On souligne les sacrifices consentis par un officier de l’ARC pendant la Seconde Guerre mondiale

A cemetery in which a group of people wearing military uniforms stand in rows.
Des militaires de la 8e Escadre Trenton assistent à une cérémonie tenue le 22 septembre 2018 afin d'inaugurer la pierre tombale de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth soulignant le service et le sacrifice du lieutenant-colonel d’aviation Byron Rawson pendant la Seconde Guerre mondiale. PHOTO: Caporal Ryan Moulton

Étiquettes : | | | | | |

8e Escadre Trenton

Le 22 septembre 2018, au cimetière Hamilton Woodland, on a placé une stèle funéraire de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth sur la tombe du lieutenant-colonel d’aviation Byron Rawson, DFC et barrette, de l’Aviation royale canadienne, afin de souligner que sa mort, en décembre 1945, était liée à son service durant la Seconde Guerre mondiale.

Salué durant la guerre comme le « plus jeune lieutenant-colonel d’aviation de l’Empire britannique », le lieutenant-colonel d’aviation Rawson s’est taillé une place dans l’escadre des éclaireurs d’élite du 8e Groupe, qui faisait partie du Bomber Command de la Royal Air Force. En plus de sa montée en grade fulgurante, il a reçu la Croix du service distingué dans l’aviation avec barrette en raison de ses aptitudes de pilote et de chef.

Le 23 décembre 1945, le lieutenant-colonel d’aviation Rawson s’est enlevé la vie à Hamilton, en Ontario. Bien qu’on ne l’ait pas reconnu à l’époque, le rapport du coroner indiquait que la mort de M. Rawson était attribuable, en partie, à ses expériences en temps de guerre.

Toutefois, en 2017, à la lumière de ce rapport, la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth a jugé que la mort du lieutenant-colonel d’aviation Rawson était effectivement attribuable au service en raison de ce que nous appelons aujourd’hui le trouble de stress post-traumatique, ce qui a permis au militaire d’avoir une stèle funéraire attribuée par la Commission.

« Il y a presque 73 ans, le lieutenant-colonel d’aviation B. F. N. Rawson, DFC avec barrette, a été enterré au cimetière Hamilton Woodland, a dit le brigadier-général (à la retraite) David Kettle, secrétaire général de l’Agence canadienne de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth. Aujourd’hui, la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth et l’Aviation royale canadienne commémorent le sacrifice suprême du « plus jeune lieutenant-colonel d’aviation de l’Empire britannique ». Selon le Dr Peter Jackson, neveu du défunt, le lieutenant-colonel d’aviation Rawson était « un guerrier courageux, un fils du Christ ». Ces paroles constituent l’inscription personnelle choisie par la famille qui sera à jamais gravée dans la pierre. »

« Bien que 73 ans se soient écoulés depuis la mort du lieutenant-colonel d’aviation Byron Rawson, il n’est jamais trop tard pour rendre hommage à son dévouement, à sa bravoure et à son sacrifice, a dit le colonel Shayne Elder, commandant du Centre de guerre aérospatiale de l’Aviation royale canadienne. La cérémonie d’aujourd’hui montre que l’Aviation royale canadienne s’engage à honorer ceux qui ont servi et à leur rendre la dignité et le respect qu’ils méritent. »

Au sujet du lieutenant-colonel d’aviation Rawson

Le lieutenant-colonel d’aviation Rawson, fils d’un pasteur de l’Église Unie, a grandi à Ottawa et à Hamilton. Son premier escadron opérationnel a été le 429e Escadron « Bison », dans lequel il a piloté des bombardiers Wellington et plus tard Halifax, dans le cadre de dangereuses missions de bombardement au-dessus de l’Europe occupée.

Le 4 octobre 1943, le lieutenant-colonel d’aviation Rawson a reçu la Croix du service distingué dans l’aviation des mains du roi George VI. Sa mention se lit comme suit : « Le capitaine d’aviation Rawson a pris part aux opérations menées contre l’ennemi en attaquant certaines des cibles les plus ardemment défendues d’Allemagne. En tant que commandant d’escadrille intérimaire et de commandant de bord, il a en tout temps donné un bel exemple de courage, d’enthousiasme et de dévouement. »

Le lieutenant-colonel d’aviation Rawson a servi dans le Bomber Command de la Royal Air Force en tant que membre de la force d’élite Pathfinder du 8e Groupe, et dans les 405e et 429e Escadrons du 6e Groupe de l’ARC. La force d’élite Pathfinder était composée de pilotes et de navigateurs dont la tâche consistait à améliorer l’efficacité du bombardement de précision en localisant et en illuminant des cibles en vue de l’arrivée de la force de bombardement principale. Ces équipages faisaient souvent face à des attaques acharnées de batteries antiaériennes et de chasseurs.

Le 23 décembre 1945, le lieutenant-colonel d’aviation Rawson s’est enlevé la vie à Hamilton. Son père a organisé son service commémoratif, auquel ont participé beaucoup de civils et de militaires de l’ARC de tous les grades.

Au sujet du trouble de stress post-traumatique

« Réfléchir au sacrifice du lieutenant-colonel d’aviation Rawson nous rappelle l’importance d’avoir des conversations franches sur la santé mentale, de sorte que nous puissions surmonter les préjugés et encourager nos collègues aviateurs à recourir au large éventail de ressources d’aide auxquelles ils ont accès aujourd’hui », a dit le lieutenant-colonel Bryce Graham, commandant du 429e Escadron de transport, basé à la 8e Escadre Trenton.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, on a réalisé des progrès considérables dans le dépistage et le traitement du trouble de stress post-traumatique. Aujourd’hui, les militaires déployés dans le cadre de certaines missions peuvent participer à une période de réadaptation dans un tiers lieu afin de favoriser leur retour à une vie normale. Pendant cette période, les militaires sont invités à s’entretenir avec un professionnel de la santé mentale et à lui faire part de toutes leurs inquiétudes. La sensibilisation à la santé mentale, la reconnaissance des signes avant-coureurs chez soi et chez les autres, ainsi que les ressources accessibles sont autant de sujets dont il est question pendant la période de réadaptation.

Avant de rentrer chez eux après un déploiement, la plupart des militaires canadiens suivent une séance de réintégration pour faciliter leur transition à la vie de retour au pays. Des équipes de santé mentale informent aussi les militaires sur ce qui les attend à la maison, au travail et dans leur collectivité, quand ils reprendront leur vie au Canada. Les familles des militaires peuvent également suivre une formation similaire par l’entremise des Centres de ressources pour les familles des militaires.

Parfois, les préjugés liés aux maladies mentales constituent une barrière pour les militaires qui tentent d’obtenir de l’aide. Toutefois, le ministère de la Défense nationale, les Forces armées canadiennes et Anciens Combattants Canada déploient des efforts considérables pour surmonter cet obstacle en encourageant les discussions ouvertes et honnêtes concernant les maladies mentales dans tous les aspects de la vie des militaires.

LIENS CONNEXES

L’Aviation royale canadienne

Vous n’êtes pas seul—Ressources pour les membres des FAC et leur famille

La Commission des sépultures de guerre du Commonwealth (en anglais)

L’Agence canadienne de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth

Le 424e Escadron de transport et de sauvetage

L’ARC pendant la Seconde Guerre mondiale

Galerie d'images

  • A line of six men wearing various styles of military uniforms and leaning on or standing near a flagpole.
  • A man in a military uniform speaks with a group of people also wearing military uniforms and standing in rows, holding rifles that are resting on the ground.
  • A man wearing a military uniform stoops to place a wreath in front of a gravestone as another man stands at attention behind him.
  • A man and woman walk holding a wreath decorated with poppies between them
  • A large aircraft flies over a cemetery in which a group of people wearing military uniforms stand in rows.
  • A group of 20 men and women wearing civilian clothes stand behinds behind two grave stones, in front of which are four remembrance wreaths decorated with poppies
  • Two men wearing military uniforms stand beside two grave markers.
  • A man stands beside two grave markers that have memorial wreaths in front of them.
Date de modification :