Une membre des Rangers Canadiens parcourt des milliers de kilomètres dans sa quete visant l’obtention d’un diplome

Étiquettes : |

Par Peter Moon

Une membre des Rangers canadiens issue d’une collectivité éloignée du Grand Nord de l’Ontario a parcouru des milliers de kilomètres pour assister à des cours universitaires et obtenir son diplôme.

« On me surnomme “la vagabonde” en raison de tous mes déplacements, affirme la caporal‑chef Jocelyne Sutherland, de la Première Nation de Fort Albany, collectivité crie située sur la côte de la baie James.

Elle revêtait son uniforme des Rangers sous sa toge d’étudiant et avait une tresse de foin d’odeur lorsqu’elle est montée sur la scène du centre sportif Mattamy de l’Université Ryerson, autrefois le Maple Leaf Gardens, aréna historique du monde du hockey, à Toronto, afin de recevoir son baccalauréat en travail social.

« J’étais vraiment très excitée, poursuit-elle, car j’ai enfin eu la chance de monter sur la scène et d’obtenir mon diplôme. »

Au cours des trois dernières années, plusieurs fois par an, elle prenait un vol de Fort Albany à Timmins puis conduisait jusqu’à Belleville dans le but d’assister à des cours à l’Institut technique des Premières Nations, situé sur le territoire mohawk de Tyendinaga. L’institut et l’Université Ryerson tirent parti d’une entente de partenariat. Après une semaine de cours, elle conduisait et rentrait par avion à Fort Albany, dans le but de poursuivre ses études à distance par ordinateur.

Chaque voyage aller-retour représentait une distance d’environ 2 400 kilomètres.

Elle est membre des Rangers canadiens depuis dix ans et exécute le Programme des Rangers canadiens de Fort Albany. Les Rangers juniors relèvent d’un programme de l’Armée canadienne destiné aux garçons et aux filles de 12 à 18 ans qui habitent dans les collectivités isolées du Nord canadien. En tant que réserviste à temps partiel de l’Armée, la caporal‑chef Sutherland s’est vue décerner la Médaille du service spécial en reconnaissance du service militaire qu’elle accomplit dans le Nord de l’Ontario.

Mère célibataire de deux enfants et grand-mère de quatre petits-enfants, elle a travaillé pendant quatorze ans pour le compte de l’organisme de services de santé Peetabeck de Fort Albany, où on l’a encouragée à poursuivre ses études. Durant deux années, elle a fait l’aller-retour en vue d’obtenir un diplôme en travail social du Collège St-Lawrence, à Kingston. Elle a été gestionnaire du refuge pour femmes pendant deux ans et, à l’heure actuelle, elle est conseillère à l’école Peetabeck Academy de Fort Albany.

À l’automne, elle entamera le programme de maîtrise de deux ans à l’Université Wilfred Laurier de Kitchener. Elle fera la navette par avion et voiture pour assister à ses cours en personne, puis elle aura recours à l’apprentissage à distance par ordinateur à Fort Albany.

« Après cela, je souhaite obtenir mon doctorat, ajoute-t-elle. J’aimerais bien mettre sur pied mon propre cabinet de counseling chez moi. »

Son père, Joseph Sutherland, ancien membre des Rangers canadiens, son frère Simeon Sutherland et Samantha Stephen, sa fille, ont assisté à la cérémonie de collation des diplômes.

Le major Charles Ohlke, officier de l’Armée canadienne qui assure le commandement des Rangers canadiens dans le Nord ontarien, a également assisté à la cérémonie, en compagnie de l’adjudant-maître Barry Borton.

« Nous sommes extrêmement fiers de Jessie et de tous les autres Rangers qui sont engagés à la poursuite de leurs études, déclare le major Ohlke. Le niveau d’effort qu’elle a déployé en vue de poursuivre ses études est incroyable. Ses réalisations m’impressionnent vraiment. »

(Le sergent Peter Moon est le ranger responsable des affaires publiques du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens à la Base des Forces canadiennes Borden.)

Date de modification :