Récit des FAC | TSPT – Blessures invisibles

Lieutenant-Colonel Rhonda Lee Crew

Étiquettes : | |

Transcription

Je suis donc entrée dans le bureau de mon patron et j’étais terrifiée. Je le jure, je tremblais comme une feuille. J’ai dit : « Monsieur, il faut que je vous parle. » Il m’a répondu : « Eh bien, j’ai… tu sais… » Et j’ai dit : « Non, il faut – il faut que je vous parle. »

Il y a eu beaucoup de choses tout au long de ma carrière qui se sont additionnées : les soins infirmiers en traumatologie, les MEDEVAC, etc. Vous savez, tout cela s’accumule.

Je suis la lieutenant-colonel Rhonda Lee Crew et je travaille comme infirmière dans les Forces armées canadiennes.

Lors de mon premier déploiement en Bosnie, j’ai été victime d’une agression sexuelle. Je n’ai jamais pensé que cela allait m’arriver. Ce soir-là, j’en ai immédiatement parlé, et on m’a tout de suite cru. Le jour même, il a été mis à bord d’un avion et renvoyé chez lui. Puisque son pays n’y voyait pas un vrai crime, j’ai demandé à ce que l’OTAN lui impose une sanction ou mette une note à son dossier afin qu’il ne participe plus jamais à un déploiement de l’OTAN ou des forces de l’ONU. On m’a dit que cela avait été fait. Au cours de la semaine suivante, pas moins de dix femmes qui avaient été agressées sexuellement par la même personne sont venues me voir. Elles m’ont remerciée de l’avoir dénoncé.

En Afghanistan, nous avons vu des gens avec des blessures effroyables que vous ne pouvez tout simplement pas imaginer. Nous avions le sentiment que la vie de ces personnes dépendait de nous. Bien que mon attitude extérieure était positive, je faisais plutôt semblant de l’être.

En 2006, j’ai rencontré mon conjoint à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador. Nous sommes devenus un couple presque immédiatement, car nous nous sommes entendus tout de suite. Puis, en 2009, il y a eu l’accident. Nous ne savions pas si Duane allait survivre. Il avait un traumatisme crânien, et son état continuait à se détériorer presque chaque jour. C’était bouleversant à voir.

C’était très difficile pour moi. Ma santé était vraiment sur une mauvaise pente. J’ai commencé à me concentrer sur les échecs. Je suis donc entrée dans le bureau de mon patron et j’étais terrifiée. Nous nous sommes assis et avons parlé. Je lui ai expliqué que je souffrais d’un trouble de stress post-traumatique.

En tant que haute dirigeante des Forces armées et infirmière la plus expérimentée, je peux peut-être aider d’autres personnes à se sentir à l’aise de parler.

Lorsque j’ai été choisie pour participer aux Jeux Invictus, je me suis dit : « Bon, ce sera l’année de Rhonda. Tu vas te relever, tu vas faire le point, sinon comment vas-tu pouvoir t’occuper de Duane si tu ne t’occupes pas de toi-même? »

J’ai donc enfourché mon vélo et commencé le cyclisme, sans arrêt, et la course. Je ne m’attends pas à gagner une médaille ni à très bien réussir. Je ne suis même pas sûre de me qualifier pour les courses finales. Je suis toutefois motivée à faire des choses qui sont saines pour moi.

J’ai l’occasion de voir des gens, dont certains que j’ai soignés à l’époque, surmonter leurs blessures et leurs maladies. Non seulement ils survivent, mais ils prospèrent et tirent parti du meilleur de leur vie en utilisant le sport pour se rétablir.

C’est cela, le but des Jeux. Il s’agit de se rendre à la ligne de départ et de ne pas abandonner.

Date de modification :