Assurer un pied d’égalité lors des opérations des FAC

Le capitaine Welby Thumwood, responsable de l’égalité des sexes pour la Force opérationnelle terrestre de l’Opération REASSURANCE, est photographié à côté d’une affiche du quartier général. (Photo : MDN)

Le capitaine Welby Thumwood, responsable de l’égalité des sexes pour la Force opérationnelle terrestre de l’Opération REASSURANCE, est photographié à côté d’une affiche du quartier général. (Photo : MDN)

Étiquettes :

Rédigé par: Ashley Black, Commandement des opérations interarmées du Canada

Il y a beaucoup de planification et de préparation derrière les opérations des Forces armées canadiennes (FAC). Les planificateurs doivent prendre en considération un certain nombre de facteurs comme la logistique, le nombre et le type de troupes, l’équipement, les fournitures ainsi que l’environnement et la culture du pays dans lequel les FAC seront déployées. Tenir compte de ces facteurs permet d’assurer le bon déroulement de l’opération. Au fur et à mesure qu’évolue la situation durant les déploiements, il est important de faire un suivi et de trouver de nouvelles façons d’améliorer la connaissance de la situation pour rendre l’opération plus efficace.

Les responsables de l’égalité entre les sexes (RES) sont des membres des FAC qui jouent un rôle important à cet égard dans le cadre d’opérations au Canada comme à l’étranger. Les RES sont tenus d’aider les membres des FAC à reconnaître les besoins uniques des groupes distincts d’une population locale dans une zone d’opérations de façon à ce que la population locale ne soit pas automatiquement catégorisée comme étant un groupe homogène. À l’aide de l’Analyse comparative entre les sexes plus (ACS+), un outil d’analyse, les RES tiennent compte non seulement du sexe, mais aussi de l’ethnicité, de la langue, de la mobilité, du revenu, de l’âge et de bien d’autres facteurs d’identité et tentent de comprendre comment ceux-ci ont une incidence sur les besoins de différentes personnes. Ils sont également tenus de former les membres de leur unité sur la façon d’intégrer ces facteurs d’identité dans leurs tâches quotidiennes.

Le chef d’état-major de la Défense (CEMD) a fait une priorité de l’égalité des sexes et de la considération d’autres facteurs d’identité au sein des opérations des FAC. Par conséquent, il existe maintenant un réseau croissant de RES au sein des FAC. Ils sont présents dans chaque opération de déploiement des FAC et dans chaque quartier général des Forces opérationnelle interarmées régionales.

Les RES sont déployés avec une tâche principale à accomplir, comme pour toute opération militaire. Le fait de servir à titre de RES constitue une tâche secondaire. Les RES utilisent l’ACS+ pour effectuer des recherches sur la culture et la société de la zone d’opérations où ils se trouvent. Ils sont à l’affût des lois locales, des données démographiques, des relations et des rôles sociaux traditionnels et de tout autre facteur pertinent, ce qui leur permet de mieux comprendre la culture locale. Dans la mesure du possible et au besoin, ils amorcent un dialogue avec les citoyens locaux, ou encouragent cette démarche pour mieux comprendre leurs besoins. En cernant les divers besoins de la population, les RES appuient l’atteinte des objectifs de la mission et aident à améliorer l’efficacité de l’opération.

Par exemple, si le personnel des FAC déployé dans le cadre d’une opération d’aide humanitaire distribue de l’eau et de la nourriture à des citoyens locaux, le RES a pour responsabilité importante d’identifier et de communiquer les différents groupes démographiques de la population visés par cette action. Lors d’opérations d’aide humanitaire antérieures, on a découvert que plusieurs femmes et enfants qui recevaient de l’eau et de la nourriture étaient dépouillés de ceux-ci par des agresseurs durant leur retour à la maison. Recourir aux services d’un RES dans une telle situation permet d’identifier ces problèmes et de trouver des solutions. Puisqu’ils ont la responsabilité d’effectuer des recherches et de parler avec les membres de la communauté pour déterminer ces types de problèmes, les RES peuvent ensuite communiquer l’information aux autres membres des FAC dans le but d’améliorer la situation. Dans l’exemple susmentionné, les membres des FAC, après discussion, pourraient choisir de changer le lieu et l’heure de la distribution de nourriture pour rendre l’expérience plus sécuritaire pour les femmes et les enfants ou choisir de renforcer les mesures de sécurité.

« Le déploiement de responsables de l’égalité des sexes permet de reconnaître qu’il n’y a pas d’approche commune lorsqu’il est question d’opérations militaires, » explique le lieutenant-colonel Hanson, conseiller en matière d’égalité entre les sexes du Commandement des opérations interarmées du Canada. « Pour avoir le plus grand impact positif sur les personnes visées, il faut comprendre ce qu’ils éprouvent. Les responsables de l’égalité des sexes sont les “yeux et les oreilles” qui recueillent les informations de façon proactive et s’assurent qu’elles sont prises en considération durant l’opération. »

Bien qu’il y ait des RES, la tâche d’intégrer les facteurs d’identité dans les opérations des FAC est la responsabilité de tous les membres des FAC. L’objectif est de former chaque membre des FAC en ce qui concerne l’ACS+ afin que tous puissent l’utiliser dans leurs tâches quotidiennes. Entre-temps, les RES sont là pour montrer la voie à suivre.

Tous les ministères et les organismes du gouvernement du Canada utilisent l’ACS+. Cependant, les RES déployés des FAC ont l’expérience unique d’appliquer l’ACS+ dans leur zone d’opérations, ce qui leur permet de voir des résultats tangibles plus rapidement.

« C’est notre devoir, en tant que membres des Forces armées canadiennes, de promouvoir les valeurs canadiennes, » déclare le lieutenant-colonel Hanson. « Parfois, il faut du courage pour mettre en pratique l’ACS+ puisqu’il faut prendre en considération les sensibilités propres à la culture locale, mais le recours à l’ACS+ appuie les objectifs de paix et de sécurité à long terme que nous voulons atteindre. »

Date de modification :