Le Spitfire Y2-K rentre au bercail

: A single engine, propeller-drive aircraft in flight.
Une photo non datée du Spitfire Y2-K, restauré à la 19e Escadre Comox, en Colombie-Britannique, et à Gatineau, au Québec. PHOTO : Ken Lin, www.pbase.com/klin, par l’entremise du Comox Valley Record

Étiquettes : | | |

Par Scott Stanfield

Un avion rare de la Seconde Guerre mondiale rentrera à Comox cet été, en même temps que le lancement d’un fonds patrimonial nommé en l’honneur de Stocky Edwards, légende locale.

Les travaux de restauration du Spitfire Y2-K ont débuté à Comox, en Colombie-Britannique, il y a près de 20 ans. Or, l’avion a passé les trois dernières années dans les installations des Ailes d’époque du Canada, à Gatineau, au Québec, où l’on a assemblé les ailes, réalisé du travail de finition et effectué des vols d’essai. « L’appareil revient finalement au bercail », affirme le colonel (retraité) Terry Chester, de l’ARC. « C’est l’aboutissement de 18 ans de travail. »

Le Spitfire quittera Gatineau à la mi-juillet pour se rendre à Oshkosk, au Wisconsin, où il participera au rassemblement aérien AirVenture pour célébrer le centenaire de la Royal Air Force. « Ensuite, l’avion entreprendra un voyage qu’aucun autre Spitfire n’a réalisé, soit traverser le Canada », explique le colonel Chester.

L’avion commencera son voyage aux États-Unis, puis se dirigera vers le nord, jusqu’à Winnipeg, au Manitoba, après quoi il poursuivra son chemin pour arriver à Comox au début août. « Les pilotes ne veulent pas survoler les Grands Lacs, ce qui se comprend », précise le colonel Chester. « Il s’agit d’un monomoteur [de la Seconde Guerre mondiale], et si le moteur s’arrête, ils n’ont pas d’endroit où se poser. Alors, ils font de courts trajets, d’un aéroport à un autre. »

Le pilote Dave Hadfield, frère de l’astronaute Chris Hadfield, pilotera le Spitfire Y2-K, qui participera à la Célébration du retour et réalisera un défilé aérien, survolant la marina de Comox à l’occasion de la Journée de la Colombie-Britannique, le 6 août 2018.

Une campagne de financement a été lancée afin de financer le vol de l’appareil au Canada, notamment pour payer le carburant, les liquides d’aviation, l’entretien et les coûts liés à la logistique. Dans le cadre de la campagne, on a organisé un programme de parrainage, une vente d’objets-souvenirs et un banquet à la 19e Escadre, qui aura lieu le 8 août 2018.

Le lieutenant-colonel d’aviation James « Stocky » Edwards, récipiendaire de l’Ordre du Canada, sera l’invité d’honneur du banquet, auquel pourront assister de 350 à 400 invités. Le lieutenant-colonel d’aviation Edwards est l’as de l’aviation canadien qui a connu le plus de succès pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a livré combat en tant que pilote de la Force aérienne du désert pendant la campagne de l’Italie et dans le nord-ouest de l’Europe.

Résident de Comox, le lieutenant-colonel d’aviation Edwards, qui est âgé de 97 ans, montera dans le poste de pilotage du MK IX Roseland Spitfire. « Il effectuera le démarrage », dit le colonel Chester.

Le banquet marquera également le lancement du Fonds patrimonial Stocky Edwards, un programme de bourses pour les jeunes qui poursuivent une carrière dans l’aviation.

La traduction et la republication de l’article ci-dessus, qui a d’abord paru dans le « Comox Valley Record », ont été autorisées.

LIENS CONNEXES

La célébration de la rentrée au bercail de l’avion Y2-K en 2018 (en anglais seulement)

Les dernières nouvelles au sujet du Spitfire canadien (en anglais seulement)

Le premier vol du Roseland Spitfire IX (en anglais seulement)

Le héros à qui l’on doit le retour du Roseland Spitfire (en anglais seulement)

Faites la connaissance du lieutenant-colonel d’aviation James « Stocky » Edwards

Faites la connaissance du lieutenant-colonel Douglas « Duke » Warren

Galerie d'images

  • A single engine, propeller-drive aircraft in flight.
  • Three men wearing blazers, two with large rows of medals, stand beside the fuselage of an old aircraft.
  • A single seater, propeller driven aircraft rests on the tarmac.
Date de modification :