Des Rangers canadiens décrivent l’expérience qu’ils ont vécue au Bal de Neige d’Ottawa

People ride tubes down snow slides in Jacques-Cartier Park.
Des visiteurs glissent au Domaine des flocons du parc Jacques-Cartier, à Gatineau, pendant le Bal de Neige. Photo : Patrimoine canadien

Étiquettes : |

Par Peter Moon

Des visiteurs prenant part aux festivités annuelles organisées à l’occasion du Bal de Neige dans la région de la capitale nationale sont venus nombreux se renseigner sur les Rangers canadiens.

Deux Rangers du Québec répondaient à des questions tandis que deux autres Rangers du Nord de l’Ontario guidaient les visiteurs dans le stand interactif. Celui-ci était une attraction importante du parc Jacques‑Cartier Park, situé à Gatineau, au Québec, sur la rive opposée de la rivière Ottawa, face à la Colline du Parlement.

« Le stand des Rangers canadiens a suscité une réponse enthousiaste du public », affirme le capitaine Ted Dinning, adjudant du 3e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens et responsable du commandement des Rangers du Nord de l’Ontario. « Les Rangers canadiens ont expliqué le rôle essentiel qu’ils jouent lors de missions de recherche et sauvetage, d’évacuations et d’autres urgences. Ainsi, nos visiteurs, qui ignoraient que les Rangers s’acquittaient de ces fonctions, comprennent mieux et reconnaissent qui sont les Rangers et ce qu’ils font. »

Le stand populaire comportait une tente qui présentait les conditions de vie difficiles auxquelles les Rangers sont exposés, de même que de l’équipement spécialisé, notamment une motoneige et un traîneau, sur lequel bon nombre de visiteurs se sont assis pour prendre une photo.

« Lorsque je leur ai montré sur la carte où j’habite, les gens disaient : “Incroyable, tu habites tout au Nord” », ajoute le caporal Jesse Sutherland, membre cri des Rangers canadiens de Fort Albany, sur la côte de la baie James. « Ils étaient nombreux à n’avoir jamais entendu parler de la côte. »

Pendant que les visiteurs découvraient les Rangers et ce que ces derniers font en tant que réservistes à temps partiel de l’Armée, beaucoup d’entre eux ont avoué être surpris que, parmi les 550 Rangers canadiens dans le Nord de l’Ontario, environ 40 % soient des femmes.

« La plupart des gens ne connaissent rien au sujet des Rangers », précise le sergent Matthew Gull, de Peawanuck, sur la côte de la baie d’Hudson. « Ils ont été très surpris lorsque nous leur avons expliqué que nous faisons partie de l’Armée canadienne et décrit en quoi consiste notre travail. »

Par ailleurs, les visiteurs étaient étonnés d’apprendre que la majorité des 5 000 Rangers du Canada, qui sont établis dans plus de 200 collectivités à l’échelle du Nord canadien, sont des Autochtones.

« Lorsque je leur ai dit que je suis cri et montré où je vis, certaines personnes m’ont demandé si j’habite une tente à longueur d’année », raconte le Sgt Gull, gestionnaire de l’aéroport de Peawanuck. « J’ai dû leur expliquer que j’habite une maison avec électricité et plomberie. Ils étaient d’autant plus émerveillés de découvrir mon emploi à temps plein. »

(Le sergent Peter Moon est l’officier des affaires publiques du 3e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens, à la Base des Forces canadiennes Borden.)

Le sergent Matthew Gull était l’un des Rangers canadiens chargés du stand au parc Jacques-Cartier durant le Bal de Neige. Photo : Sgt Peter Moon

Date de modification :