Séminaire sur l’intégration des femmes au sein des Forces armées jordaniennes dirigé par la championne de la cause des femmes dans les FAC

Une personne participant au groupe discussion répond à des questions dans l’assistance.
Des panélistes discutent des avantages de l’intégration des femmes dans les forces militaires, notamment dans la planification opérationnelle. De gauche à droite : lieutenant-colonel Maha Falah Ibrahim Nasser (FAJ), colonel Hassan Ahmad Mohmad (FAJ), commodore Rebecca Patterson (FAC), colonel Pascal Demers (FAC), colonel Iqbal Al-Bawaneh (FAJ) et Commander Ella van den Heuvel (OTAN).

Étiquettes : | | | |

Par un membre de l’Équipe canadienne d’aide à l’instruction en Jordanie ayant participé à la visite d’aide technique à l’Équipe de liaison féminine

ZARQA. – La championne de la cause des femmes dans les Forces armées canadiennes (FAC), le commodore Rebecca Patterson, a dirigé un groupe de discussion mixte réunissant des militaires canadiens, jordaniens et de l’OTAN durant un séminaire sur l’intégration des femmes ayant eu lieu le 22 octobre 2018, au Centre de formation aux opérations de paix en Jordanie.

La discussion portait sur les effets et les avantages opérationnels de l’intégration des femmes dans les forces militaires. Le but du ministère jordanien de la Condition féminine dans les forces militaires est de faire passer le nombre de femmes dans les Forces armées jordaniennes (FAJ) d’un à trois pour cent au cours des cinq prochaines années.

Le séminaire, auquel ont participé les dirigeants supérieurs des FAJ, comportait deux volets : un discours principal et une discussion en groupe. C’est le commodore Patterson qui a livré le discours, lequel mettait l’accent sur les avantages opérationnels de la prise en compte du double point de vue des hommes et des femmes, sur la politique canadienne et sur les progrès réalisés en matière d’intégration des femmes.

Le groupe de discussion était composé de représentants des FAC, des FAJ et de l’OTAN qui apportaient une expertise très variée en matière d’intégration des femmes. Ces derniers ont discuté des obstacles particuliers auxquels font face tant les hommes que les femmes dans les organisations militaires, et des expériences positives qu’ils ont vécues au sein d’équipes mixtes. L’attaché de défense du Canada en Jordanie, le colonel Pascal Demers, a ajouté que l’intégration des femmes est plus facile qu’on le pense, et que la prestation d’un programme d’entraînement approprié, tant sur le plan physique que professionnel, est la clé du succès dans ce domaine.

Le colonel Iqbal Bawaneh, de la Direction de l’instruction militaire des FAJ, a été invité à traiter de l’importance de l’intégration des femmes dans tous les aspects de l’entraînement. Il a insisté sur l’importance de l’acceptation aux plus hauts niveaux des FAJ pour en assurer le succès.

L’intégration des femmes au sein des FAJ prendra du temps. Les changements de culture se font tranquillement, après que des hommes et des femmes acharnés ont pavé la voie pour la prochaine génération de soldats. La Jordanie a fait des progrès vers l’intégration des femmes au sein de ses forces, montrant ainsi l’exemple aux autres pays du Moyen-Orient.

Un exemple de ce progrès est la mise sur pied d’une équipe de liaison féminine (Female Engagement Team [FET]) au sein de la Force d’intervention immédiate (FII) des FAJ, en décembre 2017. Il s’agit d’un peloton composé uniquement de femmes dont le rôle est de soutenir la FII durant les opérations humanitaires, en effectuant des fouilles de personne parmi les réfugiés et les détenus (femmes et enfants). L’objectif à court terme est de créer une compagnie formée de trois pelotons qui seraient assignés respectivement aux trois bataillons de la FII. Si ce concept est mis en œuvre avec succès, il sera appliqué dans toutes les FAJ.

À la mi-septembre, la première équipe de visite d’aide technique (VAT) des FAC à la FET est arrivée en Jordanie. Dans les mois qui ont suivi, l’équipe a encadré le peloton de liaison et lui a donné de l’instruction dans le but de l’aider à atteindre son objectif d’intégration au sein de la FII.

Le lieutenant-colonel Maha Nasser a terminé la discussion de groupe en transmettant un message très simple, mais important : « Quand on veut, on peut ». Bref, quand on veut obtenir des résultats, comme l’amélioration de l’intégration des femmes dans les FAJ, il suffit d’y mettre l’effort.

Galerie d'images

  • Une personne participant au groupe discussion répond à des questions dans l’assistance.
  • Discours principal
Date de modification :