Qui était dans les airs le jour J?

Trois hommes vêtus d'uniformes militaires regardent une carte.
« C’est là que se TROUVAIT la cible », dit le capitaine à deux des membres de son équipage, le 7 juin, après leur retour d’une mission de bombardement d’installations ferroviaires ennemies, derrière les lignes de l’invasion. Ces militaires font partie du 429e Escadron « Bison », affecté au 6e Groupe de bombardement de l’ARC; le vol effectué dans la nuit du jour J était leur troisième sortie. Ci-dessus, on voit le sergent Bob Fairborn (à gauche), le sous-lieutenant d’aviation M. B. « Harold » Tracey et le sergent Ray Cowan. PHOTO : Archives du MDN, PL-29837

Étiquettes : | | | | | | | |

Le jour J, le 6 juin 1944, l’Aviation royale canadienne (ARC) comptait 42 escadrons opérationnels à l’étranger.

Parmi ces 42 escadrons, on comptait également une unité de service territorial, le 162e Escadron, équipé d’avions Canso; il avait été « prêté » au Coastal Command (commandement de l’aviation côtière) de la Royal Air Force (RAF). De ces 42 escadrons, 39 ont l’honneur de guerre « Normandie », ce qui veut dire qu’ils ont pris part aux opérations de combat soit le jour J, soit durant des campagnes subséquentes.

Des centaines d’aéronefs canadiens étaient en vol le jour J et des milliers d’hommes et de femmes de l’ARC servaient dans des unités canadiennes ou autres unités du Commonwealth. Sept des 23 pilotes canadiens tués le jour J servaient dans les escadrons de l’ARC, tandis que les autres faisaient partie d’escadrons et d’unités de la RAF. Lire le reste de l’article . . .

Date de modification :