Une cadet des Royal Canadian Dragoons nous partage son histoire

Cadet Master Corporal Azia Seitcher-Hamel
Cadet-caporal-chef Azia Seitcher-Hamel, 2870 Royal Canadian Dragoons. Photo : Le Gardien

Étiquettes : | | |

Par Azia Seitcher-Hamel, Cadet-caporal-chef, 2870 Royal Canadian Dragoons – Le Gardien

Je m’appelle Azia Seitcher-Hamel, j’ai 14 ans et je suis cadet-caporal-chef. Mon père est un Algonquin des Premières Nations et ma mère, une Nuu-chah-nulth des Premières Nations. J’ai aussi un frère et deux sœurs, mais je suis l’aînée. Je suis fière d’être membre du 2870 Royal Canadian Dragoons Cadet Corps.

Les enseignements traditionnels quant au respect de la nature sont des éléments clés de la morale et de nos valeurs ancestrales. Ces enseignements sacrés habitent mon cœur et ils sont maintenant complétés par les nombreuses possibilités de découvrir les techniques de survie en région sauvage grâce à la formation dispensée par les cadets.

En plus de nos connaissances traditionnelles, le port de l’uniforme de cadet a accru ma confiance et m’a donné de nombreuses occasions d’être entendue en tant que jeune femme autochtone. Je porte fièrement mes tresses traditionnelles lorsque je porte mon uniforme comme rappel que tous nos ancêtres surveillent et guident ma vie. En tant que jeune autochtone, je suis la preuve vivante de notre histoire collective, et les cadets de l’armée m’ont aidée en me donnant des possibilités et des perspectives d’amélioration à maints égards.

Nous savons, en tant qu’adolescents, que les attentes sociales sont élevées, surtout pour les jeunes autochtones traditionnels, qui se sentent parfois différents de la majorité. Tout de même, quand j’assiste aux rencontres des cadets, je parle à tout le monde en sachant que je suis accueillie. La remise en question du jugement d’une personne se perd du fait que nous formons une famille ouverte à l’écoute mutuelle, au partage d’expériences et à la mise à profit de nos talents pour poursuivre nos objectifs en tant que cadets.

Le Canada est un pays multiculturel. En grandissant avec l’envie d’aller en politique plus tard, je pensais toujours qu’il est important de comprendre les différentes cultures pour reconnaître d’autres façons de voir et de penser. Chez les cadets, le multiculturalisme est présent aussi. Alors, vivre dans des tentes ensemble et partager des histoires avec le groupe approfondit vraiment la conscience mutuelle et nous définit comme cultures individuelles.

En participant aux activités des cadets comme les collectes de fonds, les compétitions, les exercices d’entraînement sur le terrain, les sports, les excursions de camping, vous pouvez toujours vous attendre à partir à la fois fier et mieux préparé pour vos prochaines aventures.

En tant que jeunes autochtones, il faut que nous démontrions au monde de quoi nous sommes capables pour abolir les stéréotypes. C’est merveilleux de dire à mes proches que je fais partie de quelque chose qui non seulement m’aide à m’améliorer, mais qui aide aussi les autres. Les programmes de cadets vous donnent le pouvoir de devenir la meilleure version de vous-même et de vous sentir fort et fier de qui vous êtes réellement.

Date de modification :