Récit des FAC | Un père suit les traces de son fils et s’enrôle dans la Réserve de l’Armée

Étiquettes : |

Transcription

(Texte à l’écran) – Alertez tout le monde, tout le personnel du corps des officiers!

(CT) Je suis né à 30 km de Tchernobyl, ce qui a eu des effets graves sur moi.

(PT) Il fallait absolument que nous quittions l’Ukraine le plus rapidement possible. Les problèmes de santé et les risques pour nos enfants étaient nombreux.

(CT) Je suis le caporal Tarasenko et je sers dans la Première réserve au sein des Royal Canadian Hussars sur le Mont-Royal.

(PT) Je suis le soldat Tarasenko. Eh bien, je viens de m’enrôler dans les Forces armées canadiennes.

(CT) On forme une famille, mais on essaie tout de même de garder une distance au travail. On fait toujours preuve de professionnalisme.

Ainsi, comme je suis d’un grade supérieur au sien, j’occupe parfois des postes de direction et il se retrouve sous mon commandement. Il doit donc suivre mes ordres, et c’est intéressant parce qu’à la maison, c’est moi qui suit ses ordres, alors qu’ici, c’est lui qui fait ce que je lui dis de faire.

(PT) Je viens de terminer la QMB à la fin avril et trois jours plus tard, je suis parti en déploiement dans le cadre de l’opération LENTUS. Et me voici donc maintenant.

(CT)Je fais partie des Forces depuis trois ans et demi. Je me suis enrôlé quand j’avais 20 ans. Et c’est la meilleure décision que j’ai jamais prise.

Quand je suis revenu de l’Ukraine, ou j’ai participé à l’opération UNIFIER en 2017, et je lui ai parlé de toutes mes expériences. Il voulait vraiment vivre ces expériences avec moi. Il a alors décidé de s’enrôler dans mon unité.

(PT) Le Canada m’a donné ce que je cherchais : la sécurité et la stabilité.

Alors maintenant, ça va. Je suis vraiment bien installé au Canada. Je me dis donc que c’est peut-être maintenant le moment pour moi de faire quelque chose pour le Canada.

(CT) C’est une histoire très personnelle pour moi. Quand j’ai servi le Canada en Ukraine, j’ai eu non seulement la chance d’aider l’Ukraine, mais également de servir le Canada en même temps.

(PT) Je ne me suis donc pas enrôlé uniquement pour être militaire, pour être fier de porter l’uniforme. Je voulais vraiment être fier des gestes que je posais, de ce que j’accomplissais. J’ai vraiment l’impression que c’est quelque chose que je dois faire.

(CT) Ce que j’aime le plus du fait que mon père fait partie des Forces avec moi, c’est que nous avons maintenant encore plus de choses en commun. Nous passons tellement de temps ensemble à parler des forces armées et ça, c’est vraiment genial.

Date de modification :