La MRC fait la promotion de l’égalité des sexes en Afrique occidentale

Étiquettes : | |

Galerie d'images

 

Par le lieutenant de vaisseau Linda Coleman

La représentation égale des sexes au niveau de l’équipe de direction n’est pas toujours facile à atteindre, peu importe l’organisation, mais la Marine royale du Canada (MRC) ouvre la voie et prouve que c’est possible.

« Sur les deux navires cette année, les équipes de commandement sont composées de 50 pour cent de femmes et 50 pour cent d’hommes. C’est une étape importante », a déclaré le capitaine de corvette Matt Woodburn, commandant du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Kingston lors d’une réception à l’occasion de la Journée internationale des femmes à Lagos, au Nigéria, le 9 mars 2018.

Les NCSM Kingston et Summerside participent à l’opération PROJECTION en Afrique occidentale, un engagement stratégique avec les pays de la région pour appuyer le renforcement des capacités, favoriser les relations avec les marines partenaires et participer à l’exercice OBANGAME EXPRESS 2018.

Le commandant du NCSM Summerside est le Capc Emily Lambert, son commandant en second est le Ltv Patricia Corbeil et le capitaine d’armes est Adam Boone. Aux côtés du Capc Woodburn, le commandant en second du Kingston est le Ltv Andrea Murray et le capitaine d’armes est le maître de 1re classe Sherman Lillington.

La représentation égale entre les sexes n’aurait pas pu se produire à un meilleur moment, puisque les navires ont effectué des visites portuaires le long de la côte de l’Afrique occidentale en collaboration avec Affaires mondiales Canada. Au cours de ces visites, l’équipe a participé à sept activités s’adressant aux femmes et visant à promouvoir l’inclusion des femmes ainsi qu’à des discussions sur les femmes qui occupent des postes non traditionnels, un concept encore peu commun dans la vie de tous les jours pour la majorité des femmes ouest-africaines.

Qu’il s’agisse de rencontres avec des femmes d’influence du Sénégal ou de la Côte d’Ivoire, de discussions avec des jeunes femmes en âge de fréquenter l’école secondaire au Libéria et au Nigéria sur leurs aspirations et leurs rêves, les membres masculins et féminins de la MRC ont parlé ouvertement de leurs expériences personnelles de travail avec les femmes et pour les femmes, ou d’être une femme occupant un poste non traditionnel.

« Mon rôle était beaucoup plus important que je ne le croyais », a déclaré le Capc Lambert lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle pensait du fait d’être à l’avant-scène d’un grand nombre d’activités pour les femmes. « Au lieu de proposer qu’on me traite comme l’un des gars, j’ai constaté que mon rôle était beaucoup plus important – celui d’être un modèle et d’inspirer les jeunes femmes. Je suis la septième femme commandant de la MRC et j’aimerais continuer à encourager d’autres femmes au pays et à l’étranger et à leur ouvrir la voie. »

Mais il ne s’agissait pas seulement des femmes. La MRC voulait aussi faire comprendre que l’égalité des sexes est un effort conjoint. Alors qu’elle se tenait aux côtés du Capc Matt Woodburn lors d’une activité s’adressant aux femmes au Ghana le 19 mars, le Capc Lambert a expliqué comment ils se soutiennent mutuellement. « Il est important que les hommes et les femmes travaillent ensemble. Pour que les femmes progressent, elles ont besoin de l’appui des hommes. Nous devons donc poursuivre cette conversation ensemble. »

« Être un leader, c’est une question de traits de caractère, et ce sont des traits que l’on trouve chez n’importe quelle personne. Je parle ici d’esprit d’équipe, d’intelligence, d’habiletés en matière de prise de décisions et de résolution de problèmes – ces traits n’ont rien à voir avec le sexe », a déclaré le Capc Woodburn lors de la même activité au Ghana. « Ces qualités sont très présentes chez Emily et chez les dirigeants de la MRC. Développez ces traits de caractère en vous, et vous pouvez être un leader », a-t-il ajouté aux jeunes femmes du Ghana qui étaient présentes.

Le Ltv Guillaume Desjardins, l’officier des opérations du NCSM Summerside, a également participé à plusieurs des activités s’adressant aux femmes pour discuter de la façon dont il divise les responsabilités familiales avec son épouse – une autre notion peu commune dans la culture ouest-africaine.

« Quand je suis en déploiement, ma femme doit aller au travail en plus de s’occuper de tous les soins de notre enfant. Donc, quand je reviens, c’est à mon tour d’aider à la maison en nettoyant et en cuisinant », explique-t-il.

La réaction d’un grand nombre de jeunes femmes dans l’auditoire allait des yeux écarquillés aux gloussements. Mais c’était là tout le but de ces discussions : élargir leurs horizons et soulever les questions et les défis auxquels sont confrontées les femmes en Afrique.

Dans le cadre de l’Op PROJECTION, les navires ont visité sept pays d’Afrique occidentale, dont le Cap-Vert, le Sénégal, le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, le Bénin et le Ghana.

Date de modification :