Un réserviste de l’Armée inspiré par un lien avec l’histoire des Noirs à Hamilton (Ontario)

Un réserviste de l’Armée inspiré par un lien avec l’histoire des Noirs à Hamilton (Ontario)

Étiquettes : | | |

Article / Le 5 février 2019 / Numéro de projet : 19-0015

Par le caporal Cody Misner, Affaires publiques du 31e Groupe-brigade du Canada.

Hamilton (Ontario) — Le caporal Corbin Monaco s’est joint à la Réserve de l’Armée canadienne, au sein au Royal Hamilton Light Infantry (Wentworth Regiment), lorsqu’il avait 22 ans, quelques années à peine après avoir rencontré un vétéran local, un pionnier, avec qui il avait plusieurs points en commun.

Fils d’une mère Jamaïcaine et d’un père Italo-canadien, l’objectif du cpl Monaco était d’élargir ses compétences tout en vérifiant jusqu’où on pouvait le pousser hors de sa zone de confort.

Le cpl Monaco, de Hamilton, n’est pas le premier de sa famille à s’être enrôlé dans les Forces armées canadiennes. Ses parents, même s’ils étaient quelque peu appréhensifs au départ à l’égard de son choix de carrière, étaient fiers que leur fils devienne un autre membre de la famille à s’enrôler; la tante du cpl Monaco a fait une longue carrière dans l’Aviation royale canadienne jusqu’à ce qu’elle prenne sa retraite, tout récemment.

Il dit avoir aussi été inspiré par l’honorable Lincoln M. Alexander, la toute première personne Noire à avoir élue à la Chambre des Communes, parmi les premières qu’il a réalisées.

M. Alexander, né à Toronto (Ontario), a reçu des nombreuses récompenses et vu de nombreuses écoles baptisées à son nom, en plus d’une autoroute importante dans la ville natale du cpl Monaco, soit Hamilton. La « Linc », comme on l’appelle localement, a été baptisée en l’honneur de M. Alexander, qui est devenu le 24e lieutenant-gouverneur de l’Ontario. Ce fils d’immigrants des Antilles a aussi servi au sein de l’Aviation royale canadienne, tout comme la tante du cpl Monaco, pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Il a aussi servi comme colonel honoraire de la 2e Escadre d’aviation tactique (devenue plus tard la 2e Escadre de la Réserve aérienne), de novembre 1985 à décembre 1996. Un escadron des Cadets de l’Aviation royale, soit l’Escadron 876 Lincoln Alexander de Scarborough (Ont.), est nommé en son honneur, et il a été directeur honoraire de la Ligue des cadets de l’Air du Canada. M. Alexander est décédé le 19 octobre 2012 à Hamilton, à 90 ans.

Lorsqu’il était adolescent, le cpl Monaco a rencontré ce pionnier et chef de file, et cela l’a inspiré à vouloir « devenir quelque chose de plus qu’un citoyen ordinaire », tout comme l’avait fait M. Alexander.

Athlète et joueur de soccer passionné, le cpl Monaco travaille actuellement comme sheriff avec la fonction publique de l’Ontario. « Le rôle du sheriff est d’exécuter et mettre en application les ordres et actes des tribunaux de l’Ontario, alors en termes simples, je fais exécuter les ordonnances judiciaires, comme les injonctions, les ordonnances du tribunal de la famille, et reprend les biens et signifie les assignations à comparaître », explique-t-il.

Le cpl Monaco croit que le fait de se joindre à la Réserve de l’Armée offre aux citoyens ordinaires de précieux acquis en matière de discipline et de sens du devoir qui les servent bien dans le marché du travail féroce actuel et leur permettent aussi de rendre service aux collectivités où ils habitent. « C’est un bon endroit pour se développer en tant que personne », affirme-t-il. « C’est aussi un bon endroit pour « donner au suivant ».

Il n’est pas toujours facile d’équilibrer la vie de citoyen et celle de soldat d’infanterie à temps partiel dans la Réserve, puisque les étés sont souvent consacrés à l’entraînement à temps plein.

« L’Armée est vraiment l’un de ces endroits où l’on récupère tout ce qu’on y investit », souligne-t-il. « Le meilleur aspect de la vie du réserviste, c’est d’être capable de maintenir une carrière civile tout en acquérant les compétences que l’Armée a à offrir. »

Le cpl Monaco lie sa carrière militaire à ce désir « de se dépasser ».

En trois années de service à peine, il a fait des choses remarquables, comme sa participation à la Concentration de patrouille canadienne – une éprouvante compétition d’endurance et de métier de soldat dans les températures frigorifiques du nord de l’Alberta, en novembre – en tant que membre de l’équipe du 31e Groupe-brigade du Canada.

Le sentiment d’accomplissement se produit régulièrement au sein de l’Armée, selon ce jeune soldat. « Ma meilleure journée dans l’Armée a eu lieu lorsque j’ai été diplômé de mon cours professionnel d’infanterie. C’était le premier défi que j’ai dû relever », se souvient-il le sourire aux lèvres. « Il n’y a rien de tel que ce sentiment de savoir que vous et vos plus proches amis venez tout juste de finir de faire quelque chose de bien. »

Lorsqu’il parle de l’importance de l’histoire des Noirs pour lui en tant que soldat, le caporal Monaco nous rappelle que le Mois de l’histoire des Noirs est un bon moment pour réfléchir à l’histoire.

« Cela veut dire beaucoup pour moi parce que ça donne l’occasion de faire valoir les contributions des Noirs canadiens ainsi que les sacrifices qu’ils ont fait durant les conflits qui ont marqué l’histoire. Cela souligne aussi l’héroïsme des soldats Noirs, ce qui pourrait avoir été passé sous silence dans les cours d’histoire enseignés à l’école. »”

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne.
Pour plus d’articles, visitez le site Web de l’Armée canadienne.

Liens connexes

Date de modification :