Les soldats de Gagetown empruntent une nouvelle route pour l’entraînement à la détection d’EEI

Étiquettes : | | |

Article / Le 11 janvier 2019 / Numéro de projet : 18-0430

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d’images.

Par le lieutenant W.D.J. Dumais, 4e Régiment d’appui du Génie

Oromocto (Nouveau-Brunswick) — Une route récemment construite à la Base de soutien de la 5e Division du Canada (5 CDSB) Gagetown améliore l’entraînement indispensable à la détection des engins explosifs improvisés (EEI).

En 2018, le 4e Régiment d’appui du génie (4 RAG), qui fait partie de la Brigade d’appui au combat du Canada, a pris la direction des cours de commandant de section et d’opérateur lorsqu’il est devenu le centre d’excellence de facto de Capacité d’ouverture d’itinéraire de circonstance (COIC) de l’Armée canadienne.

Ceci a donné plus de flexibilité au 43e Escadron de lutte contre les engins explosifs improvisés (43e Esc C-IED) lors de la planification des cours. Le 4 RAG est aussi impliqué dans l’amélioration de la doctrine du COIC et supporte l’exécution d’essais de véhicules spécifiques.

Qu’est-ce que COIC?

COIC est utilisé pour rechercher sur les routes d’éventuels EEI. Il comprend une équipe de recherche d’itinéraire, une équipe de recherche intermédiaire et le commandement de la troupe.

La première équipe regroupe trois véhicules spécialisés: deux véhicules Husky et un Buffalo, avec au total de six soldats. La deuxième équipe est composée de deux sections de terrain démontées utilisant deux véhicules blindés légers (VBL) pour effectuer des exercices de recherche tels que la recherche de points vulnérables, la recherche de zones, la recherche de boîtes, etc. C’est la combinaison des deux équipes qui rend le COIC efficace. Selon les besoins de la mission, une équipe de neutralisation des explosifs et munitions (NEM) peut être associée à un véhicule Cougar.

L’équipe NEM exécute un processus qui comprend la détection, l’identification, l’évaluation sur place, la mise hors d’état de fonctionner, la récupération et la destruction définitive d’explosifs et de munitions.

Les véhicules Husky sont utilisés pour détecter les menaces possibles sur la route, le Buffalo est utilisé pour reconnaître les obstacles, et le Cougar transporte les opérateurs de NEM et leur grande variété d’outils, dont des robots de neutralisation des explosifs.

Ces véhicules se fondent sur une conception éprouvée qui protège mieux l’équipage contre les explosions et les menaces balistiques.

Une approche différente de la formation COIC

En 2018, le 43 C-IED Sqn a essayé une approche différente: les deux cours devaient se chevaucher pour permettre aux opérateurs Husky et Buffalo d’apprendre dans le cadre d’un échelon EROC. Les cours de l’opérateur et du commandant de section se sont chevauchés pendant une période allant du début avril au début juin.

Sur le cours d’opérateur, les candidats ont appris comment opérer les véhicules Husky et Buffalo, avec le bras mécanique et la caméra du Buffalo. Sur le cours de commandant de section, les candidats ont appris à maîtriser la section d’équipe de fouille intermédiaire et la section d’équipe de fouille d’itinéraire.

Nouvelle route d’entraînement COIC

Une grande portion des cours fut conduite sur la nouvelle route d’entraînement COIC, construite l’année dernière dans la zone d’entraînement de Gagetown. La nouvelle route a environ un kilomètre de long et la surface est divisée en asphalte, en dalle de béton et en gravier, avec des pentes et des courbes différentes.

La route compte 13 ponceaux de différents types et diamètres et 18 EEI simulés ont été placés à différentes profondeurs et à différents endroits pendant la construction.

Cela a permis aux opérateurs d’Husky de voir comment le système de radar pénétrant dans le sol détecte  plusieurs types d’EEI dans différents environnements. Cette route permet aux équipages de pratiquer une grande variété de scénarios d’entraînement, ce qui développe l’initiative et la prise de décision des futurs commandants de section et opérateurs.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne.
Pour plus d’articles, visitez le site Web de l’Armée canadienne.

Liens connexes

Date de modification :