Profil Invictus : Simon Mailloux

Simon Mailloux

Simon Mailloux

Étiquettes : |

« C’est une occasion de voir de grands esprits s’affronter, mais aussi de faire connaître à notre pays l’histoire de nos années de service », déclare le Major Simon Mailloux au sujet des Jeux Invictus 2017, qui se tiendront à Toronto du 23 au 30 septembre 2017.

Originaire de Québec, le cocapitaine d’Équipe Canada sait de quoi il parle, car c’est la deuxième fois qu’il participe aux Jeux. « J’ai eu une première expérience formidable aux Jeux de 2016 à Orlando, en Floride, et je ne peux pas arrêter de penser à l’ampleur des Jeux de Toronto », ajoute-t-il. « J’espère que les Jeux Invictus inspireront quelques autres personnes blessées à demander de l’aide, à sentir qu’ils peuvent améliorer leur sort. »

Au cours de son service pour le Canada, Simon a survécu à une explosion en Afghanistan. « J’ai perdu la jambe gauche en 2007 dans l’explosion d’un dispositif explosif de circonstance. Celui-ci a fait sauter mon véhicule blindé léger et a tué deux de mes soldats. » Toutefois, son histoire ne s’arrête pas là.

Simon a participé à un programme de réadaptation afin de reprendre du service, et il est finalement retourné en mission en Afghanistan, devenant ainsi le premier amputé militaire canadien à servir dans une zone de guerre. Entre sa période de réadaptation et son retour en Afghanistan, il a été nommé aide de camp du gouverneur général du Canada. Ce poste a présenté des occasions de toute autre nature, comme l’organisation et la conduite d’une visite d’État à Haïti ainsi que d’une visite du gouverneur général dans le Nord canadien comportant des escales dans beaucoup de communautés accessibles uniquement par avion.

Au cours de sa réadaptation, et jusqu’à maintenant, l’officier du Royal 22e Régiment est demeuré en contact étroit avec Sans limites, un programme des Forces armées canadiennes qui aide les militaires en service et les vétérans à surmonter une blessure ou une maladie physique ou mentale grâce à l’activité physique et au sport. C’est ce programme qui gère la participation d’Équipe Canada aux Jeux Invictus de Toronto.

« Le programme Sans limites fut instrumental dans ce processus, non seulement en ouvrant mes opportunités d’entraînement par l’introduction de sports adaptés, mais aussi par la participation à des compétitions sportives de bon calibre qui ont m’ont permis de mettre en perspective ma blessure et mes capacités. J’ai réappris à faire du vélo, à courir, à pratiquer le tir de précision debout et la course à relais », explique Simon.

Jusqu’à maintenant, le programme Sans limites a aidé plus de 3 200 militaires malades ou blessés à retrouver une vie active.

Pour obtenir plus de renseignements, consultez le site Web de l’Équipe Canada aux Jeux Invictus – Toronto 2017.

Date de modification :