Honneurs de batailles canadiens : source de commémoration, d’inspiration et de souvenir

WWI
Le commandant du Corps canadien, le lieutenant-général sir Arthur Currie, examine des canons allemands saisis au cours de la bataille d’Amiens, en août 1918. Source : Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada

Étiquettes : |

Par Carl Kletke, officier adjoint du patrimoine, Direction – Histoire et patrimoine

Pour la première fois, l’ensemble des tableaux d’honneurs de batailles canadiens de la Première Guerre mondiale ainsi que l’histoire derrière chacun d’eux sont disponibles en ligne :

http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca/dhh-dhp/his/bh-bh/index-fra.asp

Les honneurs de bataille sont décernés afin d’offrir une reconnaissance publique à l’unité d’un combattant pour sa participation active dans une bataille contre un ennemi organisé et armé. Le système d’honneurs de batailles des Forces armées canadiennes se base sur le riche patrimoine des forces britanniques. Avant la Confédération, les autorités britanniques étaient chargées de remettre les honneurs de batailles aux unités canadiennes. Après la Confédération, la Milice du Canada a choisi d’attribuer des honneurs à ses régiments. Les conditions d’attribution ont évolué avec le temps afin de s’adapter aux circonstances de chaque guerre. Le principe de base est toutefois demeuré le même, soit la commémoration publique d’une bataille ou d’une campagne, dont le souvenir sera une source constante de fierté pour l’unité.

Les honneurs de batailles commémorent des victoires héroïques, comme celle de Vimy en 1917, et des défaites terribles, comme celle de Dieppe en 1942. Ils rendent également hommage à des actions méconnues, comme celle d’Eccles Hill en 1870, et à des jalons historiques, comme celui de Normandie en 1944. Ils ont cependant en commun le souvenir du service passé, fidèlement accompli par des unités canadiennes. Les honneurs de batailles sont donc très prisés par ces unités et servent de source d’inspiration pour leurs membres afin de reproduire les actes de bravoure qui leur ont valu ces honneurs.

La majorité de ces honneurs de batailles sont seulement remis pour une action spécifique à un moment et à un endroit précis. Néanmoins, la liste comprend également les décorations d’opération qui peuvent couvrir l’ensemble d’une campagne et de vastes zones géographiques. Ces décorations sont tout aussi importantes, puisqu’elles récompensent les actions mineures et le service de petits détachements qui sont trop limités pour justifier l’octroi d’un honneur de bataille traditionnel.

Les navires de la Marine royale canadienne affichent leurs honneurs de bataille sur un tableau qui est traditionnellement en teck afin qu’il ne pourrisse pas. Les honneurs de la Marine sont décernés au nom du navire et sont donc perpétués par les navires du même nom, même si ces successeurs peuvent être de taille, de fonction ou de type complètement différents.

Les unités de l’Armée canadienne dont le rôle est d’engager le combat avec l’ennemi, c’est-à-dire les blindés et l’infanterie, peuvent aussi recevoir des honneurs de bataille. Les unités d’artillerie et du génie ont quant à elles un seul honneur : « Ubique », ce qui en latin signifie « partout ». Cet honneur reconnaît leur rôle essentiel dans l’ensemble des engagements militaires de l’Armée canadienne. De la même manière et pour la même raison, la Force opérationnelle interarmées 2, une unité d’opérations spéciales, détient également l’honneur « Ubique ».

Les escadrons de l’Aviation royale canadienne affichent leurs honneurs sur leurs « étendards », des drapeaux de soie portant l’insigne et le numéro de l’escadron ainsi que les honneurs reçus. En raison des changements d’équipement et de rôle, les escadrons sont fréquemment activés et désactivés. Le numéro et l’insigne de l’escadron de même que ses honneurs font ainsi partie du patrimoine de ces unités pour qui ils sont une source de continuité.

Les descriptions des honneurs reçus au cours d’autres guerres seront ajoutées au site Web dans les mois à venir.

Date de modification :