Chinthe un jour, Chinthe toujours

Richard Earl, vétéran de la Deuxième Guerre mondiale basé en Birmanie, pose près du nez de l’avion DC 3 Dakota
Richard Earl, vétéran de la Deuxième Guerre mondiale basé en Birmanie, pose près du nez de l’avion DC 3 Dakota « Spirit of Ostra Brama », durant sa visite au 435e Escadron, à la 17e Escadre Winnipeg, au Manitoba, le 29 janvier 2019. Photo : Sergent Daren Kraus

Étiquettes : | |

Par la Slt Becky Major, Affaires publiques de la 17e Escadre

Lorsque Richard Earl s’est joint à l’Aviation royale du Canada (ARC) en 1942, à l’âge de 18 ans, il n’imaginait jamais devenir opérateur radio pour l’un des deux nouveaux escadrons de transport canadiens en Inde.

Earl a été affecté au 435eEscadron pour travailler à bord du DC‑3 Dakota, ou « Dak », comme ses opérateurs le nomment affectueusement. Soixante-quinze ans plus tard, grâce à une rencontre fortuite, M. Earl a eu l’occasion de retrouver son ancien escadron à la 17e Escadre Winnipeg.

Earl a servi jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, avant de rentrer au Canada et de reprendre son travail au Canadien National. Depuis ce temps, il n’avait pas tenté de renouer avec le monde militaire, jusqu’au moment d’une rencontre fortuite avec son nouveau voisin, l’adjudant-maître (à la retraite) Richard Henry, ancien technicien en recherche et sauvetage du 435eEscadron.

« Un jour, nous avons commencé à parler dans la ruelle arrière et Richard a mentionné qu’il avait déjà servi en Inde, explique l’Adjum (à la retraite) Henry. Au bout de quelques minutes, il a ajouté qu’il avait servi au sein du 435e Escadron et j’ai pensé que c’était vraiment incroyable. »

Après avoir communiqué avec un membre du 435e Escadron, on a organisé une visite pour permettre à M. Earl de visiter le hangar 16 et de voir le CC-130 Hercules qu’utilise l’escadron à l’heure actuelle. Malgré des températures inférieures à -40 °C, M. Earl n’a pas annulé sa visite, et l’escadron s’est montré bien à la hauteur de ses attentes.

Lorsque M. Earl est sorti de l’ascenseur au troisième étage du hangar, il a été accueilli par le lieutenant-colonel Johnny Coffin, commandant du 435e Escadron, l’adjudant-chef Paul Nolan et des membres de l’escadron. C’était un honneur auquel il ne s’attendait pas et qu’il n’oubliera pas de sitôt.

Le Lcol Coffin a remis à M. Earl une pièce de l’escadron, tout en lui souhaitant la bienvenue en lui disant : « Chinthe un jour, Chinthe toujours! ». Le chinthe, créature mythique semblable à un lion et originaire de Birmanie, est devenu la mascotte de l’escadron durant le déploiement de celui-ci en Inde.

Galerie d'images

  • De gauche à droite : le lieutenant-colonel John Coffin, commandant du 435e Escadron, Richard Earl et Richard Henry, ancien technicien en recherche et sauvetage du 435e Escadron
  • Richard Earl parle au lieutenant-colonel John Coffin, commandant du 435e Escadron, et à des membres du 435e Escadron
  • Le capitaine Steven Huntley, officier de systèmes de combat aérien du 435e Escadron, montre à Richard Earl le poste de pilotage d’un avion CC 130 Hercules
  • Richard Earl, vétéran de la Deuxième Guerre mondiale basé en Birmanie, pose près du nez de l’avion DC 3 Dakota

M. Earl a passé la matinée à raconter des histoires de Birmanie et à rappeler aux membres de l’escadron à quel point c’était différent à son époque. Quand on lui a demandé quel type de harnais il portait à l’arrière du Dakota lors de largages, M. Earl a répondu : « ce que j’avais sur le dos! ». Bien que cette réponse puisse étonner les aviateurs d’aujourd’hui, M. Earl et ses collègues aviateurs n’y ont même pas réfléchi à deux fois en 1944.

M. Earl était émerveillé de voir le CC-130 Hercules. « Vous pourriez mettre le Dak à l’arrière de ce Herc sans aucun problème! », a-t-il dit en riant. Les membres de l’escadron l’ont emmené dans le poste de pilotage et lui ont expliqué le fonctionnement de l’appareil.

Ayant suivi l’instruction de radiotélégraphiste-mitrailleur au Canada, M. Earl a pu mettre à profit ces compétences pendant son affectation en Inde. Il a beaucoup compté sur ses leçons relatives au morse lorsqu’il assumait à la fois le rôle d’opérateur (ou radiotélégraphiste) et de mitrailleur à bord aux côtés de deux pilotes et du navigateur qui composaient l’équipage du Dakota. À sa grande surprise, M. Earl faisait partie d’un équipage dont le pilote, Earl Payne, vivait dans la même rue que lui à Winnipeg.

La visite matinale a été palpitante pour M. Earl, et le 435e Escadron le verra plus souvent cette année. En avril, on soulignera le 75e anniversaire de l’Escadron lors d’un banquet au Musée canadien pour les droits de la personne, à Winnipeg.

Date de modification :