings near Courseulles-sur-Mer, France. Photo: John's Photography, Sooke, BC ***Russell Kaye, sur la plage de Juno Beach, le 6 juin 2019, entouré des membres de l’équipe de la Randonnée à vélo sur les champs de bataille 2019 de Wounded Warriors Canada. Il s’est écoulé 75 ans depuis que M. Kaye a débarqué à Juno Beach lors de l’historique jour J près de Courseulles-sur-Mer, en France. Photo : John’s Photography, Sooke, C.-B.

Étiquettes : | | | | |

Par Peter Mallet, journal Lookout

Courseulles-sur-Mer (France) — Lorsque Russell Kaye, un ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale âgé de 95 ans, est revenu à Juno Beach pour la première fois depuis le jour J, il n’était pas seul pour marcher sur le sable brun foncé.

Plus de 75 ans après le 6 juin 1944, l’ancien artilleur de la Troupe E de la 43e Batterie du 12e Régiment d’artillerie de campagne faisait partie des milliers de braves Canadiens qui ont pris d’assaut la plage dans le cadre de l’historique débarquement du jour J, près de Courseulles-sur-Mer, en France.

La prise de Juno Beach est une responsabilité qui avait été principalement confiée à l’armée du Canada; à la fin de cette mission particulière, environ 359 Canadiens avaient perdu la vie, 574 ont été blessés et 47 ont été faits prisonniers de guerre. Ces morts font partie des quelque 225 000 militaires alliés tués au cours de toute l’invasion du jour J, y compris environ 18 000 Canadiens qui ont fait l’ultime sacrifice.

Pour souligner ce jour historique, un important contingent de cyclistes qui participaient à la Randonnée à vélo sur les champs de bataille 2019 de Wounded Warriors Canada a rejoint M. Kaye et sa famille à Juno Beach. Ce sont ces cyclistes qui se sont occupés de l’hébergement de la famille pour cette activité. Tout le monde s’est regroupé autour de M. Kaye pour l’écouter raconter l’expérience de son retour à Juno.

« Il s’est avancé sur la plage entouré de notre groupe de cyclistes. Un grand nombre d’entre eux lui ont serré la main alors que d’autres l’ont serré dans leurs bras », résume le directeur de la Randonnée à vélo sur les champs de bataille et elle-même participante, le capitaine Jacqueline Zweng, de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Pacifique).

Le Capt Zweng décrit M. Kaye comme un homme stoïque qui n’a pas exprimé beaucoup d’émotions durant son pèlerinage, mais c’est également un homme qui se souvient de chacun des amis qu’il a perdus durant l’invasion de la France.

« Accompagner M. Kaye et les membres de sa famille fut le point saillant de la Randonnée à vélo sur les champs de bataille pour moi », explique le capitaine Robert Dodds, commandant de la Compagnie « A » du Canadian Scottish Regiment (Princess Mary’s) et lui aussi participant à la Randonnée.

« Il nous a tous serrés dans ses bras et était très heureux pour nous que nous soyons là et que nous puissions partager ce moment avec lui. » Le capitaine de vaisseau (à la retraite) Mary-Ellen Clark, qui travaille aujourd’hui comme gestionnaire des opérations pour la Force opérationnelle interarmées (Pacifique), souligne que M. Kaye est un homme en santé et qu’il est remarquablement vigoureux. Elle ajoute que les premiers pas qu’il a effectués sur la plage de Juno à son retour ont été pour elle le point culminant de ce voyage.

« C’est un sol sacré. C’est à partir de cet endroit que M. Kaye, alors jeune militaire, et les innombrables autres Canadiens portant les mêmes bottes se sont lancés à l’assaut de l’ennemi afin de défendre les précieuses libertés dont nous bénéficions aujourd’hui », déclare Mme Clark. « Personne n’a parlé, ce fut réellement un moment solennel. »

Cette randonnée, qui s’est déroulée du 30 mai au 6 juin, impliquait 130 cyclistes qui ont parcouru plus de 600 kilomètres pour visiter certains des plus célèbres champs de bataille et monuments commémoratifs de la Deuxième Guerre mondiale en France. Leur but était de recueillir des fonds et de sensibiliser les gens aux programmes de santé mentale à l’intention des anciens combattants, des premiers intervenants et des membres de leur famille. Wounded Warriors Canada a offert à M. Kaye et aux membres de sa famille de participer à ce voyage à titre d’invités, mais le Capt Zweng précise qu’au début M. Kaye ne souhaitait pas revenir à Juno.

« M. Kaye a expliqué qu’il avait passé 75 ans à essayer d’oublier Juno, mais à l’approche de la date de tenue de l’activité, il s’est senti investi de la responsabilité de représenter ces camarades et d’aller marcher là où ceux-ci n’étaient plus ne mesure de le faire », explique le Capt Zweng.

Le fils de M. Kaye, Chris Kaye, est lui aussi un ancien combattant. Sa femme Linda Kaye et lui font partie des cyclistes qui ont participé à la Randonnée à vélo sur les champs de bataille de cette année. Ils ont grandement contribué à convaincre le patriarche de la famille à assister à cette activité.

Les randonneurs et leurs invités ont effectué plusieurs arrêts; ils ont notamment visité le Cimetière militaire canadien de Dieppe, Juno Beach, la Maison du Canada, le Cimetière américain et Monument commémoratif de Normandie, l’abbaye d’Ardenne, où des prisonniers canadiens ont été exécutés par les Allemands, Omaha Beach, site où les forces américaines ont débarqué lors du jour J, la Batterie de Merville, Pegasus Bridge (le pont Pégase, à Bénouville) et la Batterie allemande de Longues-sur-Mer.

Les randonneurs devaient recueillir des dons et atteindre la cible de 4 000 $ pour pouvoir participer.

Le montant total recueilli en 2019 est de 657 042 $. Depuis sa mise sur pied en 2014, la Randonnée à vélo sur les champs de bataille a ainsi recueilli plus de 2,5 millions de dollars pour Wounded Warriors Canada. Les participants ont notamment visité des sites de bataille en France, aux Pays-Bas, en Belgique, en Bosnie-Herzégovine et en Croatie.

Pour plus de renseignements sur la Randonnée et sur Wounded Warriors Cananda, veuillez consulter les Liens connexes.

La devise de Wounded Warriors Canada est « Honorer ceux qui sont tombés, tendre la main aux blessés ». Cet organisme caritatif national met l’accent sur la santé mentale des premiers intervenants et des anciens combattants. Il fait appel à différentes activités de financement novatrices, notamment des randonnées à vélo internationales à grande échelle, des tournois de golf et des épreuves de course. Parmi les programmes qu’il finance, on retrouve la thérapie faisant appel à des animaux pour les victimes de trouble de stress post-traumatique, les soins de répit, la thérapie de couple, la formation sur la résilience après un traumatisme, ainsi que la recherche et l’éducation.

Galerie d'images

Date de modification :