Exercice ARDENT DEFENDER : RDDC offre un soutien sur le plan scientifique

DRDC scientist instructs soldiers on the use of advanced search equipment.
Scott Irvine, scientifique de RDDC, collabore avec des soldats canadiens et néerlandais durant la phase d’entraînement visant l’intégration des forces de l’exercice ARDENT DEFENDER 2018. Il leur donne des instructions sur l’utilisation d’équipement de recherche avancée. Photo : Caporal-chef Jax Kennedy, Directeur – Affaires publiques de l’Armée

Étiquettes : | | | |

Par Scott E. Irvine, Ph. D., et Anthony A. Faust, Ph. D., Recherche et développement pour la défense Canada – Centre de recherche de Suffield

L’exercice ARDENT DEFENDER 2018, entraînement annuel de l’Armée canadienne, s’est déroulé du 1er au 19 octobre 2018 à la Base des Forces canadiennes (BFC) Borden et au Centre d’instruction de la 4e Division du Canada à Meaford, en Ontario. Cette année, des membres du personnel scientifique de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) ont pris part à l’exercice pour la première fois.

L’exercice ARDENT DEFENDER est le seul exercice de lutte contre les menaces d’explosions au monde. Dans le cadre de celui-ci, plus de 350 participants de 25 pays se réunissent dans un environnement opérationnel contemporain complexe. Des spécialistes de la neutralisation des engins explosifs relevant de RDDC ont fait montre de nouvelles technologies et ont obtenu une rétroaction d’opérateurs de lutte contre les menaces d’explosions et de spécialistes de l’exploitation tactique. Ces commentaires leur permettront de façonner les recherches futures qui amélioreront la capacité de lutte contre les menaces d’explosions des Forces armées canadiennes (FAC) à l’appui de la politique de défense du Canada Protection, Sécurité, Engagement.

« Nous avons cerné de nouvelles pistes d’enquête qui tiennent compte de la rétroaction des opérateurs, et celle-ci améliorera au bout du compte le processus de conception de technologies », affirme Scott Irvine, Ph. D., du Centre de recherche de Suffield. « Nous en avons appris long sur les questions opérationnelles à considérer aux fins de la lutte contre les menaces d’explosions », ajoute-t-il.

Tyson Josey et Patricia Desgagnés, du Centre de recherche de Suffield, ont effectué des démonstrations et livré une instruction sur place relativement à des outils uniques de lutte contre les menaces d’explosions qui sont en cours d’élaboration. Sylvain Désilets, du Centre de recherche de Valcartier, a collaboré avec les opérateurs du laboratoire judiciaire modulaire, à savoir le laboratoire déployable d’analyse technique.

« J’ai eu l’occasion d’observer l’exercice et de donner des conseils touchant les techniques d’analyse et la conception de futures technologies de laboratoire. C’était une expérience très enrichissante de voir tout le travail acharné requis pour recueillir et traiter la preuve médico-légale. J’ai hâte à l’an prochain », affirme M. Désilets.

En soirée, les participants de RDDC, dont Jean-François Daigle, Ph. D., du Centre de recherche de Valcartier, ont présenté une série de conférences sur le perfectionnement professionnel. Ils ont jeté de la lumière sur la science constituant les fondements des capacités avancées sur le plan technologique en matière de lutte contre les menaces d’explosions.

L’exercice a également servi de merveilleuse toile de fond pour Anthony Faust, du Centre de recherche de Suffield, qui a accueilli l’équipe d’experts de l’OTAN sur les technologies relatives à la recherche militaire, du 9 au 12 octobre. Les sept pays participants avaient pour objectif commun de rédiger des normes de l’OTAN visant à améliorer les capacités de lutte contre les menaces d’explosions des alliés et l’interopérabilité.

« L’exercice ARDENT DEFENDER regroupe de nombreux aspects du cycle de lutte contre les menaces d’explosions. La présence de RDDC présente à la communauté de lutte contre les menaces d’explosions des FAC une perspective scientifique que l’on négligeait depuis longtemps. Cette perspective est essentielle afin d’approfondir la compréhension de notre équipement et des facteurs humains associés aux opérations de lutte contre les menaces d’explosions. Pour RDDC et les FAC, la possibilité de consulter quelques centaines d’opérateurs de lutte contre les menaces d’explosions provenant d’autant de pays constitue une occasion inouïe de démontrer et de mettre à l’essai les nouveaux concepts et équipements, et d’obtenir une rétroaction directement des participants », ajoute le lieutenant-colonel Peter Peril, directeur de l’exercice.

« Il s’agissait de la première participation importante de RDDC à cette série d’exercices, et cette dernière s’est avérée pour nous une excellente expérience d’apprentissage. L’exercice ARDENT DEFENDER constituera toujours une excellente occasion pour RDDC de démontrer, de valider et d’améliorer les technologies en émergence avec les opérateurs qui les utiliseront », précise M. Irvine.

Galerie d'images

  • Group photo of the NATO Team of Experts on Technologies for Military Search
  • DRDC scientist instructs soldiers on the use of advanced search equipment.
Date de modification :