Un survivant du NCSM Kootenay reçoit le galon de blessé 49 ans après une explosion survenue dans la salle des machines

Le Mat 2 (retraité) Allan « Dinger » Bell a reçu le galon de blessé des mains du Vice-amiral Ron Lloyd, commandant de la MRC
Le Mat 2 (retraité) Allan « Dinger » Bell, survivant de l'explosion de 1969 du NCSM Kootenay, a reçu le galon de blessé, le 9 février 2019, des mains du Vice-amiral Ron Lloyd, commandant de la Marine royale canadienne. Photo : AP de la MRC

Étiquettes : | |

Par Ryan Melanson – Trident

Près de 50 ans après avoir été grièvement blessé en mer à la suite de l’explosion du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Kootenay en 1969, un membre de l’équipage a été honoré pour le sacrifice qu’il avait consenti au service de son pays.

Le matelot de 2e classe (mat 2) (retraité) Allan « Dinger » Bell s’est vu décerner le galon de blessé par le vice-amiral (vam) Ron Lloyd, commandant de la Marine royale canadienne (MRC), lors d’une cérémonie tenue à la tour Juno le 8 février, en présence de sa famille et de plusieurs de ses anciens camarades de bord du Kootenay.

Le Mat 2 (retraité) Bell travaillait dans la salle des machines du Kootenay, le 23 octobre 1969, lorsque la boîte de vitesses a explosé pendant que l’on procédait à des essais à pleine puissance au large des côtes de l’Angleterre.

Parmi les trois marins qui se trouvaient dans la salle des machines, il est le seul à avoir survécu à l’explosion; neuf hommes ont été tués et plus de 50 ont subi des brûlures ou d’autres blessures lorsque du feu, de la fumée, de l’huile chaude et d’autres substances dangereuses s’étaient répandus dans le navire en raison de l’explosion.

Le Mat 2 (retraité) Bell lui-même avait des brûlures sur plus de la moitié de son corps et a dû subir trois interventions chirurgicales et un processus de guérison difficile. L’explosion du Kootenay est maintenant considérée comme la pire catastrophe que la MRC ait connue en temps de paix.

Lorsqu’il a remercié le Mat 2 (retraité) Bell de son sacrifice et qu’il lui a décerné le galon de blessé, le Vam Lloyd n’a pas hésité à dire que cet hommage aurait dû être rendu il y a longtemps et que son but était de « redresser un tort ».

« La bonne nouvelle, c’est qu’en tant qu’organisation, nous avons pu faire de grands progrès depuis la tragédie qui s’est produite à bord du Kootenay », a déclaré le Vam Lloyd , faisant référence aux nombreux changements apportés à la conception et aux protocoles de sécurité après la tragédie.

Alors que la journée était axée sur la commémoration du sacrifice du Mat 2 (retraité) Bell, celui‑ci a surtout parlé de ses camarades de bord et de leur famille après avoir reçu le galon de blessé.

Il a évoqué ses neuf collègues décédés des suites de l’explosion de 1969, ainsi que les huit épouses qui ont perdu leur conjoint et les 18 enfants qui ont perdu leur père ce jour-là. Nombre de ceux qui ont survécu ont souffert pendant des années de troubles de stress post-traumatique à cause de ce qu’ils ont vu et vécu à bord du navire.

Ces survivants, a-t-il ajouté, méritent eux aussi d’être honorés en reconnaissance des actes héroïques qu’ils avaient accomplis pour sauver le navire et empêcher qu’une tragédie encore plus importante ne se produise.

Une cérémonie marquant le 50e anniversaire de l’explosion du Kootenay est prévue pour le 23 octobre prochain au Monument commémoratif Bonaventure, situé dans le parc Point Pleasant.

Date de modification :