Le périple d’une adolescente des Rangers juniors canadiens, de quoi impressionner sa collectivité

Junior Canadian Ranger Nova Gull in front of the abandoned Hudson's Bay Company trading post at Lake River in Polar Bear Provincial Park in Ontario.
Nova Gull, des Rangers juniors canadiens, devant le poste de traite abandonné de la Compagnie de la Baie d’Hudson, à Lake River, dans le parc provincial Polar Bear, en Ontario. Photo : Rangers canadiens

Étiquettes : | |


Par Peter Moon

Au lieu de tout simplement prendre son vol de retour, Nova Gull, des Rangers juniors canadiens, a dû envisager de parcourir 300 kilomètres en motoneige pour rentrer chez elle après avoir offert son siège à un membre des Rangers canadiens aux prises avec une urgence familiale, à la suite de l’exercice MOBILE RANGER en février.

Nova, 17 ans, habite à Peawanuck, en Ontario, une collectivité crie isolée située près de la côte de la baie d’Hudson. Elle figurait parmi les six membres des Rangers juniors qui ont passé trois jours à un camp d’entraînement des Rangers à Lake River. Établissement cri abandonné, on trouve toujours ici, à Lakitusaki, l’ancien poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson, une église et plusieurs bâtiments résidentiels.

Les six Rangers juniors en provenance d’Attawapiskat, de Fort Albany et de Peawanuck se sont rendus à Lake River pour observer le déroulement de l’Ex MOBILE RANGER. Quelque 98 Rangers de 23 collectivités des Premières Nations et 28 autres militaires ont participé à l’exercice, dans le cadre duquel on a dirigé des entraînements dans quatre emplacements du Nord ontarien.

En collaboration avec les Rangers canadiens, les Rangers juniors ont allumé des feux de détresse et construit des abris d’urgence, en plus d’avoir appris comment préparer et cuire la bannique et la viande de caribou, ainsi que dresser un mât d’antenne radio.

Nova devait prendre un vol pour rentrer chez elle en compagnie des autres membres des Rangers juniors lorsqu’une crise est survenue. La ranger Madeline Hunter, de Peawanuck, devait se rendre immédiatement à Timmins pour composer avec une urgence familiale. Cependant, il fallait mettre deux jours en motoneige pour se rendre à l’aéroport le plus près.

Sans hésiter, Nova a donné à la ranger Hunter son siège à bord de l’avion, puis elle a offert de conduire la motoneige de cette dernière jusqu’à Peawanuck. Elle l’a conduit en compagnie de membres des Rangers canadiens rentrant chez eux, à Peawanuck. Il a fallu deux jours pour effectuer le parcours ardu de 300 kilomètres qui comportait des déplacements le jour et la nuit.

« Pendant une nuit où un blizzard se déchaînait, mon phare n’éclairait plus et je tirais un traîneau lourd, explique Nova. Les déplacements en motoneige que j’avais accomplis à ce jour-là étaient uniquement le jour. J’étais vraiment épuisée lorsque je suis rentrée chez moi, mais je suis heureuse d’avoir eu l’occasion de faire le voyage. »

« Une adolescente membre des Rangers juniors a suivi un groupe de Rangers canadiens jusqu’à Peawanuck », affirme le père de Nova, le sergent Matthew Gull, commandant de la patrouille de Rangers canadiens de Peawanuck. « Nous sommes fiers d’elle ici, dans la collectivité, pour avoir répondu à l’appel et ainsi aidé quelqu’un. »

(Le sergent Peter Moon est le ranger responsable des affaires publiques du 3e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens à la Base des Forces canadiennes Borden.)

Galerie d'images

  • Junior Canadian Ranger Nova Gull
Date de modification :