Les officiers de liaison avec l’étranger (OLE) facilitent la coopération et la compréhension mutuelle

LCol Jean-Francois Harvey of Canada serves as lead representative of the foreign liaison officers, part of the Air Force Life Cycle Management Center's Air Force Security Assistance and Cooperation Directorate, headquartered at Wright-Patterson Air Force Base. ~ Le Lcol Jean-François Harvey, du Canada, agit à titre de représentant principal des officiers de liaison avec l’étranger à l’Air Force Security Assistance and Cooperation Directorate de l’Air Force Life Cycle Management Center, dont le quartier général se trouve à la Base Wright-Patterson de la Air Force.

Étiquettes : |

Par Amy Rollins, Rédactrice de Skywrighter

Republié de Skywrighter, le 26 avril 2019

Les officiers de liaison avec l’étranger sont affectés à la Air Force Security Assistance and Cooperation Directorate de l’Air Force Life Cycle Management Center, l’organisation responsable de l’administration de l’entreprise assurant les ventes de matériel militaire de l’Air Force à l’étranger pour une valeur de plusieurs milliards de dollars.

L’AFSAC dont le quartier général se trouve à la Base Wright-Patterson de l’Air Force, sous la direction du brigadier-général Sean Farrell, est responsable de la vente d’aéronefs, de munitions, d’équipement, de pièces et d’équipement de construction nécessaires à la prestation et au soutien de la puissance aérienne de plus de 100 nations partenaires dans le monde entier.

« L’AFSAC soutient directement la stratégie de défense nationale qui comprend le niveau d’effort du Secrétaire de la défense pour « renforcer les alliances et attirer de nouveaux partenaires », a mentionné le brigadier-général Farrel. Pour ce faire, nous offrons les systèmes d’armes et la logistique connexe de l’USAF, l’appui et soutien à la construction d’immeubles à l’intention des 112 partenaires afin de renforcer leur sécurité nationale et contribuer considérablement à la sécurité globale. Vingt et une de ces nations trient sur le volet leurs meilleurs officiers et les affectent à l’AFSAC et nous sommes privilégiés de collaborer tous les jours, face à face avec des professionnels compétents comme le Lcol J.-F. Harvey du Canada. »

Représentant les OLE, le LCol Jean-François Harvey, du Canada, agit à plusieurs titres : en qualité d’officier de liaison pour l’approvisionnement auprès de la US Air Force, de représentant national principal du Canada afin d’aider ses collègues canadiens qui sont détachés à la Base aérienne Wright-Patterson de la Air Force pour y travailler au sein d’entités comme le National Air and Space Intelligence Center; en qualité de commandant de la 1re Unité de liaison logistique des Forces canadiennes ainsi qu’en tant que porte-parole des 37 officiers de liaison avec l’étranger sur la base.

« Nous veillons à la réussite des divers processus en cause dans la vente de matériel militaire à l’étranger, a souligné le LCol Harvey. Lorsque tous les représentants des nations se rencontrent ici pour discuter des mêmes enjeux, nous créons des synergies et sommes en meilleure position pour trouver des solutions possibles. Ma responsabilité consiste à trouver ces enjeux qui concernent tous les partenaires et, ensemble, nous les présentons à l’AFSAC

Étant donné que l’AFSAC fait des affaires avec environ 110 pays, les OLE à la Base Wright-Patterson représentent environ 20 p. 100 de ceux-ci.

« Nos enjeux sont sensiblement les mêmes que ceux des autres partenaires de l’AFSAC, de dire le lCol Harvey. Nous constituons un bon exemple de ses divers clients. »

Un des aspects de son travail qu’il affectionne particulièrement est d’avoir accès aux dirigeants de l’AFSAC, en particulier, le brigadier-général Farrel.

« Ici, j’ai le privilège de discuter directement avec le brigadier-général Farrel et les directeurs de l’AFSAC, a souligné le LCol Harvey. Je pense que c’est là la clé. »

À titre d’exemple, une réunion du Security Partners Forum (forum des partenaires concernant la sécurité) a eu lieu il y a quelques semaines, à laquelle participaient l’état-major général et les OLE. Des échanges de haut niveau ont suivi et le LCol Harvey a été en mesure de discuter face à face avec le commandant de l’AFSAC.

« C’est très bien, a-t-il dit. Tout en faisant avancer l’agenda collectif, je suis aussi en mesure de présenter les enjeux du Canada au général, ce qui est un avantage réel. »

Le LCol Harvey agit à titre de président des OLE depuis le mois d’octobre. Au cours de l’année précédente, il était l’adjoint du commandant d’escadre Andrew State de l’Australie. Il s’agit de sa troisième affectation aux États-Unis. Auparavant, il a travaillé au Defense Logistic Agency Distribution Center du Security Assistance Command de l’Armée des États-Unis, à New Cumberland (Pennsylvanie), ainsi qu’au Weapon System Support du Naval Supply Systems Command, à Philadelphie. Originaire de Québec, il sert son pays depuis plus de 25 ans.

« Me voici maintenant avec la US Air Force; nous gardons le meilleur pour la fin », de déclarer le LCol Harvey.

Servir dans des fonctions de ce genre constitue souvent un effort familial. Le LCol Harvey est accompagné de sa femme, Jennifer Gilbert, et de sa fille de 11 ans, Avery. Comme canadienne, Jennifer a réussi à obtenir un visa de travail des États-Unis. Elle enseigne l’anglais, langue seconde.

« Une chose que les Canadiens apprécient, de mentionner le LCol Harvey, est le temps doux qu’il fait à Dayton. » Ayant été affecté antérieurement à la Base des Forces canadiennes Winnipeg, au Manitoba, où la température peut chuter jusqu’à 45 oF sous zéro la nuit, il adore l’hiver ici. La famille profite aussi d’un accès au service de commissariat, au centre médical de Wright-Patterson et à ses pharmacies.

« Nous n’avons pas d’infrastructure de cette taille au Canada, car nos forces armées ne sont pas aussi importantes », a-t-il souligné.

Faire du vélo sur les pistes cyclables locales et pouvoir voyager dans d’autres parties du pays sont d’autres activités préférées de la famille. De nombreux OLE se font un point d’honneur de visiter autant d’États que possible.

« Il y a quelques années, un de nos collègues OLE a parcouru les 50 états au cours des trois années qu’il a passées ici. On constate que cela est accessible et en plus, il y a tellement de magnifiques endroits à visiter », de mentionner le LCol Harvey.

Le LCol Harvey a aussi mentionné qu’il aimait bien agir à titre de maître de cérémonie dans des fonctions officielles comme l’accueil et le départ d’OLE ainsi que d’événements sociaux.

Chaque année, l’Air Force Material Command parraine un bal en l’honneur de la communauté des officiers de liaison stationnés à l’AFB Wright-Patterson pour soutenir les services d’assistance en matière de sécurité.

La communauté internationale fait de même en organisant et en finançant la « Réception internationale officielle » qui aura lieu le 11 mai au Wright-Patterson Club.

« Nous invitons nos homologues qui nous aident dans la conduite de nos activités pour que nous puissions les remercier de leur soutien », a ajouté le LCol Harvey.

« Les événements sociaux sont importants pour la communauté internationale, car les coutumes des Américains et la langue anglaise peuvent poser des difficultés à certains des membres », de mentionner le LCol Harvey.

« Nous essayons d’organiser des barbecues, des parties de quilles et des rencontres de groupe pour que nos conjointes (ou conjoints) puissent y participer le plus possible, a indiqué le Lcol Harvey. Plusieurs ne sont pas autorisé(e)s à travailler (à l’extérieur de la maison) et peuvent avoir de la difficulté à s’exprimer en anglais; il est important d’avoir l’occasion de socialiser. »

« Certaines conjointes ont quitté leurs carrières et doivent s’adapter à cette réalité », a ajouté le LCol Harvey.

« Les activités sportives sont un autre moyen populaire de susciter la participation des OLE et des membres de l’AFSAC. Un match de soccer prévu le 21 mai et un match de softball le 31 juillet sont « compétitifs », a-t-il remarqué. »

« Je ne vais pas déblatérer sur le match de soccer, car, normalement, nous nous débrouillons plutôt bien; nous avons des joueurs européens et sud-américains qui pratiquent ce sport depuis leur plus tendre enfance; mais lorsqu’il s’agit de la balle molle, les choses vont autrement, de ricaner le LCol Harvey. Nous les battons au soccer, mais nous recevons une raclée à la balle molle. Après, cependant, nous nous rencontrons pour un pique-nique. Et nous n’avons aucun ressentiment les uns envers les autres, car personne ne peut se glorifier d’une victoire. »

Un esprit de gagnant-gagnant est l’essence même des relations entre les OLE et les membres de l’LCol.

« Nous sommes plus forts ensemble et cela se reflète dans le genre de relations que nous entretenons entre nous et l’AFSAC », a-t-il mentionné.

Date de modification :