L’établissement de relations est essentiel pour les spécialistes en coopération civilo-militaire dans les Caraïbes

Chief Petty Officer Robert (Lee) Brown and Hawkins Nanton, Inspector of Police, Royal St. Vincent and the Grenadines Police Force at Las Calderas Naval Base, Dominican Republic during Exercise TRADEWINDS on June 5, 2019. // Hawkins Nanton, inspecteur au sein du service de police royal de Saint-Vincent-et-les Grenadines, et le premier maître de 2e classe Robert (Lee) Brown à la base navale de Las Calderas, en République dominicaine, pendant l’exercice TRADEWINDS le 5 juin 2019. Photo : soldat Tori Lake Services d’imagerie de l’Unité de soutien des Forces canadiennes (Ottawa) © 2019 DND-MDN Canada Photo Credit: Private Tori Lake Canadian Forces Support Unit (Ottawa) Imaging Services © 2019 DND-MDN Canada

Étiquettes : |

Par le Lt Suzanne Nogue, officier d’affaires publiques

 

Kingston, Saint-Vincent-et-les Grenadines – La consolidation des partenariats entre les organisations militaires et civiles est une composante essentielle des opérations militaires. La coopération civilo-militaire (COCIM) est une des capacités qui fait l’objet d’améliorations pendant l’exercice TRADEWINDS de cette année, qui se déroule en République dominicaine et à Saint‑Vincent‑et‑les Grenadines du 30 mai au 21 juin 2019.

Le premier maître de 2e classe (PM 2) Robert (Lee) Brown est le mentor du J9 COCIM au sein de la Force opérationnelle dans les Caraïbes (FOC) pour l’exercice TRADEWINDS 2019. Aux côtés de nos pays partenaires, la première phase de l’exercice se concentrait sur le processus canadien de planification opérationnelle. Les participants à l’exercice ont acquis de l’expérience dans la mise sur pied d’une FOC efficace et dans la contribution à des opérations multinationales complexes. Tout au long de l’exercice, le COCIM joue un rôle important dans le renforcement des capacités en aide humanitaire, en intervention en cas de catastrophe et en sécurité dans une zone d’opérations internationale.

« Ça a été fantastique de travailler avec autant de pays dans la Force opérationnelle dans les Caraïbes, raconte-t-il. Leur capacité de surmonter les obstacles linguistiques et les différences en matière d’antécédents et d’expérience et de travailler ensemble en aussi peu de temps a été très impressionnante. »

Quand il n’offre pas du mentorat à nos pays partenaires et à nos alliés dans le cadre d’exercices ou d’opérations à l’échelle internationale, le COCIM et de spécialiste des opérations psychologiques au sein de l’Armée canadienne. Originaire d’Halifax, en Nouvelle‑Écosse, il est le sergent‑major du 36e Escadron des activités d’influence, au sein des Halifax Rifles, qui font partie de la 5e Division du Canada.

Une des principales fonctions des opérateurs et des responsables de la COCIM est d’établir un partenariat ou une collaboration entre les organisations militaires et civiles en soutien à l’intention de leur commandant. Ayant joué un rôle important dans les opérations internationales en Afghanistan et en Haïti, une des principales fonctions du COCIM est de limiter les effets des activités militaires sur la population civile et des activités civiles sur les opérations militaires.

« Une bonne partie de mon travail consiste à créer des liens avec les principaux acteurs civils et à gagner leur confiance, explique-t-il. Une étroite collaboration entre la population civile et les militaires est essentielle pour le succès opérationnel. En comprenant mieux comment les habitants locaux communiquent entre eux, nous pouvons mieux comprendre leurs besoins et être davantage en mesure de les aider. »

Parmi les candidats participant à l’exercice de cette année, citons Hawkins Nanton, inspecteur au sein du service de police royal de Saint-Vincent-et-les Grenadines. En collaboration étroite avec l’inspecteur Nanton, le COCIM. Tout en tenant compte des différences dans leur expérience professionnelle (l’inspecteur Nanton vient du domaine des affaires publiques), l’exercice a représenté une bonne occasion d’apprentissage pour tout le monde. « Nous apportons tous les deux des compétences uniques et très complémentaires à l’exercice », ajoute le PM 2 Brown.

L’exercice TRADEWINDS, qui est parrainé par le Southern Command des États-Unis, est un exercice d’entraînement interarmées, multinational et intégré auquel participent cette année Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, le Belize, les Bermudes, le Canada, la Colombie, la Dominique, les États‑Unis, la France, la Grenade, le Guyana, Haïti, la Jamaïque, le Mexico, les Pays‑Bas, la République dominicaine, le Royaume-Uni, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint‑Vincent-et-les Grenadines, le Suriname et Trinité-et-Tobago.

Cette année, il s’agit du 35e TRADEWINDS depuis sa mise sur pied. Vingt‑deux pays partenaires se sont entraînés ensemble pour accroître la coopération régionale dans le cadre d’opérations complexes de sécurité et d’aide humanitaire.

Date de modification :