Incendie a Pikangikum: Les Rangers Canadiens travaillent de longues heures pendant l’evacuation

Étiquettes : |

Peter Moon

On fait l’éloge du rôle que jouent des Rangers canadiens de la Première Nation de Pikangikum en vue de l’évacuation des membres de leur collectivité éloignée du Nord de l’Ontario. La région est menacée par d’importants feux de forêt.

Dans les médias sociaux, on loue les Rangers de leurs actions. Au dire de la chef de Pikangikum, Amanda Sainnawap, « les Rangers de Pikangikum sont absolument merveilleux. » Ce commentaire était accompagné d’une photo d’un petit groupe prise à l’aéroport communautaire. D’autres utilisateurs des médias sociaux ont également publié des commentaires, par exemple, « excellent travail, les Rangers! », et « les Rangers accomplissent un excellent travail ».

« Les Rangers de Pikangikum relèvent d’une patrouille qui a été mise sur pied tout récemment, en février. Le fait d’intervenir aussi efficacement lors d’une crise communautaire, c’est exceptionnel », affirme le major Charles Ohlke, commandant de l’Armée canadienne qui dirige les Rangers canadiens du Nord de l’Ontario.

Pikangikum, collectivité ojibwée accessible uniquement par avion, compte quelque 3 800 habitants et se trouve à environ 510 kilomètres au nord-ouest de Thunder Bay. Au moment où elle a déclaré l’état d’urgence, les feux de forêt se trouvaient à deux kilomètres de la collectivité. Des aéronefs militaires et civils ont amorcé l’évacuation des habitants jeudi.

À l’heure actuelle, des aéronefs militaires transportent la plupart des personnes évacuées à Sioux Lookout. Ici, elles montent à bord d’aéronefs civils qui les transportent jusqu’à des collectivités hôtes, où elles sont logées et nourries.

« Nous disposons maintenant d’un petit contingent de Rangers qui prêtent main-forte à Sioux Lookout, poursuit le major Ohkle. Ils aident à débarquer les passagers de l’avion Hercules de l’ARC et à les faire monter à bord d’aéronefs civils plus petits. »

Les Rangers à Sioux Lookout sont originaires des Premières Nations de Lac Seul et de Mishkeegogamang.

La patrouille de Rangers de Pikangikum a tenu son premier rassemblement de fin de cours en février, avec 34 diplômés. Ces derniers sont des réservistes de l’Armée à temps partiel et ils n’ont suivi que l’instruction élémentaire.

« Ils accomplissent un travail remarquable », déclare l’adjudant Dan Stortz, l’un des deux instructeurs de l’Armée canadienne qui se sont rendus à Pikangikum pour appuyer les Rangers. « Puisque les vols d’évacuation partent les uns après les autres, à peu d’intervalles, nous ne pouvons prendre qu’une collation rapide, quand c’est possible. Avec un peu de chance, lorsque nous atteindrons un bon rythme ici, nous pourrons mieux dormir le soir. »

« Ces derniers temps, nous commençons à travailler vers 6 h 30 le matin, et nous terminons notre journée vers 22 h ou 23 h le soir. Le moral des Rangers est assez bon. Ils sont tous joyeux et heureux d’aider leur collectivité. »

Les Rangers préparent des listes de passagers des aéronefs, font monter les personnes évacuées à bord d’autobus scolaires qui les transporteront à l’aéroport, et aident ces dernières à monter dans l’aéronef avec leur valise. De plus, ils leur offrent de la nourriture et de l’eau.

Le sergent Buster Kurahara, ancien conseiller de bande et agent de police, a été récemment promu au poste de commandant des Rangers de Pikangikum.

« Je suis honoré, tout comme le sont mes Rangers, de servir ma collectivité, dit-il. Mes Rangers sont tout simplement exceptionnels et entièrement dévoués à leur collectivité. Nous en sommes toujours à notre apprentissage, mais nous ne ménageons aucun effort pour soutenir nos gens. Notre principal objectif consiste à mettre nos gens à l’abri du danger. »

(Le sergent Peter Moon est le ranger responsable des affaires publiques du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens à la Base des Forces canadiennes Borden.)

Galerie d'images

Date de modification :