Pleins feux sur le Sinaï : Cpl Larade, responsable des projets de construction du Génie dans un poste éloigné de la MFO

Un homme vérifie les sangles de construction au sol.
Octobre 2018. – Le caporal Colton Larade vérifie les sangles robustes servant à ancrer les bâtiments dans le sol au poste éloigné de la Force multinationale et Observateurs. Le caporal Larade, technicien de la construction des Forces armées canadiennes, est responsable de tous les projets de construction à cet endroit durant son déploiement au cours de l’opération CALUMET. (Photo : capitaine Nicola LaMarre, officier des affaires publiques de l’opération CALUMET)

Étiquettes : |

Par le capitaine Nicola LaMarre, officier des affaires publiques de l’opération CALUMET

En s’approchant de l’île où travaille le caporal Colton Larade, on ne peut faire autrement que d’être frappé par la grande quantité de roches et de sable, et de constater l’absence de verdure. Depuis sept mois, ce dernier ne ménage aucun effort pour améliorer les conditions de vie et de travail du personnel affecté à ce poste d’observation éloigné de la Force multinationale et Observateurs (MFO).

En déploiement dans le cadre de l’opération CALUMET depuis la fin mars 2018, le caporal Larade a récemment reçu un certificat de remerciement du chef d’état-major de la MFO pour souligner l’excellence dont il a fait preuve au cours de son affectation. Technicien de la construction des Forces armées canadiennes, sa maturité et ses aptitudes ont vite été remarquées par les dirigeants, qui lui ont confié la responsabilité de tous les projets de construction à l’un des postes éloignés de la MFO. Il s’est immédiatement mis au travail pour évaluer ce qui devait être fait et dans quel ordre.

« Le caporal Larade a accompli un travail colossal avec brio », a affirmé le colonel Stephan Masson, commandant de la Force opérationnelle El Gorah (opération CALUMET). « Ce projet a permis à la MFO de remplir son mandat à cet endroit extrêmement stratégique. La contribution des Forces armées canadiennes, sous forme de ressource spécialisée comme ce technicien de la construction, a un effet direct sur le succès de la mission de la MFO. »

À la tête d’une équipe de travailleurs égyptiens, le caporal Colton devait évaluer les approvisionnements requis, coordonner le transport de ces approvisionnements et de l’équipement jusqu’à l’île, et superviser l’équipe durant la construction. À l’aide d’outils rudimentaires, ils ont entrepris d’améliorer la vie des militaires à cet endroit.

Dans un environnement chaud et poussiéreux, le caporal Colton a travaillé 12 heures par jour pour construire un bunker défensif stable et utilisable, en ne comptant que sur son équipe et sur une chargeuse Dingo de Toro, une petite machine servant à transporter des matériaux et du béton. Pour créer une plateforme stable et utilisable, l’équipe a dû remplir le site de terre et créer un mur de soutènement pour que le plancher soit assez haut pour pouvoir utiliser les canonnières.

Le gymnase de fortune à l’extérieur était doté d’un plancher inégal, fait de béton et de roche qui se détachaient, ce qui rendait l’entraînement physique difficile. Aucune autre option n’étant possible pour s’entraîner, ce projet est donc devenu une priorité pour le caporal Colton, qui comprend l’importance de garder la forme durant les déploiements.

« J’ai décidé que les personnes qui travaillaient dans ce poste éloigné méritaient un meilleur gymnase, ce qui améliorerait le moral et l’esprit de corps en même temps », a expliqué le caporal Larade. « J’ai eu la permission de le construire. Il a fallu que je travaille en dehors des heures normales et que je gère bien mon temps pour le terminer. »

La dalle de béton servant de plancher au gymnase a été de loin la tâche la plus difficile à réaliser pour le caporal Colton. L’équipe de cinq personnes a dû transporter environ 100 livres de gravier, 120 livres de sable et 50 sacs de ciment de 100 livres en montant une côte semée de roches désagrégées, en terrain accidenté et à une température de 40 degrés. Ils ont coulé la moitié du béton pour la dalle, l’ont laissé sécher et y ont ensuite transféré tous les matériaux et la bétonnière afin de couler l’autre moitié. Ce projet les a occupés pendant quatre jours.

Une autre tâche difficile consistait à réparer des dommages au réservoir d’eaux usées. À 40 degrés, imaginez l’odeur! Les dommages avaient été causés par une palette qui avait été projetée vers le bas de la côte par le souffle du rotor d’un Black Hawk. Il fallait vider le réservoir jusque sous la partie endommagée pour ensuite couler un bloc de béton autour de cette dernière afin de la sceller. La tâche était particulièrement compliquée en raison de la forme du récipient et des matériaux disponibles.

Parmi les autres projets réalisés par le caporal Larade et son équipe, notons l’agrandissement de la station de carburant, ce qui comprenait les travaux suivants : construction d’un mur de blocs tout autour afin de protéger le sol des déversements; enterrement d’une conduite d’eau et de fils électriques pour protéger les services essentiels de la circulation piétonne et des travaux sur le site; aménagement d’un environnement stable et sécuritaire pour le groupe électrogène; et construction d’une rampe en béton pour relier l’aire de livraison du carburant par hélicoptère à la station de carburant, de façon à ce que le personnel puisse rouler les barils vers le haut en toute sécurité.

Ces travaux et bien d’autres ont été planifiés par le caporal Larade, qui les a ensuite réalisés avec l’aide de sa vaillante équipe dans le cadre de l’opération CALUMET.

L’opération CALUMET représente la contribution du Canada à la MFO. Les Forces armées canadiennes y participent de façon continue depuis 1985. En bonifiant sa contribution en 2015, le Canada a confirmé sa détermination à continuer de travailler avec ses alliés à l’appui de la paix et de la sécurité au Moyen‑Orient.

Date de modification :