Défi de l’innovation de l’Équipe de la Défense : Faits saillants du Combat des Innovateurs

Étiquettes : |

Transcription

 Notre gagnant aujourd’hui, c’est l’énergie renouvelable.

Et aujourd’hui, nous sommes ici pour présenter notre système à énergie renouvelable autonome et modulaire, ou SERAM. Le système devait être aussi petit que possible, car nous devons le remorquer à l’aide d’un VTT ou d’une motoneige. Il devait résister aux environnements hostiles, tout particulièrement au froid extrême, dans notre cas. Il devait générer diverses tensions électriques, à savoir des tensions de 12 volts, de 24 volts, de 48 volts et de 120 volts. Le système devait aussi être en mesure de stocker l’énergie. Nous devons survivre de la tombée de la nuit jusqu’au lever du soleil le lendemain. La portée du projet s’étend à la fourniture d’un système à énergie renouvelable aux divers niveaux d’un groupement tactique territorial ou d’une organisation du niveau de bataillon.

Et voilà, c’est l’impression tridimensionnelle. Il s’agit donc de notre premier finaliste. Applaudissons-les.

Avec peu de préavis, j’ai été appelé à prendre part à un déploiement. Et après un vol de 28 heures qui, m’avait-on dit, allait être court, je me suis trouvé désorienté et souffrant du décalage horaire. À peine quelques heures après avoir tenté de m’orienter, on m’a demandé de trouver une solution au problème.

À l’heure actuelle, selon le processus d’approvisionnement, il est concevable qu’un fabricant présente une soumission qui contient une pièce ne pouvant être créée que par impression tridimensionnelle. Ces pièces seront fabriquées à l’aide de nouvelles méthodes de conception qui réduisent l’utilisation de matériels, tout en maintenant ou en accroissant la résistance des pièces. Nous voulons être en mesure de tirer parti de cette technologie, parce qu’elle peut révolutionner notre système et notre équipement.

Le système de gestion des connaissances 2.0 vise à établir des liens entre les personnes qui ont des questions et celles qui ont les connaissances. Alors maintenant, nous avons un utilisateur qui souhaite poser une question. Tout d’abord, il va consigner une question dans le système. Celle-ci sera analysée et, encore une fois, les termes, les phrases et les mots clés en seront extraits. Le système va tout d’abord chercher une réponse ou une connaissance dans le jardin des réponses. S’il la trouve, le système transmettra la solution à l’utilisateur. S’il ne la trouve pas, le système effectuera une recherche dans le répertoire des leçons tirées. Et s’il n’y trouve toujours pas une solution, le système fera appel à des experts en la matière afin de fournir les connaissances requises aux personnes qui en ont besoin.

Je suis le caporal Kurt Vandercrone et voici le sergent Germain Daigle et un chien. Aujourd’hui, nous allons discuter de l’intégration des chiens d’utilité militaires dans les Forces armées canadiennes. Il s’agit d’une excellente occasion pour interagir avec les membres de la collectivité et créer des programmes de sensibilisation, parce que ces derniers doivent savoir que quoiqu’il advienne, ils peuvent être sûrs que nos chiens passeront à l’action si des personnes manquent à l’appel. Une fois de plus, le budget total que nous demandons, soit 180 000 $, nous permettra d’établir une ressource de sauvetage qui n’est pas axée sur le langage et qui doit faire partie des Forces.

Essentiellement, nous sommes des fournisseurs de service, et la valeur de l’expérience des utilisateurs doit être intégrée à tous les niveaux. Nous cherchons à faire en sorte que le système soit aussi convivial que possible. Nous utilisons un outil simple qui entraîne l’amélioration de l’expérience de l’utilisateur. Des menus déroulants sont fournis pour réduire la saisie de données et assurer l’uniformité à l’échelle des comptes. Le système peut être utilisé avec peu ou pas de formation, bien que nous en fournissions une. Des options propres à l’unité sont remplies à l’aide de bases de données thématiques. Les représentants d’unité n’ont accès qu’aux unités autorisées. Et les sélections déterminent également l’emplacement où les dossiers personnels seront conservés. Il y a des lecteurs partagés, de même que des lecteurs d’unité nécessitant des autorisations particulières.

Nous croyons que ces merveilleuses expériences devraient s’étendre aussi à l’administration du programme, en particulier aux personnes que nous servons, les cadets et leurs parents. Je m’appelle Mark McPherson.

Et moi, je suis le major Nathan James. Et aujourd’hui, nous sommes ici pour vous parler de la façon dont nous prévoyons veiller à ce que ces expériences administratives soient aussi incroyables que nos expériences d’instruction.

Ce que nous présentons ici, c’est un test à la fois rapide, simple et facile qui nous offre une solution à un problème très sérieux. Alors, chers juges, vous avez entre les mains une maquette du test comme nous l’imaginons. Comme vous le voyez, c’est simple. Pas de pièces mobiles, pas d’électricité. Il est compact. Je peux en avoir un dans ma poche, juste ici. Et il fait savoir, tout simplement en changeant de couleur, si vous avez été exposé ou non à des agents neurotoxiques. C’est très rapide. En l’espace d’environ trois minutes, vous pouvez passer de l’échantillon aux résultats.

Eh bien, en deux mois, nous nous sommes interrogés : qu’arriverait-il si nous disposions d’un système électronique automatisé fondé sur des règles qui renfermerait toutes les règles et mesures d’atténuation, et que celui-ci nous permettait d’acheminer le travail de façon numérique en nous appuyant sur des renseignements fondés sur les règles et l’automatisation? Puis, ce qui distingue ce système des autres, c’est qu’il est doté d’une approbation de niveau 4, d’une approbation de niveau 3, d’une approbation de niveau 2, et d’une approbation de niveau 1. Le système permet d’acheminer le même document à de multiples niveaux d’approbation, selon les délégations requises pour approuver le formulaire en question.

Bienvenue à tous. Le présent exposé porte sur le système de gestion de l’information de la Première réserve et la façon dont nous pouvons créer une application mobile intégrée à l’intention des réservistes. L’innovation vise la conception et l’intégration de plusieurs systèmes logiciels de l’organisation, de même que la création d’un système de communication intégré qui incite la participation des réservistes au moyen d’une application axée sur l’utilisateur à la fois moderne et facile à utiliser.

Donc, ce que nous allons faire, c’est prendre toutes ces composantes différentes et les réunir en une carte intelligente hautement sécuritaire. Voilà donc ce que l’on entend par réunion d’éléments. La modernisation, quant à elle, fait appel à la biométrie, à la reconnaissance faciale et aux empreintes numériques, puis elle lie étroitement l’identité de la personne à la carte. Celle-ci représente maintenant votre persona numérique avec laquelle vous pouvez effectuer vos transactions en ligne.

Je veux prendre un moment pour remercier, une fois de plus, toutes les équipes qui sont venues ici. Certaines ont dû se déplacer sur une certaine distance pour être ici. C’est vraiment apprécié que vous ayez pris le temps, pas seulement aujourd’hui, mais durant tout le développement de vos projets pendant les derniers huit, neuf mois qu’on faisait ça. D’après moi, presque chacun de ces projets comporte un élément que l’on aimerait voir progresser davantage à l’échelle de l’organisation. Pour cette raison, je vous félicite tous.

Date de modification :