Les Rangers Canadiens viennent à la rescousse d’un frère et d’une soeur dont la motoneige a été ravagée par les flammes

Étiquettes : | |

Par Peter Moon

Un frère et une sœur étaient sains et saufs après que leur motoneige a été détruite par des flammes alors qu’ils effectuaient le trajet de Wunnumin Lake à Nibinamik, deux petites collectivités oji-cries situées dans le Grand Nord de l’Ontario.

Une opération de sauvetage couronnée de succès a été entamée par le père du duo, le sergent Paul Oskineegish, commandant de la patrouille de Rangers canadiens de Nibinamik.

Ce dernier se trouvait à Wunnumin Lake à l’occasion d’un tournoi de hockey populaire, lequel attire des joueurs et des spectateurs de plusieurs collectivités des Premières Nations, et c’est à ce moment qu’il a été joint sur son téléphone cellulaire. L’appel provenait de son fils Ridley, 18 ans, qui avait participé au tournoi et rentrait à la maison en motoneige avec sa sœur Marcelline, 12 ans.

Nibinamik est situé à 60 kilomètres de Wunnumin Lake. Les collectivités éloignées des Premières Nations se trouvent à environ 500 kilomètres de Thunder Bay.

« Ridley, qui avait un téléphone satellite, a fait savoir que le Ski-Doo avait commencé à émettre de la fumée, explique le sergent Oskineegish. Il avait arrêté la motoneige et avait tenté d’utiliser de la neige pour éteindre le feu, mais celui-ci s’était propagé. Il avait été en mesure de décrocher le traîneau, mais il ne pouvait pas atteindre un bidon rempli d’essence qui se trouvait à l’arrière du Ski-Doo. J’ai tout d’abord cru que l’incident n’était pas sérieux. Cependant, j’ai appris plus tard que le feu avait détruit le Ski-Doo. Je ne sais pas ce qui a causé le feu. »

Le duo frère et sœur n’avait pas de fournitures d’urgence, et même si le mercure en fin d’après-midi indiquait 1 °C, il devait descendre rapidement au cours de la nuit pour atteindre le minimum nocturne de -12 °C. Le feu s’était produit à environ 20 kilomètres de Nibinamik. Le duo a commencé à marcher en direction de Nibinamik. Ridley est membre des Rangers juniors canadiens.

Le sergent Oskineegish a eu du mal à obtenir de l’aide. La plupart des rangers à Nibinamik assistaient au tournoi de hockey ou n’étaient pas joignables. Les chasseurs expérimentés qui auraient pu aider étaient partis à la chasse à l’orignal. Le service de police local, incapable d’organiser une mission de sauvetage, a communiqué avec la Police provinciale de l’Ontario (PPO). La PPO a demandé l’aide de l’Armée canadienne, et les Rangers canadiens, réservistes de l’Armée à temps partiel, ont obtenu le feu vert pour réaliser une opération de recherche et sauvetage.

Seuls deux membres des Rangers canadiens se trouvaient à Nibinamik à ce moment-là. Le caporal‑chef Leo Oskineegish a assumé le commandement local de la recherche et était de service à un poste de commandement. Le ranger Jethro Oskineegish a fait équipe avec un volontaire civil, Mathias Oskineegish, grand-père des enfants manquants à l’appel. Le caporal‑chef Oskineegish et le ranger Oskineegish sont des cousins du sergent Oskineegish.

Le ranger Oskineegish et M. Oskineegish ont trouvé les enfants qui marchaient, à environ quinze kilomètres de Nibinamik, et ils les ont ramenés à la maison, indemnes.

« Je suis très heureux que le duo manquant à l’appui ait été sauvé », déclare le lieutenant‑colonel Matthew Richardson, commandant des Rangers canadiens du Nord de l’Ontario. « Même s’ils n’avaient pas d’équipement de survie, ils disposaient d’un téléphone satellite. S’ils n’en avaient pas eu, des heures auraient pu passer avant que l’incident soit signalé et que nous soyons en mesure d’aller les trouver. »

« Les Rangers constituent une organisation communautaire indispensable et c’est merveilleux de voir d’autres membres de la collectivité, comme M. Oskineegish, le grand-père des jeunes, qui se portent volontaires et sont prêts à aider dans des cas comme celui-ci. Nous le remercions de l’aide qu’il nous a fournie. »

(Le sergent Peter Moon est le ranger responsable des affaires publiques du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens à la Base des Forces canadiennes Borden.)

Date de modification :