Un succès qui transpire: Saisie de cocaïne durant l’opération CARIBBE

Un marin de la Marine royale canadienne et des membres de la garde côtière américaine, actuellement à bord du NCSM Yellowknife en vue de l’opération CARIBBE, se déplacent par embarcation pneumatique à coque rigide afin de mettre à l’essai les communications dans l’océan Pacifique durant l’Op CARIBBE, le 27 mars 2019. Photo : Capitaine Annie Morin XC54-2019-0003-001

Étiquettes : |

Par le capitaine Annie Morin, officier des affaires publiques de l’opération CARIBBE

Dans l’océan Pacifique Est, sous le soleil chaud, l’air est chargé d’humidité et la température peut atteindre les 45 degrés avec l’humidex. Il est presque impossible de rester au sec même en limitant ses mouvements. Les vêtements vous collent à la peau et la sueur, inévitable dans ces conditions, perle constamment sur votre nuque.

L’enjeu en vaut la peine.

Soudainement, Dame Nature fait tomber la pluie sur le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Yellowknife, ce qui ne fait qu’entretenir l’humidité ambiante. L’équipage continue cependant de montrer de la détermination, même après environ trois semaines de patrouille dans ce climat chaud qui caractérise la forêt luxuriante d’Amérique latine. C’est que la tâche à accomplir est très motivante : trouver et arraisonner des bateaux qui transportent des drogues illicites.

Sur la passerelle du navire, c’est le noir complet, sauf pour la faible lumière provenant de certains appareils. De loin, le NCSM Yellowknife est presque invisible dans sa zone de recherche. C’est la nuit du 14 avril 2019 et le radar vient de capter le signal d’un bateau tout près. Serait-ce celui que l’équipage cherchait? Le timonier lance un appel aux postes d’arraisonnement pour avertir toutes les personnes concernées, de l’équipe de mise à l’eau aux membres du détachement d’application de la loi de la garde côtière américaine (USCG), qui se chargeront de l’arraisonnement.

L’équipage positionne favorablement le navire par rapport au clair de lune, afin qu’il puisse rester invisible pour le bateau le plus longtemps possible. Un membre de l’équipage aperçoit un drapeau du Costa Rica. La passerelle attend en silence, sauf lorsqu’elle doit communiquer avec la salle des opérations, comme si le simple fait de respirer bruyamment pouvait compromettre les chances d’arrêter le bateau et de confisquer sa cargaison.

Dans l’obscurité totale, les membres du détachement de l’USCG affectés au NCSM Yellowknife s’éloignent dans des embarcations pneumatiques à coque rigide (RHIB), le bruit des moteurs étant à peine perceptible quelques secondes plus tard. Il s’agit d’un moment palpitant pour les membres des forces de l’ordre, car c’est maintenant que leur travail trouve tout son sens. Le temps est venu d’agir. Dans le silence le plus complet, les différents groupes se dirigent vers le bateau soupçonné de transporter de la drogue, dirigés par les patrons d’embarcation et guidés par le NCSM Yellowknife. La lumière du bateau est à peine visible à l’horizon.

Lorsque les RHIB arrivent près du bateau suspect, les membres de l’USCG interpellent le capitaine. Les suspects sont manifestement surpris de cette apparition nocturne soudaine, mais ils restent calmes. Un par un, les membres de l’USCG montent à bord avec la permission des autorités, faisant preuve de discipline et d’un haut niveau de préparation. Après avoir reçu le feu vert, ces professionnels de l’application de la loi commencent un travail de recherche rigoureux pour trouver la drogue, en misant sur l’information connue, leurs compétences et leur intelligence.

Lentement, les premiers rayons de soleil commencent à illuminer l’horizon, les membres déterminés de l’USCG cherchant toujours la drogue. Ils ont travaillé toute la nuit sans relâche sur un bateau qui tanguait, ne comptant que sur l’eau et les vivres limités qu’ils avaient apportés pour se ressourcer. Quelques heures plus tard, les membres de l’USCG ont fait tout ce qu’ils pouvaient dans les circonstances pour dénicher les stupéfiants. Ils demeurent malgré tout convaincus qu’ils s’y trouvent, mais simplement hors de portée.

Il est finalement décidé de ramener l’équipe fatiguée à bord du NSCM Yellowknife. Or la recherche des stupéfiants à bord du bateau n’est pas terminée. Tout semble indiquer qu’il transporte vraiment des substances illicites et il existe une autre façon de les trouver : une fouille à quai. Des dispositions sont prises avec la garde côtière costaricaine pour que cette dernière vienne assumer la responsabilité de la recherche. Pour comprendre ce qui se dit à la radio, cependant, l’équipe de la passerelle doit compter sur quelques personnes pouvant traduire l’espagnol. Les échanges sont quelque peu ralentis pour les besoins de la traduction, mais néanmoins efficaces.

Une équipe du Costa Rica atteindra l’emplacement du navire dans quelques heures. Bien que l’équipe d’arraisonnement de l’USCG soit de retour à bord du NCSM Yellowknife, ce dernier ne bouge pas avant l’arrivée de la garde côtière costaricaine. Commence alors une longue attente. Le navire reste près pour dissuader le bateau de s’en aller. Si la proximité du navire de défense côtière ne suffit pas, l’équipage portant des casques, des vestes pare-balles et des armes fera sûrement l’affaire.

C’est dans ce genre de situation que les alternateurs au diesel sont utiles, car ils permettent de maintenir le navire à une certaine distance du bateau. Cependant, comme le navire n’avance plus, les effets de la mer sur le navire à fond plat sont accentués. L’équipage du NCSM Yellowknife, dont l’optimisme général n’est pas refroidi pour autant, agit tout de même de façon très différente en ce jour nuageux d’avril. Lui qui d’habitude bourdonne est aujourd’hui étrangement calme, tout en ayant espoir que la garde côtière costaricaine arrivera à trouver la drogue au cours d’une fouille destructive dans le port. Ce type de fouille vise à atteindre des endroits du bateau qui ont été délibérément dissimulés par les contrebandiers et inaccessibles autrement.

En fin d’après-midi, la garde côtière costaricaine s’arrête à côté du bateau, prête à prendre la relève du NCSM Yellowknife et à l’escorter au port. Les membres de l’équipage du navire observent depuis la passerelle pendant que les nouveaux arrivants montent à bord du bateau pour effectuer une inspection de sécurité. Puis, munie de l’information recueillie par le détachement application de la loi, la garde côtière du Costa Rica repart sans tarder, impatiente de procéder à ses propres recherches. À sa demande, le NCSM Yellowknife suit les deux bateaux pendant un certain temps, avant de s’éloigner du groupe pour continuer sa patrouille.

Commence alors une deuxième longue attente.

Bien que l’équipage du NCSM Yellowknife ait repris sa routine habituelle, il ne cesse de penser à l’arraisonnement de la nuit précédente et à la possibilité que la garde côtière costaricaine découvre la drogue. Trouvera-t-elle quelque chose? Une autre question vient inévitablement à l’esprit des moins patients d’entre nous : quand le saurons‑nous?

Finalement, moins de 24 heures après que la garde côtière du Costa Rica est allée à la rencontre du bateau, le NCSM Yellowknife reçoit l’heureuse nouvelle : « 1040 kilos de cocaïne et un fusil semi‑automatique trouvés à bord du bateau. »

L’effort en valait vraiment la peine.

Bien que l’opération CARIBBE ne prévoie pas le même nombre de militaires que les autres missions plus connues au cours des dernières décennies, son importance n’en est pas moins considérable. En effet, la répression du trafic de drogue illicite dans l’océan Pacifique Est a des répercussions directes sur le front intérieur. La corrélation entre la saisie de drogues illicites et les effets positifs est réelle : il y a moins de surdoses, de décès, de nouveaux consommateurs et de crimes connexes en général.

Composé de 45 personnes, dont des membres de la garde côtière américaine, le NCSM Yellowknife participe actuellement à un déploiement avec le NCSM Whitehorse dans le cadre de l’opération CARIBBE, la contribution du Canada à l’opération MARTILLO, une activité de la Joint Interagency Task Force South des États-Unis visant à mener des opérations intégrées et internationales de détection et de surveillance, et à faciliter la répression du trafic illicite.

Galerie d'images

Date de modification :