Le Musée canadien du Bomber Command reproduit le viseur de bombardement utilisé par les Briseurs de barrages

A group of six men wearing military uniforms sit on the grass under a dark, stormy sky.
L'équipage du Lancaster ED825/AJ-T assis sur la pelouse, sous un ciel orageux, à la base Scampton de la RAF, le 22 juillet 1943. Tous font partie du 617e Escadron des Briseurs de barrages de la Royal Air Force. PHOTO : Imperial War Museum, TR 1128

Étiquettes : | | | |

Par John Chalmers

Réalisant un projet unique, le Musée canadien du Bomber Command (Bomber Command Museum of Canada) à Nanton, en Alberta, a fabriqué 30 exemplaires du viseur de bombardement simple en bois utilisé par le 617e Escadron de la Royal Air Force pendant la légendaire opération Chastise, le célèbre bombardement des Briseurs de barrages des 16 et 17 mai 1943.

Le musée a fabriqué les viseurs de bombardement, créés en vue d’un projet de collecte de fonds pour appuyer l’agrandissement de l’établissement, dans le cadre de sa commémoration du 75e anniversaire du raid contre les barrages Möhne, Sorpe et Eder sur les rivières de la vallée de la Ruhr, en Allemagne, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pour vous procurer un viseur de bombardement, vous devez communiquer avec le Musée canadien du Bomber Command. Rendez-vous en ligne ou composez le 403-646-2270 pour savoir comment vous pouvez acheter une édition numérotée et limitée du viseur de bombardement, une lettre d’authenticité, une trousse d’information et un reçu fiscal pour votre don de bienfaisance.

Fabriqués à l’aide d’acajou verni comme les viseurs de bombardement utilisés pendant la guerre, les exemplaires sont des reproductions exactes des dispositifs tout simples en forme de « Y » qui étaient utilisés pour viser et laisser tomber les bombes lors de ce que certains considèrent comme le plus audacieux raid de la guerre.

Comment fonctionne le viseur : Le viseur de bombes tenait le viseur et il regardait par l’ouverture ronde, les pattes du « Y » pointant vers l’avant. Lorsque les deux chevilles blanches à l’extrémité de chaque patte du « Y » s’alignaient avec les tours du barrage, l’aéronef se trouvait à la bonne distance et il fallait larguer la bombe. L’objectif consistait à larguer la bombe à 366 mètres du barrage.

« Parmi les 133 membres d’équipage qui ont participé au raid des Briseurs de barrages, 30 étaient Canadiens, donc chacune de nos reproductions commémore l’un de ces hommes », dit Karl Kjarsgaard, un des directeurs du Musée canadien du Bomber Command. « Ces reproductions sont destinées aux collectionneurs, aux musées et aux personnes qui veulent faire l’acquisition d’un objet historique et d’un symbole importants de l’opération de bombardement. »

Le bras de visée de chacun des exemplaires de viseur de bombardement porte la signature du commandant d’aviation (à la retraite) George Leonard « Johnny » Johnson, MBE, DFM. Le commandant d’aviation Johnson était viseur de bombes lors du raid des Briseurs de barrage et il est le dernier britannique vivant qui ait fait partie du 617e Escadron de la Royal Air Force. Il a effectué des vols comme membre d’équipage du commandant d’escadre Joe McCarthy, DSO, DFC, CD, de l’ARC. « Big Joe » McCarthy était un Américain qui s’était joint à l’ARC. Après la guerre, il est devenu citoyen canadien et il a servi dans l’ARC jusqu’à la fin des années soixante.

Le seul autre survivant des équipages des Briseurs de barrage est Fred Sutherland, de Rocky Mountain House, en Alberta. Il occupait le poste de mitrailleur de bord de l’ARC dans le 617e Escadron. Quatre ans après l’opération des Briseurs de barrages, M. Sutherland et tout l’équipage de son Lancaster ont dû abandonner leur avion au-dessus des Pays-Bas en raison d’un problème. Pour connaître l’histoire de M. Sutherland et savoir comment il s’est évadé, visitez le blogue Wartime Wednesdays, une série d’histoires du temps de la guerre par Elinor Florence (anglais seulement).

« Bob Mehi, historien de l’Ontario, a soutenu de façon considérable le projet de viseurs de bombardement du musée », ajoute M. Kjarsgaard. « Bob a effectué des recherches et il a construit un prototype du viseur de bombardement utilisé par les Briseurs de barrages, puis il nous l’a envoyé au début de mai 2018. »

Ce sont des bénévoles du Musée canadien du Bomber Command qui ont fabriqué les exemplaires des viseurs de bombardement, sous la direction de Ken Hill et aidés de M. Kjarsgaard, Rick Everett et Brian Wynker.

En plus de fabriquer les viseurs de bombardement, cet été, le musée a souligné la participation des Canadiens au raid en plaçant sur son propre Lancaster les inscriptions d’un Lancaster à bord duquel trois Canadiens ont volé pendant le raid. Le Lancaster porte l’indicatif d’appel AJ-M du Lancaster ED925 du 617e Escadron, celui qu’a piloté le capitaine d’aviation John Hopgood, DFC, pendant le raid.

Lecture recommandée pour approfondir le sujet : The Dambusters: Canadian Airmen and the Secret Raid Against Nazi Germany, par Ted Barris, publié en août 2018.

Galerie d'images

  • A group of six men wearing military uniforms sit on the grass under a dark, stormy sky.
  • A wooden instrument shaped like a Y with a ring at the end of the tail of the Y and a handle underneath.
  • A man holds a wooden, Y-shaped instrument with a handle.
  • One photo is of several nuts and bolts, the other of shaped pieces of wood.
  • Shaped pieces of wood, partially assembled.
  • An elderly woman wearing a dress pins something on the chest of an elderly man wearing a formal “morning suit” and carrying a cane.
  • A large propeller aircraft on the tarmac in front of a hangar.




Date de modification :