Les NCSM Whitehorse et Edmonton sont déployés dans le cadre de l’Opération CARIBBE

a ship on the water
Le Navire canadien de Sa Majesté WHITEHORSE quitte San Diego, en Californie, au cours de l’opération CARIBBE, le 27 février 2018. Photo : Services d’imagerie des FMAR(P)

Étiquettes : | | |

Rédigé par : Ltv Paul Pendergast, officier des Affaires publiques du Commandement des opérations interarmées du Canada

Lorsque les Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Whitehorse et Edmonton passent les lignes et ont pris la mer à partir de San Diego, en Californie, le 26 février 2018, il règne un sentiment de gravité palpable au sein des deux équipages. Alors qu’ils quittent le port, ils se tournent vers le Sud et entame leur déploiement de deux mois dans le cadre de l’Opération CARIBBE, la contribution canadienne à une opération internationale de lutte contre le trafic illicite de drogues, d’armes, d’argent et de personnes.

L’océan Pacifique Est est énorme et s’étend sur des milliers de milles le long de la côte de l’Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Nord. C’est en passant par cette autoroute maritime que les drogues se retrouvent dans les rues canadiennes et américaines.

Depuis que les Forces armées canadiennes (FAC) ont commencé à participer à l’Opération CARIBBE, en 2006, elles ont contribué à la saisie de plus de 83 tonnes de cocaïne. Aucun signe ne laisse supposer le ralentissement de cette tendance. En 2017 seulement, les FAC ont aidé la garde côtière américaine à saisir ou intercepter plus de 11,5 tonnes métriques de cocaïne.

Ce sont des drogues qui ne se retrouvent pas dans nos rues et qui ne font de mal à personne. L’opération a également un effet de dissuasion, car elle rend la tâche des organisations criminelles bien plus difficile.

Pour l’équipage du NCSM Whitehorse, le déploiement dans le cadre de cette opération est le point culminant d’une période de planification et de préparation intenses. En octobre 2017, l’équipage du NCSM Brandon a été transféré au NCSM Whitehorse, qui venait tout juste de terminer une période en cale sèche de six mois pour maintenance prévue, des travaux de peinture et l’installation d’un nouvel équipement.

Il a ensuite été question d’augmenter le niveau d’efficacité du navire et de son équipage pour qu’ils soient prêts à effectuer un tel déploiement. Pour ce faire, un programme de disponibilité opérationnelle à plusieurs niveaux, présenté par Sea Training Pacific, a mis le navire et son équipage à l’épreuve à l’aide de scénarios de plus en plus réalistes et complexes, jusqu’à ce qu’ils soient entièrement prêts pour la mission. Le programme permet de faire en sorte que le navire respecte les normes en matière de sécurité et d’administration et que l’équipage peut effectuer la gamme complète des manœuvres de matelotage, ce qui comprend le ravitaillement en mer, les exercices de remorquage et l’hélitreuillage. Durant le programme, le NCSM Whitehorse a également visité le port de Seattle pour s’entraîner aux routines de service dans un port étranger et effectuer un certain nombre d’activités relatives à la Marine royale canadienne.

En janvier, le détachement d’application de la loi (LEDET) de la garde côtière américaine s’est rendu à Esquimalt pour visiter le navire et rencontrer l’équipage. Ils ont également établi avec ce dernier une relation de travail, ce qui sera essentiel pour assurer la réussite de la mission.

Avant de partir, tous les membres de l’équipage ont dû être évalués afin de s’assurer qu’ils soient médicalement aptes au déploiement. Les membres jugés non aptes ont été remplacés.

Finalement, le 16 février 2018, les NCSM Edmonton et Whitehorse ont quitté Esquimalt pour commencer leur déploiement. Avec Entraînement maritime (Pacifique) à leur bord, ils ont effectué un entraînement relatif à la disponibilité opérationnelle pour les missions, conçu afin de préparer l’équipage à effectuer des tâches spécifiques de surveillance et d’interception d’expéditions de drogues illicites.

La première escale était à San Diego, où l’équipe d’Entraînement maritime a débarqué, après avoir fait son travail et réussi à augmenter la disponibilité opérationnelle des navires au niveau nécessaire. Ensuite, une équipe LEDET de la garde côtière américaine a embarquée sur chaque navire. Les NCSM Edmonton et Whitehorse étaient maintenant prêts à commencer l’opération.

Le voyage vers les zones de patrouille de la côte ouest de l’Amérique centrale prend plusieurs jours. Les premières journées de l’opération sont réservées à l’instruction sur l’intégration de l’équipe LEDET, à la confirmation de l’harmonisation des tactiques et des procédures et à faire en sorte que l’équipage du NCSM Whitehorse et l’équipe LEDET travaillent de façon à ne former qu’une seule grande équipe.

Le commandant du NCSM Whitehorse, Capc Collin Forsberg, avait hâte de commencer la mission. Il s’agit de la deuxième Opération CARIBBE à laquelle il participe, et sa première à titre de commandant. « C’est l’équipage le plus compétent que j’ai vu à bord d’un navire de cette taille et avec l’aide de l’équipe LEDET ils sont vraiment prêts à entreprendre cette mission, » déclare-t-il.

« Bien que les organisations criminelles continuent leurs activités de trafic en Amérique du Nord, le partenariat efficace entre la Marine royale canadienne, la garde côtière américaine et tous les autres pays participant à la JIATFS a permis de grandement perturber leurs activités, ce qui signifie qu’une quantité moins importante de drogues se retrouve dans les rues de villes comme Los Angeles, Toronto et Vancouver.”

Galerie d'images

  • a ship on the water
  • Two sailors in a small boat on the water
  • Two sailors fire rifles at targets on deck of ship.
Date de modification :