Les Canadiens à l’étranger en Corée du Sud

190308-N-TB148-0024 DAEGU, Republic of Korea (March 08, 2019) The United Nations Command logo at U.S. Army Camp Walker. (U.S. Navy Photo By Mass Communication Specialist 3rd Class William Carlisle)

Étiquettes : | |

À près de 9 000 kilomètres du Canada se trouve un pays plus petit que la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick réunis. Il est entouré d’eau sur trois côtés, se compose de montagnes à 70 p. 100 et compte une population de plus de 51 millions d’habitants. Il est parsemé de cerisiers et de temples bouddhistes, possède l’une des frontières les plus militarisée au monde et accueille plus d’une dizaine de membres des Forces armées canadiennes (FAC).

Il s’agit de la Corée du Sud, où les FAC disposent de membres de l’Armée canadienne, de l’Aviation royale canadienne et de la Marine royale canadienne en Corée du Sud, au sein du Commandement des Nations Unies (UNC). Ce dernier a été créé en 1950 afin d’offrir une structure de commandement unifiée aux forces militaires multinationales qui soutenaient le pays durant la guerre de Corée.

Les forces militaires du Commandement des Nations Unies bénéficient de l’appui des pays suivants : Afrique du Sud, Australie, Belgique, Canada, Colombie, Danemark, ÉtatsUnis, Éthiopie, France, Grèce, Inde, Italie, Luxembourg, Norvège, Nouvelle-Zélande, PaysBas, Philippines, Royaume-Uni, Thaïlande et Turquie. Ces pays sont appelés les États d’origine. En 2018, le lieutenant-général canadien Wayne Eyre a été nommé premier commandant adjoint non américain de l’UNC.

Le Contingent canadien du Commandement des Nations Unies en Corée du Sud comprend 15 militaires qualifiés dans les domaines des opérations, des plans, de la logistique, de l’administration, des communications et des affaires publiques.

Ensemble, ces militaires travaillent à officialiser les relations, à faire respecter la Convention d’armistice en Corée signée en 1953, et à consigner et transmettre de l’information. Ils mettent leurs compétences à profit en matière de coopération technique militaire, de soutien logistique, d’inspection et d’observation, et offrent une plate-forme pour accroître les contributions des États d’origine. Le Commandement des Nations Unies contrôle l’accès à la zone démilitarisée, facilite la récupération des restes humains et assure le rapatriement dans la dignité des soldats morts pour leur pays.

L’UNC s’est engagé à assurer l’enterrement dans la dignité des militaires tombés au combat durant la guerre de Corée. Il facilite la récupération des restes humains dans la zone démilitarisée et permet leur rapatriement dans la dignité. En juillet 2018, avec l’appui des forces américaines en Corée, l’UNC a rapatrié 55 séries d’ossement ayant été rendues par la République populaire démocratique de Corée. Plus de 7 700 soldats américains et 16 soldats canadiens sont toujours portés disparus depuis la guerre de Corée. La tâche difficile de trouver et d’identifier les soldats morts au champ d’honneur doit se poursuivre.

Pour y parvenir au sein d’une communauté multinationale de militaires, il faut de la patience, des échanges continus, un dialogue ouvert, la participation d’intervenants, une réflexion et une planification marquées par l’ouverture d’esprit, une interopérabilité, de la souplesse et, surtout, de la détermination et de la coopération.

L’UNC n’est plus le commandement de guerre qu’il était dans les années 1950, mais la force multinationale qu’il représente continue de jouer un rôle vital dans les relations coréoaméricaines. C’est un catalyseur multinational de sécurité et de stabilité, ce à quoi contribue le Contingent canadien.

Galerie d'images

Date de modification :