Un membre des Services de santé se classe en deuxième position lors de la course The Ancient Khmer Path

La major Kristine Self passe par un petit village où les enfants s’alignent
La major Kristine Self passe par un petit village où les enfants s’alignent en attendant impatiemment de voir tous les « étrangers » passer. Photo : GlobalLimits

Étiquettes : | | |

Par Kim Fauteux, Services de santé des Forces canadiennes

Imaginez que vous courrez dans un pays étranger sous un ciel azur à l’occasion d’une course de six jours, sur une distance de 220 km, dans un climat où la température monte à 40 degrés Celsius, sans mentionner les 80 pourcent d’humidité!

« Courir au Cambodge était une expérience surréelle. Parfois, je ne pensais pas au fait que j’étais en train de courir dans un pays du tiers-monde; j’étais concentré à courir. D’autres fois, je levais la tête et voyais des gens travailler dans les rizières ou des moines se baigner dans une rivière. Un sourire se dessinait alors sur mon visage à l’idée de la chance que j’avais de pouvoir contempler le “vrai” Cambodge accompagnée de mon meilleur ami », explique la major Kristine Self, membre des Services de santé des Forces canadiennes (SSFC).

En décembre dernier, elle et son mari, le major Mike Mueller, ont participé à l’ultramarathon The Ancient Khmer Path, au Cambodge. Non seulement Kristine y a participé, elle est en plus arrivée en deuxième position dans la catégorie des femmes, et en troisième position toutes catégories confondues.

Kristine, qui fait aussi partie de l’équipe de course du Conseil international du sport militaire (CISM) des Forces armées canadiennes (FAC), court depuis qu’elle a seize ans. Il y a trois ans de cela, son mari l’a convaincue de participer à un atelier de course en sentier pour femmes.

Après qu’elle a accompli sa première longue course en sentier l’année suivante, en France, elle et son mari se sont mis à la recherche d’autres activités du même genre. C’est dans ce contexte qu’ils ont découvert l’existence de la course au Cambodge. Toutefois, Kristine n’en avait jamais fait une aussi longue auparavant. Après avoir réfléchi mûrement, et après avoir appris qu’ils pouvaient bénéficier de l’aide du programme relatif à la participation à des compétitions sportives civiles des FAC (qui offre de l’aide dans le but d’encourager les athlètes de haut niveau qui ne correspondent pas aux critères des programmes de sport actuels des FAC), ils se sont inscrits.

Galerie d'images

  • La major Kristine Self tente de se rafraîchir en utilisant des bouteilles d’eau potable
  • La major Kristine Self passe par un petit village où les enfants s’alignent

En dépit de la chaleur, des aliments déshydratés et de l’absence de douche, Kristine a beaucoup aimé son aventure. « C’était l’expérience la plus incroyable que j’ai vécue. Elle m’a permis de beaucoup mieux me connaître et d’avoir beaucoup plus confiance en moi », a-t-elle dit.

Selon elle, le meilleur aspect par rapport à cette course a été d’avoir pu la faire avec son mari. « Nous avons couru ensemble et nous avons vécu l’expérience authentique du Cambodge ensemble. Nous avons vu des mosquées magnifiques, couru dans la jungle, sur des routes de campagne et dans de petits villages remplis d’enfants joyeux. C’était incroyable. »

Kristine, qui fait partie du groupe des Services de santé depuis sept ans, estime que deux choses sont nécessaires pour accomplir une telle course : maintenir une bonne forme physique et être assidu à l’entraînement.

« Je ne suis qu’une personne comme les autres, pas une super athlète, mais je m’investis extrêmement dans mon entraînement physique, en plus d’être disciplinée et très déterminée en ce qui concerne celui-ci », explique-t-elle. Le couple envisage de participer à quelques autres courses, en Guadeloupe et en Espagne, au courant des deux prochaines années.

Date de modification :