Nourrir, équiper et déplacer les troupes : Logistique dans le cadre de l’Opération UNIFIER

Texte alternatif : Des conteneurs de la grosseur d’édifices en rangs.
Le complexe des services de soutien au combat de la Force opérationnelle interarmées en Ukraine comprend « l’allée des conteneurs maritimes », qui contient la majorité du matériel de la FOIU à Starychi, en Ukraine. Le 9 mars 2018. Photo par le Cpl N. Clarkson, © 2018 DND-MDN Canada

Étiquettes : |

Rédigé par : le capitaine S.F. Turner, Force opérationnelle interarmées—Ukraine (FOI-U), officier des contrats, rotation 4*

Qu’est-ce qui vous vient en tête lorsque vous pensez à ce qu’il faut pour assurer le succès d’une opération d’instruction et d’encadrement? Il vous faut des militaires compétents, bien entendu, mais comment ceux-ci sont-ils équipés? Comment sont-ils nourris? Comment se déplacent-ils d’un endroit à l’autre?

Pour assurer le succès d’une opération, il vous faut un réseau solide de logisticiens talentueux et engagés.

En 2014, face à l’instabilité en Ukraine, le Canada a pris certaines mesures pour offrir de l’aide. Une grande partie de ces mesures sont offertes sous la forme de l’Opération UNIFIER, la contribution militaire canadienne à l’instruction des forces armées ukrainiennes.

L’Opération UNIFIER passe d’une mission centralisée—axée principalement sur l’entraînement à partir du Centre international de sécurité et de maintien de la paix à Yavoriv—à une mission de réseau en étoile avec des opérations effectuées dans de multiples centres partout en Ukraine. Ce changement, en plus d’autres particularités inhérentes aux opérations en Ukraine, ont engendré une mission exigeante et stimulante pour nos logisticiens.

Il existe des niveaux différents de soutien logistique de combat pour environ 200 troupes déployées dans le cadre de l’opération. Un groupe de 22 personnes de la Garnison Petawawa est responsable de l’approvisionnement, du transport, de l’entretien, des contrats, des munitions et des services d’alimentation. Des membres de la 3e Unité de soutien du Canada et du personnel du Centre de soutien opérationnel des Forces armées canadiennes (FAC) en Allemagne offrent un soutien pour les exigences plus complexes. Les vols de ravitaillement ont lieu en moyenne aux deux mois, ce qui signifie que les logisticiens doivent se préparer bien en avance et dépendent grandement des ressources locales.

Ces ressources locales proviennent d’ententes avec l’Ukraine, de contrats avec l’industrie et de sources d’approvisionnement locales. Faire affaire avec les compagnies ukrainiennes s’est avéré bien différent qu’avec des compagnies canadiennes. Par exemple, les contrats canadiens sont établis en fonction des lois canadiennes et non des lois ukrainiennes. De plus, les entrepreneurs ukrainiens préfèrent établir une relation de confiance. C’est pourquoi il est très important de faire affaire avec eux en personne.

Le processus d’approvisionnement de la force opérationnelle s’avère également différent qu’au Canada. La section de l’approvisionnement s’adapte continuellement à ce qui se passe dans l’industrie locale. Par exemple, un magasin peut ne plus avoir d’articles couramment achetés ou les prix peuvent changer en fonction de la valeur de la devise nationale (hryvnia). La section de l’approvisionnement est toujours occupée à assurer l’approvisionnement fiable d’articles, tout en maintenant une responsabilisation à l’égard du matériel. Puisque la force opérationnelle se décentralise, il faudra dépendre davantage sur les compagnies locales et sur la surveillance constante des réserves de la force opérationnelle pour s’assurer de livrer les articles au bon endroit et au bon moment.

Une petite équipe de trois fournit un soutien en matière de transport et de déplacements. Elle est tenue de gérer le parc de véhicules militaires et de véhicules de location  de la force opérationnelle, de ravitailler le camp, de recevoir et de transférer les expéditions et de s’occuper des services postaux. Puisque l’entraînement et l’encadrement des troupes ukrainiennes se fait de plus en plus à l’extérieur du Centre international de sécurité et de maintien de la paix, le recours à des véhicules de location a éclipsé la fourniture de véhicules du parc automobile vert.

Les services d’alimentation sont principalement fournis en fonction d’une entente avec le pays hôte. La FOI-U a un officier des cuisines, lequel est tenu de s’assurer que la qualité des aliments respecte les normes canadiennes. De plus, l’officier des cuisines a fait d’excellents progrès quant à l’encadrement des cuisiniers ukrainiens. Les nouvelles initiatives comme les soirées de repas nord-américains et un cycle de menu de 21 jours ont permis d’améliorer les compétences du personnel ukrainien en cuisine et de remonter le moral des militaires de la FOI-U.

Les logisticiens de l’Opération UNIFIER font face au défi unique de non seulement maintenir une mission, mais d’encourager des réformes en Ukraine.

Par exemple, un technicien en munitions donne une formation sur les procédures d’entreposage des munitions de l’OTAN à l’académie militaire Odessa. Un technicien d’armes partage ses connaissances concernant la réparation d’armes des forces armées ukrainiennes avec ses homologues ukrainiens. Un autre exemple serait le chef de l’équipe de logistique qui fait une présentation sur la chaîne d’approvisionnement du MDN et la structure de soutien des FAC à l’intention des officiers supérieurs de la logistique de l’état-major général de l’Ukraine. Travaillant aux côtés des forces armées ukrainiennes tout en offrant un soutien logistique au combat de premier ordre pour nos propres missions donne aux militaires ukrainiens l’occasion de s’inspirer de nos méthodes de maintien en puissance, ce qui améliore leur efficacité.

*La 4e rotation est retournée au Canada. La 5e rotation continue le travail entamé.

Galerie d'images

  • Des camions devant un édifice.
  • Un drapeau devant un édifice
  • Texte alternatif : Des conteneurs de la grosseur d’édifices en rangs.
Date de modification :