L’opération UNIFIER aide la Garde nationale d’Ukraine à définir son corps de sous-officiers

Des Ukrainiens et des Canadiens observent des rangées de papillons adhésifs sur une table de conférence.
Des experts canadiens et ukrainiens discutent de l’amélioration de la norme de qualification durant les travaux du Comité de rédaction de la Garde nationale d’Ukraine ayant eu lieu cet été à Kiev.

Étiquettes :

Par le major Jan Kool, officier de liaison de la Force opérationnelle interarmées en Ukraine auprès de la Garde nationale d’Ukraine

Depuis le début de juillet 2018, une petite équipe de l’opération UNIFIER – la contribution militaire du Canada à l’effort pangouvernmental de soutien à l’Ukraine – travaille assidûment avec des officiers et des sous-officiers de la Garde nationale d’Ukraine (NGU) afin de les aider à façonner l’avenir de leur corps de sous-officiers.

Le projet est né d’une visite à l’école des sous-officiers de la Garde dans la petite ville de Zolotchiv, en Ukraine occidentale. Là-bas, des sous-officiers, des instructeurs et des spécialistes reçoivent de l’instruction et du perfectionnement professionnel. Les dirigeants de l’opération UNIFIER ont constaté que, malgré la qualité de l’instruction et le succès des stagiaires, l’école avait besoin d’aide pour créer les concepts et les documents de base qu’on trouve normalement dans une école satisfaisant aux normes de l’OTAN : description des exigences fondamentales, norme de qualification et plan d’instruction. Après leur visite, les membres des Forces armées canadiennes ont organisé le jumelage d’un officier du développement de l’instruction et d’un sous-officier d’expérience de la Force opérationnelle interarmées en Ukraine, pour aider la NGU à produire ces documents.

Ce projet, qui a duré six semaines de juin à août, a permis de jumeler un groupe de sous-officiers supérieurs et d’officiers ukrainiens à du personnel de l’opération UNIFIER, ainsi qu’à des représentants de l’armée américaine. Ils ont utilisé l’approche systémique de l’instruction de l’OTAN pour créer deux documents de base destinés à la NGU : une description des exigences fondamentales des militaires du rang ainsi qu’une norme de qualification et un plan d’instruction pour un cours élémentaire de leadership.

La description des exigences fondamentales comprend le processus de sélection, les attributs souhaités et les étapes de perfectionnement des sous-officiers de la Garde nationale. Elle inclut le crédo des sous-officiers et précise les exigences particulières en matière de rendement pour chaque grade et niveau de perfectionnement. Quant au plan d’instruction, il contient la structure, les points d’enseignement, les documents de référence, les normes, les évaluations et l’horaire du nouveau cours élémentaire de leadership, qui met l’accent sur la transmission de compétences et d’aptitudes pratiques de leadership aux stagiaires du grade de sergent, ainsi que sur des connaissances de base en matière de planification de mission.

« Ce qui fait que ce projet est différent des autres projets de perfectionnement des sous-officiers en Ukraine, c’est que pour la NGU, nous avons pu commencer par établir le fondement du corps des sous-officiers dans une description des exigences fondamentales. Il n’a pas toujours été possible de partir de zéro, et notre succès découle directement du professionnalisme et du désir de réforme qui règnent au sein de la NGU, ainsi que de la relation positive que nous avons nouée avec elle », explique le major Jan Kool, officier de liaison de l’opération UNIFIER auprès de la NGU.

Selon l’adjudant chef James Hebert, ancien sergent-major de la Force opérationnelle pendant l’opération UNIFIER et responsable canadien du perfectionnement des sous officiers en Ukraine, le travail réalisé jusqu’à maintenant correspond exactement à ce qu’il fallait faire. Il salue les efforts de l’équipe de l’opération UNIFIER, mais il accorde encore plus de crédit au groupe d’officiers et de sous officiers ukrainiens dévoués faisant partie du Comité de rédaction. « Les membres de la NGU ont montré avec fierté et passion qu’ils voulaient créer un corps de sous officiers solide, ce qui renforcera leurs forces dans l’avenir », affirme-t-il. « Ce qu’ils ont accompli dans un si court laps de temps n’est rien de moins que révolutionnaire pour leur organisation. »

Galerie d'images

  • Des Ukrainiens et des Canadiens rassemblés autour d’une table jettent un œil à des fiches.
  • Des Ukrainiens et des Canadiens observent des rangées de papillons adhésifs sur une table de conférence.
Date de modification :