Un an plus tard, les soldats du groupement tactique de présence avancée renforcée de l’OTAN en Lettonie, dirigé par le Canada, continuent de s’améliorer

Un militaire canadien et un militaire letton
Un commandant de section de la Compagnie India du groupement tactique responsable de la présence avancée renforcée en Lettonie discute des plans pour leur mise en place avec son allié des forces terrestres lettones au cours de l’exercice SABER STRIKE 2018, près de Skrunda, en Lettonie, le 11 juin 2018. Photo : Cpl Jean-Roch Chabot, Affaires publiques, GT PAR en LETTONIE

Étiquettes : |

Par le capitaine Matt Zalot, officier des affaires publiques de la Force opérationnelle en Lettonie, opération REASSURANCE

Il y a un peu plus d’un an, soit le 19 juin 2017, l’OTAN a établi un groupement tactique de présence avancée renforcée en Lettonie (GT eFP Lettonie). Depuis, les 1 100 soldats qui en font partie, lesquels proviennent de huit pays différents, ont grandement amélioré leur capacité à travailler ensemble.

Basé au Camp Ādaži, en Lettonie, le groupement tactique de l’OTAN dirigé par le Canada est pleinement intégré à la brigade d’infanterie mécanisée des forces terrestres lettones. Il continue de perfectionner ses compétences grâce à des entraînements, des exercices et des activités de relations externes dans les États baltes.

Initialement composé de soldats du Canada (le pays cadre) et de soldats de l’Albanie, de l’Italie, de la Pologne, de la Slovénie et de l’Espagne (les pays fournisseurs), le groupement tactique accueille aussi depuis peu des contingents de la République tchèque et de la Slovaquie. Un peloton de mortiers tchèque est arrivé à la mi-juin avec des mortiers de 120 mm, ce qui a accru les capacités de tir indirect de l’organisation. Quant à la Slovaquie, elle fournit deux officiers d’état-major au sein du quartier général du groupement tactique depuis novembre 2017; le gros de ses troupes, une compagnie d’infanterie mécanisée, est arrivé en Lettonie tôt en juillet.

Parmi les derniers entraînements qui ont retenu l’attention, mentionnons l’exercice CLAYMORE FORGED, un entraînement interarmes ayant eu lieu en mars; l’exercice CLAYMORE SOARING, un entraînement de mobilité aérienne ayant fait intervenir l’aviation américaine dans le secteur de Meza Mackevici, dans le sud-est de la Lettonie, en mars et en avril; l’exercice CLAYMORE KNOCKING, un entraînement aux opérations en zone urbaine s’étant déroulé à Skrunda en avril; et l’exercice SABER STRIKE, un exercice international auquel ont participé environ 18 000 soldats d’un bout à l’autre des États baltes et de la Pologne, en juin.

Les leçons retenues donnent l’occasion aux divers groupes qui composent le GT eFP Lettonie d’échanger sur le plan tactique et culturel. En plus des tâches militaires, le groupement tactique prend très au sérieux son engagement envers le peuple letton. Il a mené différentes activités de relations externes dans tout le pays pour favoriser la compréhension et l’esprit communautaire parmi la population civile. Ses initiatives incluent des démonstrations de véhicules et d’équipement, du travail bénévole et des dons à des organismes locaux. Les soldats du GT eFP Lettonie participent ainsi de façon active dans leurs collectivités d’accueil.

« Le Canada dirige le groupement tactique en Lettonie depuis plus d’un an. Nous avons appris des choses et nous nous sommes entraînés tous les jours. Les six pays d’origine effectueront bientôt leur troisième rotation, dont ils tireront encore bien des enseignements », affirme le lieutenant-colonel Sean French, commandant du groupement tactique. « Nous sommes pleinement intégrés à la brigade d’infanterie mécanisée des forces terrestres lettones, et nous nous améliorerons à chacune des rotations. C’est un privilège de pouvoir diriger ce groupement tactique multinational en Lettonie. »

Galerie d'images

  • Des soldats canadiens courent sur le sol pavé avec leurs fusils pointés vers le haut.
  • Des soldats canadiens et lettons font la file pour s’exercer au tir avec leurs armes.
  • Un soldat canadien pointe une arme sous le regard d’un soldat espagnol.
  • Un groupe de soldats canadiens regardent une carte en compagnie d’un soldat polonais.
  • Un soldat canadien se camoufle dans la forêt.
Date de modification :