Des Rangers plongent dans des eaux glacées lors d’un entraînement en recherche et sauvetage

Sauvetage en eau glacé
Les soldats tirent une victime simulée et son sauveteur de la glace brisée. Photo : Sergent Peter Moon, Rangers canadiens

Étiquettes : | | | |

Par le sergent Peter Moon, 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens

Des instructeurs et des soldats du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens (3 GPRC) ont pris part à un entraînement en recherche et sauvetage qui s’est déroulé près de Parry Sound, dans le Nord de l’Ontario. Dans le cadre de celui-ci, les participants ont dû plonger dans des eaux glacées durant des scénarios de simulation.

L’entraînement comportait trois jours d’instruction concentrée dans une salle de classe, de même que des scénarios pratiques de sauvetage. Les participants ont joué, tour à tour, le rôle de victimes et de sauveteurs. Ils ont revêtu des combinaisons de plongeurs afin de se protéger contre le froid.

« Nous le faisons pour avoir une connaissance approfondie des habiletés requises, de sorte que nous puissions les transmettre aux Rangers dans le Nord », explique le major Douglas Ferguson, commandant adjoint du 3 GPRC. « À leur tour, les Rangers pourront les transmettre à d’autres gens dans leur collectivité. »

L’entraînement était le premier du genre que suivait le sergent Eric Scott, nouvel instructeur du 3 GPRC. « L’entraînement est unique, car très peu de membres de la Force régulière ou de la Réserve de l’Armée ont l’occasion de le suivre, explique-t-il. L’entraînement est révélateur. Je suis assurément mieux prêt à faire face à une urgence nécessitant l’exécution d’un sauvetage sur glace lorsque je serai dans le Nord. »

Steve Ruskay, expert en sauvetage sur glace de Raven Rescue, présente différents types d’entraînements en sauvetage à divers étudiants au Canada. Il s’est dit impressionné par l’approche qu’ont adoptée les soldats durant l’entraînement exigeant.

« Ils se distinguent des autres, ajoute-t-il. Ils savent s’y prendre par temps froid ou lorsque les conditions météorologiques sont défavorables. Leur sens du travail d’équipe et leur camaraderie sont vraiment singuliers. Des preuves anecdotiques nous montrent que le taux d’incidents relatifs à la glace est largement supérieur dans le Nord, où ces soldats s’en vont. Ce sont les Autochtones qui chassent et trappent sur ces cours d’eau gelés, lesquels sont essentiels à leur subsistance. Ces derniers n’ont pas accès à ce genre d’entraînement que les instructeurs des Rangers canadiens ont suivi et enseigneront dans le Nord. Je pense donc que le programme des Rangers a d’importantes retombées à l’échelle du Nord. »

Galerie d'images

  • Le sergent Eric Scott
  • Sauvetage en eau glacé
  • Sauvetage en eau glacé
Date de modification :