Énergiser les Forces : Qu’est-ce que l’entraînement en occlusion?

STF

Étiquettes : |

Par le Dr Darrell Menard, OMM, MD, diplômé en médecine sportive

Q : J’aime bien l’entraînement avec poids et haltères et j’ai fait d’importants gains musculaires depuis mon enrôlement dans les Forces. Je suis toujours à la recherche de nouvelles stratégies d’entraînement. Pendant que j’étais en déploiement, j’ai découvert l’entraînement en occlusion. Avez-vous déjà entendu parler de ce type d’entraînement? Pouvez-vous me dire s’il est efficace et sécuritaire? – Sergent Fort

R : Sergent Fort, l’entraînement en occlusion, aussi connu sous le nom d’entraînement avec restriction du débit sanguin ou entraînement Kaatsu, existe depuis bon nombre d’années. L’entraînement est réputé pour les gains musculaires qu’il permet aux gens d’obtenir au moyen d’exercices contre résistance faible. Il y a toutefois matière à s’inquiéter.

L’entraînement en occlusion comprend l’utilisation d’un tourniquet pour restreindre le débit sanguin vers les bras ou les jambes. La pression que l’on exerce sur le membre doit être suffisamment forte pour empêcher le sang veineux de se répandre du membre comprimé, sans toutefois être trop grande pour empêcher la circulation du sang artériel. Il peut être difficile d’y parvenir, car la pression souhaitée peut différer d’une personne à l’autre. Avec le membre comprimé, la personne effectue des exercices contre résistance pouvant atteindre entre 20 et 30 % de leur répétition maximale. En général, les gens font trois séries de 20 à 30 répétitions chacune d’exercices contre résistance faible. En théorie, l’entraînement à faible intensité avec restriction du débit sanguin permet aux gens d’obtenir les mêmes gains musculaires que ceux qu’offre l’entraînement à intensité élevée.

L’entraînement en occlusion fonctionne-t-il?

Les recherches montrent clairement que les entraînements en occlusion n’offrent aucun avantage aux personnes qui effectuent des entraînements à intensité supérieure et l’efficacité des entraînements en occlusion peut même être inférieure à celle d’autres entraînements. L’entraînement en occlusion s’inscrit dans certains programmes de réadaptation; il s’est avéré utile pour les personnes qui sont incapables de réaliser des entraînements à intensité élevée pour les bras ou les jambes en raison d’une maladie ou d’une incapacité.

L’entraînement en occlusion est-il sécuritaire?

Bien que très peu de recherches aient été menées pour traiter de la sécurité de l’entraînement en occlusion, d’importantes préoccupations émergent :

  1. La réduction du débit sanguin pour travailler les muscles peut provoquer un réflexe qui, chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle, d’une maladie du cœur ou d’une mauvaise circulation sanguine, peut accroître le risque d’anomalies de la fréquence cardiaque, d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral ou de mort subite. C’est préoccupant parce que les personnes aux prises avec ces états de santé n’en sont pas conscientes.
  2. Nous n’avons aucune idée si l’adoption d’entraînements en occlusion à long terme pose des risques possibles pour la santé.
  3. Il n’y a pas de façon normalisée de déterminer la pression optimale à exercer. De plus, l’exercice d’une pression excessive peut endommager les vaisseaux sanguins, les muscles et les tendons, outre causer des caillots sanguins pouvant mettre votre vie en danger.
  4. On recommande aux personnes suivantes d’éviter de tels entraînements : les femmes enceintes, les personnes qui ont des antécédents de caillots sanguins, des veines variqueuses ou des membres dont les nœuds lymphoïdes ont été enlevés, personnes qui souffrent d’une mauvaise circulation sanguine au niveau des bras ou des jambes, d’hypertension artérielle, d’une maladie du cœur ou d’anomalies de la fréquence cardiaque, ou encore, les personnes qui prennent des médicaments ayant pour effet d’accroître le risque de caillots sanguins.

Au bout du compte : L’entraînement en occlusion peut constituer une perte de temps, et nous ne sommes pas sûrs de sa sécurité. Étant donné les réponses cardiovasculaires potentiellement dangereuses qu’entraîne l’adoption de cette technique, des recherches approfondies sont nécessaires pour déterminer si les personnes qui ne peuvent pas effectuer un entraînement à intensité élevée en raison d’une maladie ou d’une incapacité peuvent utiliser cette technique en toute sécurité. Entraînez-vous intelligemment.

L’exercice, c’est la santé!

Le Dr Ménard est le conseiller spécialisé en médecine sportive du médecin général et il a travaillé longtemps auprès d’athlètes de différents sports. Dans le cadre de l’équipe Énergiser les Forces, il s’occupe de prévention des blessures et de promotion des modes de vie actifs.

Énergiser les Forces est le programme de promotion des modes de vie sains des Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale; il enrichit de renseignements experts, de compétences et d’outils la promotion et l’amélioration de la santé et du mieux-être des militaires.

Date de modification :