Un film donne une voix aux survivants de la purge

Étiquettes : |

Il n’y a pas si longtemps, des milliers de Canadiens et de Canadiennes ont vu leur vie privée être violée, leur carrière ruinée et leur vie détruite lors d’une campagne menée contre la communauté LGBTQ. Pendant quatre décennies, le gouvernement du Canada, armé d’un mandat scandaleux, a tenté de forcer les homosexuels à quitter la fonction publique au moyen d’une machine « scientifique » censée pouvoir détecter les hommes gais, qu’on qualifiait péjorativement de « fruits ».

Pendant la guerre froide, l’homosexualité constituait un motif pour qu’une personne fasse l’objet de surveillance, car les membres de la communauté LGBTQ étaient jugés vulnérables au chantage d’espions soviétiques. Les membres des Forces armées canadiennes et les employés du gouvernement fédéral soupçonnés d’être homosexuels faisaient donc l’objet d’une enquête de la Gendarmerie royale canadienne et étaient soumis à des interrogatoires.

Dans le documentaire salué par la critique The Fruit Machine (il y avait effectivement une « machine à fruits »), des survivants LGBTQ de la chasse aux sorcières menée contre les homosexuels ont l’occasion de s’exprimer alors qu’ils cherchent à obtenir justice – et à tourner la page – après des décennies d’ignorance pendant lesquelles ils ont peiné à se faire entendre.

« Je suis celle qui a fait ce film et pourtant, quand je m’arrête parfois pour y penser, j’ai encore de la difficulté à y croire, raconte Sarah Fodey, réalisatrice et productrice du film, à La Feuille d’érable. Je trouve que les Canadiens sont encore naïfs à propos de bien des choses, notamment lorsqu’ils croient que nous ne serions jamais capables ici de commettre de tels gestes et de faire preuve d’autant de discrimination. De toute évidence, ce n’est pas le cas. »

Produit par SandBay Entertainment en association avec TVO, le film sera présenté la semaine prochaine au complexe Carling. Des survivants de la purge – qui sont nombreux à avoir tissé des liens durables avec Mme Fodey – participeront à une discussion de groupe après le visionnement du documentaire. Selon Mme Fodey, c’est le souhait de trouver une résolution à leur histoire qui a donné aux survivants la résilience requise pour tenir bon.

« Certains ont trouvé une résolution dans les excuses présentées par notre premier ministre, un geste qu’ils ont trouvé incroyablement important. D’autres l’ont trouvée d’une part dans les excuses présentées, mais aussi dans le règlement du recours collectif. De nombreuses personnes ont lutté pour que justice soit faite pendant des années… 40 ans en fait, dans le cas d’une des personnes présentées dans le film », explique Mme Fodey, en ajoutant que c’est la force intérieure des survivants, tant ceux apparaissant à l’écran que ceux auxquels elle a parlé loin des caméras, qui l’a le plus touchée.

En novembre 2017, le gouvernement du Canada a affecté plus de 100 millions de dollars à l’indemnisation des militaires et des membres d’autres organismes fédéraux dont les carrières ont été mises de côté ou interrompues en raison de leur orientation sexuelle.

Le CPM et le SMA(RH‑Civ) invitent les membres de l’Équipe de la Défense à venir visionner le film The Fruit Machine le mardi 30 juillet de 9 h à 12 h à l’immeuble 6 du complexe Carling. L’aménagement de style théâtre peut accueillir jusqu’à 120 personnes. Veuillez écrire à Michelle.Salhany@forces.gc.ca pour réserver votre place.

Galerie d'images

Date de modification :