Nouvelles de l’ED : la Marche internationale de quatre jours de Nimègue et la participation des FAC aux événements commémoratifs en France

Étiquettes : | |

Transcription

(V) Durant la 103e édition de la Marche internationale de quatre jours de Nimègue, un contingent de quatorze équipes des Forces armées canadiennes a traversé à pied la campagne et les villes néerlandaises de la région de Nimègue.

(M) Pendant les marches, nous nous sommes entretenus avec un membre du contingent canadien, afin d’obtenir plus d’information sur la 67e participation des Forces armées canadiennes à cette activité internationale pérenne!

(JA) Je suis le caporal Jimmy Auger de la base de Bagotville. L’équipe de la 2e escadre et moi-même, nous venons de compléter 160 kilomètres à Nimègue.

C’est le plus gros défi personnel que j’ai eu à accomplir jusqu’à présent, en 12 ans de carrière. Je le souhaite à tout le monde. Mais pour arriver là, ça prend de la détermination. Ça prend une bonne cohésion de groupe. Ça prend beaucoup de préparation. Et évidemment, ça prend une forme physique. Donc, je le souhaite à tout le monde. C’est possible de le faire, mais il faut être raisonnable. Merci.

(M) Des membres des Forces armées canadiennes ont récemment assisté à des festivités organisées à l’occasion de la fête de la Fédération en France et à une autre activité visant à souligner le 75e anniversaire de la libération de Mondeville par l’Armée canadienne durant la Seconde Guerre mondiale.

(V) Nous nous sommes entretenus avec l’un des membres des Forces armées canadiennes présents, le capitaine de corvette Bruno Tremblay, pour aborder l’importance d’honorer ces anniversaires pour les forces armées françaises et canadiennes.

(BT) Je suis le capitaine de corvette Bruno Tremblay, l’un des cinq membres des Forces canadiennes mutés, à l’été 2017, au corps de réaction rapide à Lille, en France.

Le corps de réaction rapide-France est l’un des neuf corps multinationaux et déployables assignés à l’OTAN. Le corps est prêt à commander une mission qui peut aller jusqu’à 60 000 hommes.

L’une des choses que j’aime le plus dans le cadre de mon travail au corps de réaction rapide-France, c’est l’opportunité de travailler avec 13 autres nations. 13 autres façons de voir le monde, différentes langues, différentes cultures, mais ce qui nous unit tous, ce sont les valeurs démocratiques, c’est notre engagement envers l’OTAN, les valeurs de l’OTAN.

L’un des avantages, lorsqu’on sert ici, en Europe, c’est de redécouvrir l’histoire canadienne, mais sur les sites mêmes où l’histoire s’est faite. On peut apprendre à travers les livres au Canada, ça reste un peu abstrait. Pouvoir aller sur le site de Vimy Ridge, pouvoir aller en Normandie, où les débarquements ont eu lieu, nous apprenons beaucoup sur notre propre histoire et qui nous sommes en tant que Canadiens.

Date de modification :