Partenaires dans le Nord : le Canada accueille l’instance de concertation des forces de sécurité dans l’Arctique à Halifax

Un groupe multinational de militaires et civils se rassemble pour prendre une photo à bord d'un navire.
Halifax, Nouvelle-Écosse. Le 1er mai 2018- Des membres de l'Instance de concertation des forces de sécurité dans l'Arctique sont rassemblés sur le gaillard du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Ville De Québec pour prendre une photo. (Photo prise par : Matelot de 2e classe John Iglesias, Services d'imagerie de la formation)

Étiquettes : | |

Par Lucy Ellis, Affaires publiques du Commandement des opérations interarmées du Canada

Nous sommes à Halifax, en Nouvelle-Écosse, par une fraîche matinée de printemps. Des généraux et des officiers généraux provenant de sept pays baignés par l’Arctique et de quatre nations partenaires importantes se trouvent sur le pont d’une frégate canadienne, impressionnés par la vue du Navire canadien de Sa Majesté Harry DeWolf, premier navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique de la Marine royale canadienne.

Il s’agit d’un moment symbolique dans le cadre de la table ronde que tiendra l’instance de concertation des forces de sécurité dans l’Atlantique (ICFSA) cette année : les pays baignés par l’Arctique doivent travailler de concert en vue des prochaines activités dans cette grande région qui offre tant de défis.

La conférence s’est déroulée du 1er au 3 mai 2018. Elle réunissait des officiers supérieurs, des spécialistes de l’Arctique des Forces armées canadiennes et du gouvernement, et des chercheurs se spécialisant dans la défense et l’Arctique, afin de favoriser la compréhension, le dialogue et la coopération en ce qui concerne cette région.

Les participants provenaient de sept pays bordés par l’Arctique (Canada, Danemark, Finlande, Norvège, Suède et États-Unis) et de nations partenaires qui jouent un rôle important dans le déroulement des opérations dans l’Arctique (France, Allemagne, Pays‑Bas et Royaume-Uni).

C’était la première fois que l’ICFSA était accueillie en Amérique du Nord depuis sa création en 2011.

« C’était l’occasion de présenter à nos alliés et à nos partenaires dans l’Arctique la vision du Canada en ce qui concerne le rôle des Forces armées canadiennes dans cette région, en fonction de la politique Protection, Sécurité, Engagement », explique le major-général Bill Seymour, chef d’état‑major – Opérations au Commandement des opérations interarmées du Canada.

« Nous avons fait connaître le point de vue canadien sur les opérations dans l’Arctique : elles sont pangouvernementales; elles se font en partenariat avec les autres ministères et les peuples autochtones; et elles sont axées sur la collaboration et l’échange d’information et de connaissances sur la région avec les nations clés. Nous avons montré que les FAC possèdent l’expertise et les capacités pour mener des opérations dans l’Arctique, et qu’elles en détiennent le mandat. Nous avons aussi prouvé que nous étions déterminés à assurer une présence à long terme dans la région », poursuit‑il.

Misant sur leur expertise dans l’Arctique, les FAC disposent de capacités uniques qui leur permettent de mener des opérations dans le Nord. Un grand nombre de leurs activités visent à soutenir d’autres ministères ou organismes du gouvernement (ou à collaborer avec ces derniers), tels que la Garde côtière canadienne, Environnement et Changement climatique Canada ou Parcs Canada, pour n’en nommer que quelques‑uns.

Tel qu’il est énoncé dans la politique de défense du Canada Protection, Sécurité, Engagement, le ministère de la Défense nationale cherche à accroître sa présence dans l’Arctique à long terme. Pour ce faire, il doit mener un plus grand nombre d’entraînements et d’exercices avec ses partenaires dans la région. À ce titre, la possibilité de réaliser des exercices de l’OTAN dans l’Arctique représente un nouveau domaine de coopération.

« L’ICFSA fait ressortir la nécessité de travailler ensemble dans cette région », affirme le major‑général Seymour. « Il y a une grande volonté à l’échelle internationale pour que l’Arctique demeure une zone de coopération et de collaboration. »

Ce qui importe notamment pour le Canada sur le plan de la coopération dans l’Arctique, c’est la nécessité d’inclure des partenariats avec les communautés autochtones. En ce sens, l’ancien commandant de la Force opérationnelle interarmées (Nord), qui a récemment quitté son poste, le commandant du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens et un chef de peloton des Rangers ont participé à un groupe de discussion. Ils ont traité de l’importance des Rangers dans le cadre des opérations des Forces armées canadiennes dans le Nord, des compétences et des connaissances qu’ils peuvent mettre à profit, et de la façon dont les partenariats permettent au Canada d’affirmer sa souveraineté dans l’Arctique.

Les Rangers canadiens jouent depuis longtemps un rôle important dans la protection du nord du Canada. Étant donné qu’un grand nombre d’entre eux font partie des communautés autochtones du Nord, ils agissent également comme intermédiaires essentiels entre le gouvernement fédéral et les peuples de cette région.

La conférence traitait en outre des menaces, des défis et des possibilités qui se présentent dans l’Arctique. Qu’il s’agisse des changements climatiques ou des intérêts divergents des puissances internationales, l’intérêt que porte le monde entier envers l’Arctique ne cesse de croître d’une année à l’autre.

La vision des Forces armées canadiennes au sujet de l’Arctique était claire : le succès dépendra d’une présence accrue et de capacités renforcées grâce à une collaboration et à une coopération solides dans les secteurs les plus au nord du Canada.

Galerie d'images

  • Un groupe multinational de militaires et civils se rassemble pour prendre une photo à bord d'un navire.
  • Une norvégienne détenant le grade de général et un officier danois discutent sur un navire
  • Des marins canadiens saluent alors qu'un officier norvégien marche le long d'une passerelle sur un navire.
  • Un groupe multinational de militaires et civils est rassemblé sur un navire pour regarder un hélicoptère survoler l'eau.
Date de modification :