Enfin 200 cellules pour le Service de cartographie

Enfin 200 cellules pour le Service de cartographie. La version textuelle suit.
Gauche a droit : M. John Healey, chef de la production, Service de cartographie (S Carto); Lieutenant-colonel Claire Bramma, commandant du S Carto; Contre-Amiral Scott Bishop, Commandant du Commandement du renseignement des Forces canadiennes; et M. Sean Noll, Liaison du National Geospatial-Intelligence Agency célèbrent L’enfin 200 cellules. Photo : Cplc Francis Gingras, Le Centre d'imagerie interarmées des Forces canadiennes

Étiquettes : |

Grâce aux travaux du Service de cartographie (S Carto) du Commandement du renseignement des Forces canadiennes, les Forces armées canadiennes ont le monde au bout des doigts.

Le S Carto a atteint le statut de nation prédominante au sein du Programme de coproduction géospatiale multinationale (PCGM), ce qui lui donne un accès quasi illimité aux données géospatiales mondiales de base recueillies par les 31 pays participants, et ce, en quelques clics de souris.

« Il s’agit d’un jalon très important de l’histoire du S Carto, soit le résultat de 13 ans de dévouement et de professionnalisme exceptionnels au sein de notre Escadron de production des fondations. Je suis fière de son souci du détail, de son endurance et de sa motivation. Mais le plus important, c’est qu’il a véritablement contribué aux opérations du FAC depuis le lancement du programme, et continuera de le faire, » indique le lieutenant-colonel Claire Bramma, commandant du S Carto.

Le PCGM représente une coalition de pays qui recueillent des données géospatiales haute résolution depuis 2005 à des fins d’alimentation d’une base de données centrale accessible par les pays membres. Il incombe à chaque pays de produire un certain nombre de cellules de données selon des spécifications normalisées sur le plan technique et sur le plan de la qualité. Chaque cellule représente 1° x 1°, ce qui constitue suffisamment de données pour produire 16 x 1:50 k feuilles cartographiques. L’assurance de la qualité (AQ) des données est assurée par les pays avec accréditation, et le Canada agit à titre de responsable des documents d’AQ du programme.

Pour atteindre le statut de nation prédominante, le S Carto a extrait les données d’images satellites afin de produire 200 cellules (« enfin 200 cellules »), une tâche qu’il vient de terminer en mars. Les cellules comprenaient des zones d’intérêt prioritaires pour le Canada, ce qui comprenait des endroits au Moyen-Orient et dans les Caraïbes. Les pays membres n’ont pas recueilli de données dans les territoires souverains.

Les données qui sont maintenant accessibles au S Carto peuvent être utilisées par les unités à l’échelle des FAC et constituent un outil précieux pour la planification et l’exécution des opérations. Par exemple, le S Carto a mené des activités de cartographie en temps quasi réel dans les régions dévastées par le tremblement de terre en Haïti en 2010. Les données recueillies ont servi à créer des cartes qui ont été envoyées aux troupes déployées afin de contribuer à la prestation d’aide humanitaire.

« Les données recueillies dans le cadre du PCGM se sont avérées utiles au-delà de toute valeur monétaire qu’on leur aurait attribuée. Notre objectif consiste à produire des données et des cartes pour répondre aux besoins des FAC et de nos alliés dans le cadre d’opérations internationales. Pour ce faire, le PCGM nous a accordé un accès illimité à l’ensemble de données haute résolution mondiale afin de produire des données cartographiques numériques et des cartes papier, et nous a permis de contribuer à cet ensemble, » indique M. John Healey, chef de la production, S Carto.

On estime que ces données géospatiales valent actuellement environ un milliard de dollars, une somme qui augmentera au fur et à mesure que l’on produit davantage de données. Malgré ce jalon incroyable, le travail dans le cadre du PCGM ne cesse pas; on continuera de produire des données et de contribuer à la croissance de projet précieux.

Date de modification :