Opération HONOUR — Rapport d’étape 4

Étiquettes : | |

Le 26 février, les Forces armées canadiennes (FAC) ont publié leur quatrième rapport d’étape sur la lutte contre l’inconduite sexuelle dans nos rangs.

L’objectif de ces rapports d’étape est d’être transparents et de fournir une évaluation honnête et critique de ce que nous avons accompli et de ce que nous devons faire maintenant.

Au cours des trois dernières années, nous avons mené à bien certains travaux fondamentaux essentiels afin de lutter contre l’inconduite sexuelle et d’appuyer efficacement les personnes affectées par celle-ci. Nous avons aussi beaucoup appris grâce à notre propre expérience et à nos propres analyses, à l’évaluation du Bureau du vérificateur général du Canada et aux commentaires d’experts et d’intervenants externes, y compris ceux et celles qui ont été affectés par l’inconduite sexuelle.

Et nous reconnaissons que nous n’avons pas toujours tout compris. Certaines des mesures que nous avons mises en œuvre ont eu des conséquences imprévues, et certaines initiatives et certains changements n’ont pas donné les résultats escomptés. De plus, nous avons déterminé que, dans certains domaines où nous pensions en avoir fait assez, nous devrons aller plus loin et faire mieux, en particulier en ce qui concerne les dix recommandations de la responsable de l’examen externe.

Dans ce quatrième rapport d’étape, vous verrez que nous allons corriger le cap, en tenant compte de ces informations et conseils externes, et nous pousserons plus loin dans les domaines où nous ne sommes pas aussi avancés que nous devrions l’être.

Le soutien aux victimes a été, et continuera d’être, le principal effort des FAC dans le cadre de l’opération HONOUR. À l’avenir, nous nous concentrerons aussi davantage sur l’élaboration d’une réponse à long terme entièrement coordonnée et dotée de ressources, axée sur l’amélioration du soutien aux victimes et la réalisation d’un changement de culture.

Les FAC constituent une institution riche en histoire et en traditions, qui ont toutes deux un impact important et positif sur la culture. Néanmoins, les FAC réorienteront et se concentreront sur la redéfinition pertinente et délibérée des valeurs, attitudes et croyances institutionnelles afin de s’assurer que chaque militaire des FAC a une compréhension commune de nos devoirs et responsabilités, y compris l’obligation de veiller les uns sur les autres.

L’élargissement du mandat du Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle (CIIS), qui est indépendant de la chaîne de commandement militaire, est essentiel pour recentrer et améliorer nos efforts. Le Centre assurera la coordination de tous les efforts d’aide aux victimes et dirigera l’élaboration d’une stratégie nationale intégrée d’aide aux victimes pour faire en sorte que celles-ci aient accès au soutien le plus efficace et le plus approprié possible.

Le Centre dirigera également l’approche globale des FAC en matière d’inconduite sexuelle, comme l’a recommandé l’ancienne juge Marie Deschamps. Il favorisera le changement de culture institutionnelle en fournissant une opinion d’expert, une autorité en la matière et en jouant un rôle de premier plan dans l’élaboration de politiques, la formation, la stratégie et l’évaluation des programmes liés à l’inconduite sexuelle. Les FAC appuieront l’élargissement du mandat du CIIS, affecteront des ressources au besoin et établiront le nécessaire selon les directives. La direction militaire des FAC aura toujours la responsabilité globale de la réussite opérationnelle des Forces et du bien-être de tous leurs militaires, comme il se doit de toute force de combat professionnelle.

L’inconduite sexuelle est une question difficile et complexe qui exige une approche experte et éclairée. Maintenant que nous disposons d’une base solide, il est temps de passer à l’étape suivante vers la création d’un milieu de travail qui offre respect et dignité pour tous et toutes.

Date de modification :