L’équipage du NCSM Whitehorse garde la forme pendant l’opération CARIBBE

Deux hommes lèvent des poids dans un navire.
Deux membres de la Marine royale canadienne s’entraînent sur la passerelle arrière du NCSM Whitehorse le 21 mars 2018. Le NCSM Whitehorse est déployé dans l’Est de l’océan Pacifique pour l’opération CARIBBE, une opération internationale visant à faciliter lutte contre la contrebande de drogues, d’armes, d’argent et de personnes. Op CARIBBE2018. Photo : Ltv Paul Pendergast, officier des affaires publiques, Commandement des opérations interarmées du Canada

Étiquettes : | |

Par le Ltv Paul Pendergast, officier des affaires publiques, Commandement des opérations interarmées du Canada

Garder la forme n’est pas ce qu’il y a de plus facile sur un navire en mer déployé pour une période de deux mois. Avec le tangage et le roulis du navire dans les mers agitées et un horaire de quarts chargé, il est toujours tentant de se prendre une portion supplémentaire de la bonne nourriture de la Marine et de retourner se coucher pour une heure de sommeil de plus pendant les quarts libres.

Le coordonnateur de la mise en forme à bord du NCSM Whitehorse, dont le nom ne peut pas être divulgué pour des raisons de sécurité, s’est donné l’objectif d’améliorer le niveau global de forme physique de l’équipage pendant son déploiement dans le cadre de l’opération CARIBBE, la contribution canadienne à l’effort multinational de lutte contre la contrebande dans la mer des Caraïbes et dans l’Est de l’océan Pacifique.

« Mon travail principal est de monter la garde à titre de technicien de marine et de veiller à ce que tous les systèmes mécaniques à bord fonctionnent comme il faut, explique le coordonnateur de la mise en forme. Quand on a demandé un volontaire pour assumer la tâche secondaire de coordination de la mise en forme, j’ai sauté sur l’occasion. »

Certains membres de l’équipage profitent des visites portuaires pour aller courir, mais en mer, l’espace limité fait en sorte qu’il faut avoir recours à des machines comme un tapis roulant pour garder la forme cardio-vasculaire.

Juste avant de partir pour ce déploiement, le Whitehorse a reçu un ensemble complet de matériel de mise en forme tout neuf, y compris un tapis roulant, un exerciseur elliptique, une machine à ramer et des poids et des sangles de suspension pour des exercices contre résistance.

Avec tout ce nouveau matériel, il n’est pas surprenant que l’équipage du Whitehorse est un des plus en forme de la flotte. « Je placerais cet équipage en première place en termes de forme physique, parmi tous les navires sur lesquels j’ai navigué pendant les neuf dernières années », déclare le coordonnateur de la mise en forme.

Habituellement, la forme physique des membres de l’équipage a tendance à diminuer pendant un déploiement. Les marins sont loin de leurs sports d’équipe organisés, comme le hockey ou le soccer, et les longues journées et nuits en mer se prêtent bien à lire un bon livre ou à regarder un film sur la télé à écran géant dans le mess.

« J’offre des conseils aux membres d’équipage pour établir des objectifs ou pour créer un régime d’exercices approprié pour eux, mais je considère que mon véritable rôle est de les motiver, explique le coordonnateur de la mise en forme. C’est très facile de sauter l’entraînement pour une journée, puis cela devient deux jours, puis une semaine, puis un mois, et avant même qu’on s’en rende compte, il s’est écoulé un an depuis le dernier entraînement. »

Le quart à la passerelle est composé de deux quarts, bâbord et tribord, dont les membres participent à un concours de pompes très compétitif qui commence le premier jour après une visite portuaire et se poursuit jusqu’à la prochaine. Les totaux cumulatifs peuvent dépasser 10 000 par semaine pour chaque quart. Le total courant est inscrit sur la fenêtre du pont à l’aide d’un crayon gras et le pointage actuel est un sujet de discussion constant parmi l’équipage.

« Le concours de pompes est une excellente façon pour les membres des quarts de garder la forme, mais c’est également une bonne façon de s’assurer que les membres de l’équipage pensent à la mise en forme et de tirer profit de leur fierté et de leur esprit compétitif comme source de motivation, explique le coordonnateur de la mise en forme. Au final, un corps sain mène à un esprit sain et permet à l’équipage de mieux se concentrer sur la mission de perturber les activités des cartels de la drogue et d’intercepter leurs cargaisons avant qu’elles atteignent l’Amérique du Nord. »

 

Galerie d'images

  • Un homme utilise un tapis roulant dans un navire.
  • Un homme utilise une machine à ramer sur le pont d’un navire.
Date de modification :