Notre leadership fonctionne, et le système de soins de santé aussi

Étiquettes : |

Par le Lcol R. Gordon Bennett, J4, QG de la 1re Division du Canada

Le 19 juin 2018, alors que j’étais en service temporaire à Kingston avec la 1re Division du Canada, j’ai été victime d’un grave accident de la route. J’ai été transporté d’urgence à l’hôpital en ambulance, et le pronostic n’était pas bon. En plus d’avoir subi des lacérations mineures exigeant des points de suture, la partie gauche de mon bassin était brisée et mon fémur était possiblement fracturé, entre autres blessures; mon état nécessiterait probablement de multiples interventions chirurgicales. Avec mon téléphone intelligent, j’ai pu envoyer un courriel à ma chaîne de commandement en utilisant la fonction de conversion parole texte afin de lui expliquer brièvement ma situation. À partir de ce moment, j’ai vu de mes propres yeux le travail extraordinaire accompli par nos dirigeants militaires et nos services de soins de santé.

Ma situation était particulièrement inhabituelle, car même si je travaillais au Quartier général de l’Armée canadienne, j’étais situé physiquement à Borden. De plus, pour compliquer les choses, je m’apprêtais à être affecté à la 1re Division du Canada en juillet. Tout cela aurait pu entraîner une grande confusion. Au lieu de cela, l’unité que je quittais et ma nouvelle unité ont toutes deux communiqué avec moi et se sont assurées qu’un membre de leur personnel me visite chaque jour à Kingston afin de vérifier mon état et de confirmer qu’on s’occupait bien de moi et de ma famille. Ces personnes ont même annulé des activités et des événements personnels après les heures normales afin de vérifier que mes besoins étaient satisfaits pendant mon séjour à l’hôpital. Les deux chaînes de commandement se sont aussi montrées souples quand il a été question de mon voyage de recherche d’un domicile (VRD), de mon déménagement et de ma date d’entrée en fonction afin d’aider à mon rétablissement. C’était vraiment rassurant de savoir que je pouvais compter sur un tel soutien exceptionnel de la part de nos dirigeants militaires.

La nuit de l’accident, les évaluations initiales suggéraient que j’aurais besoin d’un séjour à l’hôpital pouvant durer jusqu’à un mois et de plusieurs mois de convalescence. Toutefois, après deux interventions chirurgicales, une transfusion sanguine et neuf jours à l’hôpital, mon état s’était suffisamment amélioré pour je puisse partir de l’hôpital.

La date où j’ai reçu mon congé de l’hôpital coïncidait avec le jour où je devais originalement entreprendre mon VRD à Kingston. Heureusement, mes deux chaînes de commandement ont toutes deux fait preuve d’une grande souplesse pour mon VRD, mes dates de déménagement et mon congé.

Galerie d'images

Notre système de soins de santé fonctionne. J’ai entendu des gens se plaindre à son sujet, mais étant moi même devenu un patient, j’ai eu l’occasion de juger s’il fonctionne bien ou non. Après ma première intervention chirurgicale, une infirmière de liaison de Borden a communiqué avec moi. Elle s’est assuré qu’on me fournisse des aides à la mobilité temporaires, qui sont ensuite arrivées chez moi, dans la région de Borden, en quelques heures seulement. Elle m’a aussi fixé des rendezvous de suivi à Borden et à Kingston. Entretemps, quelqu’un a communiqué avec la pharmacie et la salle d’examen médical de la base à Kingston pour s’occuper de mes prescriptions et de mon suivi médical. Grâce à leur merveilleux personnel, j’ai eu le soutien et les médicaments dont j’avais besoin pour passer non seulement au travers du long weekend de la fête du Canada pendant mon VRD et mes quatre heures de route pour retourner à la maison, mais aussi au travers des semaines suivantes.

Depuis l’accident, mon rétablissement est lent, mais prometteur. Les services de physiothérapie à Borden puis à Kingston m’ont beaucoup aidé. Les rendezvous de suivi aux deux bases, notamment pour enlever les points de suture et les agrafes, pour mes médicaments ou pour confirmer les progrès réalisés, se sont avérés excellents. Je n’ai aucune plainte à formuler, et je suis très reconnaissant du soutien que j’ai reçu. Le système fonctionne.

Cet incident est un exemple classique de leadership et de soutien médical efficaces, et j’en suis vraiment reconnaissant. Mon expérience du système ne ressemble aucunement aux histoires négatives que j’ai entendues. Même si je dois prévoir au moins un an de réadaptation avant d’être prêt à passer le test FORCE et à participer aux marches avec charge, je suis heureux de savoir que nous pouvons compter sur une infrastructure de soutien d’aussi grande qualité et que, loin d’être simplement fonctionnels, nos systèmes de leadership et de soins de santé fonctionnent, en fait, très bien.

Date de modification :