Les FAC lancent une compétition pour les études en médecine

Une femme qui exerce les fonctions de médecin militaire, portant un brassard de la Croix-Rouge sur le bras, examine un bébé sous le regard de deux autres jeunes filles.
Le lieutenant de vaisseau Melanie Espena, médecin du 1er Hôpital de campagne du Canada à Petawawa et membre de l’équipe d’intervention en cas de catastrophe des Forces armées canadiennes, examine un poupon, à Sara, aux Philippines, le 21 novembre 2013, dans le cadre de l’opération Renaissance. Photo : Cplc Marc-André Gaudreault, Caméra de combat des Forces canadiennes

Étiquettes : | |

La compétition en vue de l’admission en septembre 2018 à une école de médecine canadienne, dans le cadre du Programme militaire d’études en médecine (PMEM), a été entamée à la suite de la publication récente du CANFORGEN 174/17.

Plusieurs CANFORGEN ont informé les membres des Forces armées canadiennes (FAC) des occasions relatives aux divers programmes de reclassement et plans de nomination au cadre d’officiers. Le PMEM est un plan de sélection concurrentielle interne qui offre aux membres des FAC la possibilité d’entreprendre des études en médecine entièrement subventionnées dans l’une des 17 écoles de médecine canadiennes.

Le programme prévoit la subvention de quatre années d’études à l’école de médecine, en plus d’un programme de résidence en médecine familiale de deux ans. En échange, le militaire doit accomplir une période de service obligatoire de cinq années additionnelles. Si le PMEM est unique, c’est parce qu’il donne aux militaires en service l’occasion d’acquérir de nouvelles compétences tout en continuant de servir leur pays.

La santé générale de notre force combattante demeure une priorité absolue pour l’ensemble des dirigeants, et cette priorité est d’autant plus amplifiée au sein du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes.

La capitaine de corvette Melanie Espina figure parmi les candidats qui ont réussi le PMEM. Elle a fait la transition d’une carrière d’officier du génie des systèmes de combat naval à une carrière de médecin militaire. Elle a obtenu son diplôme du programme de médecine familiale de l’Université d’Ottawa en 2012.

 « Le processus d’admission à une école de médecine était difficile, car les conditions préalables de chaque école diffèrent légèrement les unes des autres, explique-t-elle. Il m’a fallu quelques années pour suivre tous les cours requis et j’ai demandé l’aide d’un médecin militaire en service à ma base locale au moment d’accomplir le processus d’admission. »

En outre du plein salaire et des avantages sociaux, le financement des études prévu dans le cadre du PMEM a amoindri les difficultés financières qui touchent la plupart des étudiants en médecine et a permis à la Capc Espina de se concentrer sur ses études.

Date de modification :