L’Équipe de la Défense et le programme des astronautes : une tradition de longue date

Three people with specialty gear on an inflatable boat in water.
Les candidats astronautes durant la deuxième série de tests d’aptitude à Halifax. Photo : Cplc Chris Ringius, ASC

Étiquettes : |

Voici la deuxième de trois parties d’un article traitant du soutien que l’Équipe de la Défense a apporté à l’Agence spatiale canadienne pendant sa campagne de recrutement d’astronautes de 2017.

Par Diane Riddell, Directeur général – Recherche et analyse (Personnel militaire)

Lors des quatre processus de sélection tenus par l’Agence spatiale canadienne (ASC), au moins un des astronautes sélectionnés était membre de l’Équipe de la Défense. Ces derniers figurent maintenant parmi les astronautes canadiens les plus connus : l’honorable Marc Garneau, le colonel Chris Hadfield, le lieutenant-colonel Jeremy Hansen, Michael McKay et Ken Money. Depuis que le Conseil national de recherches du Canada a tenu le premier processus de sélection en 1983, avant la création de l’ASC, quatorze astronautes ont été choisis, dont sept étaient associés au ministère de la Défense nationale (MDN) ou aux Forces armées canadiennes (FAC).

Puisque bon nombre de personnes faisant déjà partie des FAC et du MDN s’inscrivent et obtiennent un bon classement lors du processus de sélection des astronautes, il était important de mener un processus équitable et transparent. Tous les évaluateurs, les officiers de sélection du personnel et les scientifiques ont été invités à déclarer toute association qu’ils pourraient avoir avec l’un des candidats et n’ont testé aucun des candidats avec lesquels ils avaient une association. On a également demandé aux évaluateurs de ne lire aucune biographie ou information en ligne à propos des candidats. De plus, aucun des candidats n’était connu par son nom; chacun portait plutôt un maillot de corps sur lequel était indiqué un numéro.

« On ne savait pas s’ils étaient militaires ou non », a déclaré Patrick Gagnon, gestionnaire principal, Performance humaine, au Directeur – Conditionnement physique. « Les évaluateurs s’adressaient aux candidats par leur numéro. »

Au total, 72 aspirants astronautes, qui ont été sélectionnés par l’ASC parmi les 3 772 candidatures reçues, sont arrivés au premier centre d’évaluation à Saint-Jean, au Québec, en février 2017. La première phase de l’évaluation misait principalement sur la performance individuelle. À cette fin, les 32 candidats qui ont été retenus ont été envoyés à un deuxième centre d’évaluation à Halifax, en mars 2017.

La deuxième phase était axée sur la performance des équipes et des groupes et visait à simuler les conditions dans lesquelles les astronautes se trouveraient. « Nous ne pouvons pas les emmener dans l’espace, mais nous pouvons reproduire certaines conditions », a déclaré la Dre Joy Klammer, directrice – Production de personnel (Recherche) au Directeur général – Recherche et analyse (Personnel militaire). « Par exemple, nous pouvons voir comment ils dirigent quand cela est nécessaire et comment ils prennent du recul et deviennent un membre de l’équipe fonctionnel et cohérent. C’est facile à faire au tout début quand ils sont calmes et reposés. Mais ce que nous voulons vraiment voir, c’est ce qui se passe quand quelqu’un a subi plusieurs facteurs de stress physiques et mentaux. Comment réagissent-ils alors? »

« Nous avons donc intégré une partie de la fatigue physique liée au travail et nous avons essayé d’extraire les attributs ou les comportements que nous voulions voir chez ces candidats d’une manière que les exercices théoriques ne permettent pas d’évaluer », a ajouté M. Gagnon.

À la fin des tests au centre d’évaluation d’Halifax, 17 candidats étaient toujours en lice, dont 10 étaient membres de l’Équipe de la Défense (9 militaires en service et un réserviste). Les candidats retenus ont été soumis à un certain nombre d’autres tests à ce stade. Cela comprenait des examens médicaux pour le personnel navigant et d’autres tests médicaux au Centre de médecine environnementale des Forces canadiennes à Toronto, suivis des dernières entrevues effectuées à l’ASC.

Les centres d’évaluation ont bénéficié d’un soutien considérable d’officiers de sélection du personnel et de scientifiques de la Défense, de professionnels du conditionnement physique d’équipes locales des Programmes de soutien du personnel et de plusieurs militaires et employés de Saint-Jean et de Halifax.

« Cela a été très exigeant, a affirmé la Dre Klammer. Chaque jour était long et tout le monde était phénoménal. »

L’annonce finale a été présentée sur la Colline du Parlement le jour de la fête du Canada. Les deux astronautes sélectionnés étaient Joshua Kutryk, pilote d’essai de l’Aviation royale du Canada, et Jennifer Sidey, Ph. D., chargée de cours à la faculté d’ingénierie de l’Université de Cambridge.

 

Galerie d'images

  • A man wearing work gloves uses tools while working with a box of small objects.
  • A woman operating a computer with the help of specialized controllers.
Date de modification :