Une année pas comme les autres pour la Garde de cérémonie

Troops at Ceremonial guard are performing their daily Changing of the Guard on Parliament Hill from June to August. Les troupes de la Garde de cérémonie performent quotidiennement la relève de la garde sur la Colline du Parlement durant les mois de l’été. Photo : Cpl Ryan Drew, Imagery Technician, Ceremonial guard / Cpl Ryan Drew, technician en imagerie, Garde de cérémonie.

Étiquettes : |

Lieutenant Nadine Abou Rjeily, Officier des affaires publiques, Garde de cérémonie

Le 23 juin 2019 a marqué le début de la 61e saison sur la Colline du Parlement. Depuis leur arrivée au mois de mai, les membres de la Garde de cérémonie suivent un horaire non seulement de pratique d’exercice élémentaire mais aussi des exercices en campagne.

Même si la Garde de cérémonie est surtout reconnue grâce aux uniformes rouges écarlates et ses fameuses bonnets à poils d’ours, les membres sont des soldats avant tout et poursuivent des entrainements comme tout autre soldat d’infanterie dans l’Armée canadienne durant leur séjour avec la Garde.

Cet aspect instructif sur des manœuvres militaires spécifiques au combat rend leur été des plus intéressants. Avec un membre du Royal 22e Régiment en tant que commandant, le major Stéphane Tremblay, et un membre du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry en tant que sergent-major régimentaire, l’adjudant-chef Brett Perry, les membres n’ont surtout pas le temps de s’ennuyer. Leur horaire quotidien est divisé de façon à leur permettre de jongler entre la pratique de l’exercice élémentaire et le côté militaire plus rustique.

« Les fantassins, du moins à mon unité, c’est ce qu’ils recherchent, de l’action. Et ce n’est pas ce genre d’action qu’une personne s’attend à avoir à la Garde de cérémonie, c’est nouveau, c’est motivant, c’est amusant! »  – Caporal-chef Lynsaskia Clement, Royal Montreal Regiment.

À chaque semaine, les troupes ont rendez-vous avec l’adjudant-chef Brett Perry dans le but d’assister à un cours théorique et une démonstration, avant de pratiquer l’exercice eux-mêmes. Parmi les démonstrations effectuées jusqu’à maintenant figurent le renversement d’un bateau ainsi que son redressement. Les troupes apprennent aussi la meilleure façon de contrer une embuscade ennemie.

« Nous voulions que l’entraînement cette année soit plus attrayant et diversifié pour tous les métiers. C’est surtout motivant pour les soldats et ça leur permet de conserver cet aspect militaire des exercices tout en démontrant leur excellence devant le public sur parade. » Capitaine Manuel Brault-Brissette, Canadian Grenadiers Guards

La Musique de la Garde de cérémonie n’est pas exempte de ces exercices intensifs et les musiciens sont ceux qui y prennent le plus plaisir.

« C’est une expérience hors métier pour nous. Les musiciens n’ont pas toujours l’occasion de faire ces exercices, nous sommes habitués à jouer de la musique ensemble, mais jamais faire cet effort physique. Ça nous permet d’être plus soudés et nourrit notre esprit d’équipe. C’est une expérience exceptionnelle. » Caporale Mary-Pier Touchette, 6e Battalion, Royal 22 Régiment.

Tous ces petits exercices mèneront la Garde de cérémonie à un entrainement d’une durée de deux jours à Petawawa à la fin du mois où ils seront en compagnie des membres du 3e Bataillon, Royal Canadian Regiment, du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada et du 450e Escadron tactique d’hélicoptères. Le but est de familiariser les membres avec les entrainements en campagne, les véhicules militaires, tels que les véhicules tactiques blindés de patrouille et les véhicules blindés légers et de développer leur sens d’interopérabilité.

Lors de leur séjour à Petawawa, les membres auront l’occasion d’apprendre l’embarquement et le débarquement d’un hélicoptère et participeront à des opérations héliportées. Une expérience qui n’est pas nécessairement donnée à tous les soldats dans leurs premières années au sein des Forces armées canadiennes.

Galerie d'images

Date de modification :